Fret ferroviaire : une voie d’avenir si souplesse et originalité sont au rendez-vous


La CCI Rhône-Alpes a organisé une journée très dense sur le fret ferroviaire et son évolution alimentée par vingt-huit interventions de professionnels. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la conférence nationale sur la logistique et d’un Tour de France orchestré par les CCI pour sensibiliser les acteurs économiques, institutionnels et les chargeurs à la relance du mode ferroviaire.


© RFF Capa Vincent Baillais (Toma)
© RFF Capa Vincent Baillais (Toma)
La région Rhône-Alpes représente environ 13 % des volumes traités en France par le fer avec 9 millions de tonnes et 10 % du tonnage réalisé avec l’international avec 3 millions de tonnes. Ses volumes sont assez stables. La SNCF traite 200.000 wagons par an dans cette région. Quand on sait que le poste Transport et Logistique représente entre 10 et 15 % du coût des produits, toute action qui vise à réduire certaines dépenses et à mieux organiser les flux est la bienvenue.

"La mauvaise qualité de l’offre est à la base des maux"


L’amélioration de l’attractivité et de la compétitivité du fret ferroviaire est sur la sellette à l’heure où la situation s’est améliorée en moyenne en Europe mais dégradée en France et en Italie. En Allemagne, ce sont trois fois plus de volumes qui sont transportés par fer qu’en France. Une quinzaine de groupes et 67 PME-OFP, qui ont moins de cinq locomotives et dont les deux tiers entretiennent des voies capillaires, opèrent chez nos voisins. «Elles font simplement ce que le marché demande», observe André Thinières, délégué de l’association Objectif OFP. Pour beaucoup d’intervenants, pointant la SNCF, «la mauvaise qualité de l’offre est à la base des maux». Aujourd’hui, une dizaine d’entreprises ferroviaires concurrentes de la compagnie nationale et des Opérateurs ferroviaires de proximité (OFP) «bouchent les trous commerciaux». «Toute perte de charge sur la proximité entraîne un déficit sur les trains entiers», a souligné André Marcon, président de CCI France. «Il y a un développement possible pour le transport ferroviaire s’il y a de la souplesse», observe ce dernier en ajoutant à propos des OFP : «Il faut des entreprises qui ont un sens aigu de la gestion et une volonté de faire du business».

Voies capillaires en danger

Au cours de cette journée menée bon train, il a beaucoup été question d’OFP, d’ITE, installations terminales embranchées, de voies capillaires en danger, de sillons, de terminaux saturés…
Dans un flot d’informations, on retiendra entre autres qu’Alain Tricri, directeur d’exploitation de PO Scandex espère un démarrage de la liaison Lyon-Gand en janvier 2016, qu’Evian prévoit pour fin 2015 des «navettes» entre Evian et Ambérieu dans le cadre d’une réorganisation de ses expéditions, que Jean Rouche, directeur Fret SNCF Sud-Est et Autochem, mise beaucoup sur le Multi-Lots/Multi-Clients et a gagné deux contrats, l’un avec un chimiste, le second avec un sidérurgiste italien, que rien ne semble bouger pour faire évoluer le départ de l’Autoroute ferroviaire alpine plus près de Lyon mais que la possibilité d’utiliser des trains plus longs et plus lourds est à l’étude ou qu’une enquête de la Dreal sur l’opportunité de mise en œuvre d’un OFP en Rhône-Alpes dégagerait des possibilités à Ambérieu, dans l’Ain, ou plus au sud, vers Sibelin ou Salaise et que si les services du transport combiné sont si méconnus c’est, ainsi que le relève Christian Carbonell, consultant, «qu’il y a trop peu de liens entre les opérateurs et les chargeurs». Information tous azimuts pour action rapide et cohérente !

Annick Béroud

Vendredi 17 Juillet 2015



Lu 524 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy