GPM de la Martinique : le conteneur et la croisière décollent à Fort-de-France


Pour le Grand Port maritime de la Martinique, le premier trimestre de l'année a été marqué par une reprise des marchandises diverses et par un bond du trafic passagers. Les vracs liquides et solides ont toutefois enregistré un recul par rapport à 2017.


© GPM Martinique
© GPM Martinique
À Fort-de-France, le Grand Port maritime de la Martinique a connu un premier trimestre contrasté. Si les vracs ont chuté, les marchandises diverses ont progressé.
À 39.373 EVP, le trafic conteneurisé a progressé de 14 %. Une croissance portée par un bond du transbordement qui a atteint pas moins de 248 %. Le nombre d'EVP transitant par le port martiniquais est passé en un an de 2.735 à 9.520 EVP.
Pour Jean-Rémy Villageois, la progression du conteneur doit être relativisée dans la mesure où "2016 avait été atone". Selon lui, "depuis 2017, on tournait à mi-régime. Il s'agit de la reprise entamée l'an dernier".
D'après lui, le trafic de transbordement est surtout imputable à CMA CGM et, dans une moindre mesure, à Marfret. Le président du directoire du Grand Port maritime se dit convaincu que l'élargissement du canal de Panama n'a pas encore d'impact.

"Des ajustements en cours sur le marché depuis le départ de Geest Line"


Interrogé sur le retrait de Geest Line de la desserte de la Martinique, il se contente de dire que "cette décision relève de l'arbitrage de l'armateur qui était présent sur le secteur depuis vingt-cinq ans". "Le fruit est un marché compliqué", analyse-t-il, ajoutant que celui-ci reste très ouvert. Il juge que, depuis le départ de l'armateur, "des ajustements sont en cours".
En matière de fret roulier, il observe une hausse de 32 % du tonnage dans le secteur des véhicules automobiles en raison d'une forte hausse des importations mais un léger repli du trafic inter-îles assuré avec le ro-ro "Marin", opéré par Marfret. L'armateur français a d'ailleurs divisé son nombre d'escales hebdomadaires par deux. Il n'en propose plus qu'une.

Les vracs liquides et solides en chute

À 251.200 tonnes, les vracs liquides ont chuté de 13 % au cours des trois premiers mois de l'année. Pour la direction du port martiniquais, ce recul de 39.000 tonnes d'import de pétrole brut confirme la chute des produits transformés issus de la raffinerie Sara et le nouveau circuit d'approvisionnement de la Guyane opéré par le navire "Kerfons". Un arrêt technique en cours depuis mars joue également un rôle sur l'import de brut et les exports de raffinés, ajoute le GPM.
Quant aux vracs solides, à 12.000 tonnes, ils ont connu une chute de 22 % en raison d'un recul du clinker. Jean-Rémy Villageois reste prudent sur ses pronostics pour l'année car le clinker avait connu une hausse en 2017.
Dans le secteur du passager, les prévisions du dirigeant portuaire formulées en 2017 se sont avérées pertinentes. Il s'attendait à une bonne reprise dès 2018. Le nombre d'escales a en effet augmenté de 50, progressant de 51 %. Quant au nombre de passagers, il a atteint au cours des trois premiers mois de l'année 611.700. Une croissance portée par la hausse de 62 % des passagers en transit. 
"Nous avons été épargnés par le cyclone. Nous n'avons pas subi de délestage", souligne-t-il, rappelant que les investissements sur le quai des Tourelles et sur la Pointe Simon étaient déjà prêts pour l'afflux des paquebots et des réservations.
Il ajoute qu'une étude sur l'impact de la croisière a révélé que le secteur a des retombées bénéfiques sur l'économie de l'île.

L’activité portuaire dopée par la croisière en 2017

L’activité du Grand Port Maritime de la Martinique (GPMLM), "dopée par la croisière", a enregistré une "hausse de 10%" du nombre de navires en 2017, ont indiqué à Fort-de-France, les autorités portuaires. Le président du directoire du Grand Port, Jean-Rémy Villageois, a évoqué "une hausse de 10 % de navires de plus" en 2017 par rapport à 2016, à l’occasion de la première conférence de conjoncture portuaire 2018 organisée sur le port à Fort-de-France. "Le secteur passagers de la croisière enregistre quasiment + 40 % de hausse en 2017. Alors qu'on était déjà à des plus hauts historiques, on rentre dans le club des 500.000 passagers", a-t-il précisé. "On a fait un peu plus de 500.000 cette année et on en prévoit 600.000 l’an prochain", a-t-il ajouté. Selon les responsables du Grand Port, il ne s’agit pas seulement d’un phénomène conjoncturel dû au passage des cyclones Irma et Maria sur d’autres îles de la Caraïbe. Ces événements climatiques n'ont entraîné qu'une hausse de 40.000 passagers en 2017.
D'après une étude présentée lors de la conférence portuaire, la rentabilité économique des investissements réalisés pour la croisière par le Grand Port s’élève à 40 % et ils "ont induit, à eux seuls, 16 millions d'euros de valeur ajoutée pour l’économie" et "impliqué près de 250 emplois". À l'inverse, les "flux" de marchandises traitées ont été impactés par une baisse significative avec "- 25 % d'importation de pétrole brut et - 30 % d'exportation de produits raffinés" de la Sara (Société anonyme de la raffinerie des Antilles). Un effet de la transition énergétique qu’il convient d'accompagner. "Il faut intégrer dans le développement du port cette transition énergétique avec un nouveau client que nous avons et qui importe de la biomasse (Albioma)", a indiqué le président du conseil de surveillance du Grand Port, Philippe Jock.

L'aéroport Aimé-Césaire veut atteindre les 2 millions de passagers en 2020

L'aéroport Aimé-Césaire de Martinique va entamer en 2018 des travaux d'extension et veut atteindre les “2 millions de passagers en 2020 et 2,5 millions à l'horizon 2030”, a annoncé le président du directoire de la société gérant l'aéroport. En 2017, le chiffre de 1,9 million de passagers a été atteint, a indiqué le président du directoire de la Société aéroport Martinique Aimé-Césaire (Samac), Frantz Thodiard. 2018 doit marquer le début de travaux d’extension de l'aérogare. Ils permettront d’ajouter "20.000 m2 de plancher supplémentaire aux 24.000 existants”, a-t-il rappelé. "On doit prospecter tous les marchés" pour "développer notre chiffre d’affaires", a souligné le président du directoire, estimant qu'il "pouvait y avoir des opportunités" d’ouverture de trafic, sur les marchés américains, européens, caribéens et même africains. La démarche d’ouverture du ciel a été entamée avec l’arrivée de nouvelles compagnies aériennes comme Condor et Norwegian. "En outre, ce sont six villes de province qui vont être reliées à la Martinique en direct via XL Airways en 2018 (Lille, Brest, Nantes, Bordeaux, Toulouse et Marseille)", a-t-il dit. Et il faudra aussi compter avec la compagnie Level dès septembre entre Paris-Orly et la Martinique.


Vincent Calabrèse

Vendredi 22 Juin 2018



Lu 803 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy