Feu vert à la privatisation des sociétés de gestion des aéroports de Nice et Lyon


L'Assemblée nationale a autorisé la privatisation des sociétés de gestion des Aéroports de la Côte d'Azur et de Lyon, après un débat très vif, notamment entre le maire UMP de Nice, Christian Estrosi, et le ministre de l'Économie.


© Aéroport de Nice-Côte d'Azur
© Aéroport de Nice-Côte d'Azur
L'Assemblée nationale a donné jeudi 12 février son feu vert à la privatisation des sociétés de gestion des aéroports de Nice et Lyon. L'article 49 du projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques autorise le transfert au secteur privé de la majorité du capital des sociétés gérant ces deux grands aéroports régionaux. Les infrastructures aéroportuaires et le foncier demeureront la propriété de l'État. Et l'État devra approuver chaque année les tarifs des redevances d'aéroport.
Face aux critiques de députés UMP, du Front de gauche ou des députés du groupe socialiste (aile gauche, chevènementistes), qui ont échoué à faire supprimer l'article, Emmanuel Macron a affirmé qu'il ne s'agissait nullement pour le gouvernement de "brader des bijoux de famille" mais de mener une "gestion active de son portefeuille d'actions" pour participer au "désendettement du pays" et "réinvestir dans nos priorités", comme par exemple "sauver des entreprises" telles PSA Peugeot Citroën.

"Les infrastructures aéroportuaires et le foncier demeureront la propriété de l'État"


Récusant toute comparaison avec "une vente forcée comme celle du port du Pirée" en Grèce mais aussi avec la privatisation des concessions d'autoroutes, il a aussi rétorqué à des députés de droite et de gauche que ces privatisations ne se faisaient pas "sous pression de Bruxelles". Devant les inquiétudes de certains orateurs, qui ont mentionné notamment Emirates, le ministre a assuré que "rien ne changera sur les ouvertures de lignes car la DGAC décidera toujours". La rapporteure thématique Clotilde Valter (PS), qui a vanté les garde-fous ajoutés en commission, a notamment plaidé qu'"une opération telle que celle de Toulouse ne pourra plus intervenir de la même façon car il y aura une intervention de la loi et du Parlement" préalable.
L'un des opposants les plus vigoureux, le maire UMP de Nice, Christian Estrosi, a dénoncé entre autres "un fusil à un coup" et "une spoliation de collectivités sur le dos de contribuables locaux", qui fera l'objet d'un prochain référendum. Il a accusé Emmanuel Macron de dire des "contre-vérités" et lui a prédit que son passage dans l'hémicycle "ne facilitera sans doute pas l'accession par le suffrage universel à une responsabilité locale". À l'inverse, l'UMP Hervé Mariton s'est montré sur le fond pour ces privatisations. Hostile à la privatisation "extrêmement grave" de la société de gestion des Aéroports de la Côte d'Azur, l'élu UDI des Alpes-Maritimes Rudy Salles a martelé que "tous les maires et élus du département de droite comme de gauche ont voté contre". "Offrir à la gestion du privé un équipement public rentable, c'est offrir une rente au privé", a notamment protesté le socialiste Pascal Cherki.

AFP

Vendredi 13 Février 2015



Lu 112 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Septembre 2018 - 11:53 FNAM : des assises dans l’impasse ?


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy