Frets maritimes : les prix continuent de s'enfoncer


Les vracs secs ont poursuivi leur dégringolade la semaine dernière, l'activité restant faible et les navires disponibles abondants, tandis que les frets pétroliers sont également restés sous pression.


© DS Norden
© DS Norden
Indice phare du marché, le Baltic Dry Index (BDI), qui fournit une estimation moyenne des tarifs pratiqués sur vingt routes de transport en vrac de matières sèches (minerais, charbon, métaux, céréales, etc.), a fini vendredi 29 janvier à 317 points, soit son niveau le plus bas depuis la première publication de l'indice en janvier 1985, contre 354 points une semaine auparavant. "Des records de faiblesse sont désormais battus tous les jours", ont observé les experts de l'agent maritime Fearnleys. "Nous sommes tombés à des niveaux où il est plus intéressant du point de vue des coûts (pour les propriétaires de navires, NDLR) de sortir temporairement les navires du parc actif que de les faire naviguer", a-t-on relevé chez Fearnleys. Les armateurs sont ainsi tentés de laisser une partie de leur flotte à l'arrêt pour réduire l'offre surabondante de navires disponibles par rapport à la demande de cargaisons à transporter. Mais pour Marc Pauchet, analyste chez Braemar ACM, mettre des navires à l'arrêt est "un moyen artificiel de retirer du tonnage disponible" du marché car cela représente une offre qui est "cachée" et qui "menace de réapparaître dès que les tarifs s'amélioreront", et ainsi de peser de nouveau.
Le Baltic Capesize Index 2014 (BCI 2014), qui compile les tarifs de la catégorie de navires capesize, a terminé la semaine à 215 points contre 229 points une semaine auparavant. Les tarifs de cette catégorie de navires naviguant au large des caps Horn et de Bonne-Espérance se sont quelque peu stabilisés la semaine dernière, mais restaient proches de leur plus bas niveau depuis la création de l'indice en avril 2014, atteint le 19 janvier (185 points).

"Semaine dramatique pour les panamax"

Le Baltic Panamax Index (BPI), qui synthétise les tarifs pour quatre routes (la plupart pour les céréales) empruntées par des navires de la catégorie "panamax", a terminé en baisse vendredi 29 janvier à 287 points, son niveau le plus bas depuis la création de l'indice fin 1998, contre 334 points une semaine auparavant. "La semaine a encore été dramatique pour les propriétaires de navires panamax avec une poursuite de la dégringolade des tarifs sur toutes les routes et des mauvaises nouvelles semblant tomber tous les jours", a commenté Marc Pauchet, pour qui "la tendance va fort probablement s'accentuer" et contraindre les propriétaires à mettre une partie de leur flotte à l'arrêt.
Les tarifs des transports pétroliers ont également baissé la semaine dernière, souffrant aussi toujours d'un manque de cargaisons à transporter par rapport au nombre de navires disponibles. L'indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI), la moyenne des taux pratiqués sur dix-sept routes de transport de pétrole brut et de fuel lourd, a fini vendredi 29 janvier à 817 points – après être tombé jeudi 28 janvier à 817 points, son niveau le plus faible en trois mois – contre 859 points la semaine précédente.
Le Baltic Clean Tanker Index (BCTI), la moyenne des prix pratiqués sur six routes de produits pétroliers raffinés (essence, gaz liquéfié, fuel de chauffage, etc.), a terminé pour sa part à 645 points vendredi 29 janvier, un nouveau plus bas depuis fin décembre 2015, contre 686 points sept jours auparavant. Mais pour Éric Broekhuizen, analyste du cabinet Poten & Partners, "certaines informations laissent à penser que certains courtiers commencent à utiliser des pétroliers pour stocker des produits pétroliers en mer". "Tant que les cours du pétrole resteront bas, les marges vont encourager les raffineurs à continuer de produire à plein régime, et si la demande faiblit, les produits raffinés seront déplacés vers des zones où le stockage est plus rentable", ce qui pourrait "donner un coup de pouce" aux tarifs des pétroliers cette année, a estimé Éric Broekhuizen.







     

Frets maritimes - marché de l'affrètement | OUTILS PRATIQUES DU TRANSPORT | SOLUTIONS PRO | DÉPARTS DE NAVIRES (Annonces maritimes)





 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy