Gasoil non routier : coup dur pour le tourisme fluvial


Les professionnels de la filière fluviale se mobilisent suite à l’annonce de la suppression à partir du 1er janvier 2019 du gasoil non routier pour les entreprises de transport de passagers actuellement soumises à un taux réduit de TICPE.


© Clotilde Martin
© Clotilde Martin
Lors d’une réunion le 18 septembre 2018, la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) a annoncé aux professionnels de la filière fluviale la suppression du gasoil non routier (GNR) à compter du 1er janvier 2019 pour les entreprises de transport de passagers actuellement soumises à un taux réduit de TICPE au titre de l’arrêté du 10 novembre 2011.
Au 1er janvier 2019, ces activités passeront du taux réduit actuel (21,58 euros/litre) au taux général (64,76 euros/litre), soit un triplement du coût de la TICPE. Seul le transport fluvial de marchandises continuera de bénéficier de l’exonération de TICP, selon la DGEC lors de cette même réunion.
Le Comité des armateurs fluviaux (CAF), fédération représentative de la navigation fluviale en France, est opposé à la mesure annoncée pour les raisons suivantes dont il a fait part à la ministre chargée des Transports, Élisabeth Borne.

Une discrimination de traitement

En premier lieu, cette mesure introduit une discrimination de traitement entre les modes de transport terrestre et avec les États membres de l’Union européenne. En effet, la DGEC maintient en l’état le dispositif applicable aux transports ferroviaire et routier, dont les composantes de transport de personnes et de tourisme continueront à bénéficier au-delà du 1er janvier 2019 du dispositif GNR (ferroviaire) et du mécanisme de remboursement de TICPE (routier).
Pour le CAF : "Rien ne justifie un traitement différencié du secteur fluvial par rapport aux modes de transport routier et ferroviaire : les trois modes de transport combinent un usage partagé de leurs infrastructures entre le fret et le passager, sur lesquelles sont opérées des prestations de transport et de tourisme".
Il faut rappeler que les taxis disposent d’un mécanisme de remboursement partiel de TICPE et que le secteur aérien bénéficie d’une mesure d’exonération totale.
Les dispositions de réduction ou d’exonération de TICPE procèdent de directives communautaires qui offrent la possibilité aux États membres de mettre en œuvre cette mesure (directive 2003/96/CE s’agissant du transport fluvial). "De fait, la France ainsi que tous les États membres ont opté pour cette possibilité s’agissant des modes de transport routier, ferroviaire et fluvial qui sont donc exemptés de TICPE".

Un impact économique majeur sur l’activité

En deuxième lieu, l’impact financier est majeur pour le secteur fluvial tant en valeur absolue qu’en proportion.
Le CAF a calculé : "La mesure créera pour le secteur fluvial une augmentation de coût de 50 % sur le deuxième poste de dépense, après le personnel, dans le compte d’exploitation des entreprises de navigation (10 % en moyenne des charges d’exploitation). Au total, cette mesure engendrera un surcoût de 18 MEUR en 2019, à rapporter à un secteur qui génère annuellement 400 MEUR de chiffre d’affaires et est majoritairement constitué de TPE".
Cet ordre de grandeur est tel qu’il représente un montant supérieur au montant du péage prélevé par VNF pour l’usage de son réseau (14 MEUR en 2017) et correspond au surcroît de recettes escompté de l’Afitf (Agence de financement des infrastructures) en 2019, selon les annonces de la ministre chargée des Transports le 11 septembre 2018 sur la programmation des infrastructures de transport.
Les entreprises les plus touchées en France seront celles qui proposent des croisières avec hébergement, des excursions journalières, du transport urbain, et qui sont présentes sur les bassins fluviaux fermés de la Seine et du Rhône, et donc captives. Elles ne pourront pas s’approvisionner en carburant à l’étranger. En termes de concurrence, elle est européenne voire mondiale pour les croisiéristes avec hébergement, "la mesure contestée va obérer de manière significative la compétitivité de la destination France".
Le CAF relève qu’en parallèle, la seule mesure actuellement portée par le gouvernement en faveur du secteur fluvial est l’accompagnement de la constitution d’une interprofession fluviale, afin de permettre au secteur de se structurer pour porter des actions collectives. Et cette mesure de suppression du GNR est de nature à dissuader la filière fluviale de se restructurer au sein d’une interprofession fluviale.
Le CAF demande donc à l’État de surseoir à cette mesure et d’accompagner la transition énergétique du secteur fluvial.

Clotilde Martin

Jeudi 4 Octobre 2018



Lu 1191 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Novembre 2018 - 12:21 Rhin : le fleuve toujours au plus bas

Lundi 22 Octobre 2018 - 14:22 Les ports de Lorraine en voie d’unification


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy