Europe : le modèle économique routier en transformation


Avec la hausse persistante du prix du carburant, le renforcement de la règlementation européenne sur les conditions de travail, la concentration du secteur et la pénurie de main d'œuvre, le transporteur routier fait face à des phénomènes nuisibles à la bonne tenue du marché.


© FNTR
© FNTR
Obligation de retour à la base pour les poids lourds et leurs conducteurs, intégration des véhicules de moins de 3,5 tonnes dans l'arsenal législatif communautaire… En prétextant une harmonisation de la règlementation sociale pour les conducteurs, le nouveau paquet routier européen fait partie des nouveaux éléments auxquels le transport routier est confronté en Europe. Il a pour objectif de mettre fin aux problèmes de distorsions de concurrence au sein des 27 membres de l'UE.

"Vers une disparition du déséquilibre tarifaire"


Lors de la 29e édition de Top Transport Europe, qui s'est déroulée à Marseille les 13 et 14 octobre 2021 à Marseille, Jean-Paul Meyronneinc, directeur Meyronne FCE et maître de conférences associé à l'université Gustave Eiffel, a estimé que l'intérêt du paquet réglementaire est de mettre dans le circuit "des véhicules de moins de 3,5 tonnes qui échappaient au radar de la règlementation de l'UE. "Une partie de la flotte qui, à ses yeux, ne capte pas une grosse part de marché mais contribue au "déséquilibre tarifaire".

Selon l'économiste, les trois textes publiés en 2020 et portant sur le temps de conduite, le détachement des conducteurs et le cabotage (2020/1054, 2020/1057 et 2020/1055) mettent en place dès 2022 le principe d'un retour à domicile ou vers le pays d'attache toutes les quatre semaines. Le poids lourd, pour sa part, ne pourra plus passer six mois en dehors de son pays d'attache.

Autres règles qui seront valables elles, à compter de 2026, celles portant sur les véhicules de 2,5 à 3,5 tonnes qui seront soumis à la réglementation européenne, rappelle Jean-Paul Meyronneinc.
Il estime en outre que tous ces véhicules vont devoir, dès 2026, être titulaires d'une licence communautaire et qu'ils devront s'équiper d'un chronotachygraphe intelligent.

En matière de cabotage, cette obligation devrait "mettre fin à la stratégie de franchir seulement une frontière" pour pouvoir continuer à réaliser des opérations. Car, selon l'intervenant, le chronotachygraphe va imposer au conducteur de rester quatre jours dans son pays d'origine.

Hausse des coûts d'exploitation pour les véhicules

L'enseignant estime que cette réglementation modifie le modèle économique dans lequel vivaient les transporteurs routiers de marchandises depuis des années. Selon lui, "son incidence est à la fois microéconomique, macroéconomique mais aussi environnementale".

Les conclusions du rapport commandé par Bruxelles à l'Institut Ricardo sont claires. Elles évaluent une hausse des coûts par véhicule de 10 % par an, soit 11.000 euros par unité.

La nouvelle réglementation devrait se traduire par "un effondrement du marché du cabotage international non bilatéral", redoute-t-il. Selon lui, ce facteur n'est pas le seul à se traduire par un retrait de l'offre de transport. La tension sur le marché de l'emploi en Europe de l'Est et la concentration du secteur devraient également y contribuer. Deux autres facteurs auxquels il faut ajouter la hausse du prix du carburant qui frappe également les autres modes.

Vincent Calabrèse

Mercredi 20 Octobre 2021



Lu 1357 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Novembre 2021 - 13:50 Feu vert à l’écotaxe en Alsace


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal