Golfe de Guinée : la piraterie coûte cher dans la région


Le coût élevé de la piraterie maritime dans le golfe de Guinée affecte lourdement les pays côtiers de l'ouest de l'Afrique, selon un rapport de l'ONU qui pourrait pousser le Conseil de sécurité à agir pour cette zone comme il l'a fait à l'est pour les eaux somaliennes.


Selon un document de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et de l'institut de recherche Stable Seas, publié le 7 décembre, "l'Asie du Sud-Est et le golfe de Guinée ont connu presque le même nombre d'incidents en 2020, mais 623 des 631 marins (99 %) touchés par des enlèvements dans le monde en 2020 travaillaient dans le golfe de Guinée".

Les eaux de ce golfe que bordent une vingtaine de pays et qui s'étendent du Sénégal à l'Angola sont riches en hydrocarbures et en ressources halieutiques. Depuis peu, la mobilisation internationale s'accroît pour mieux lutter contre la piraterie.

"Bien qu'il y ait une diminution du nombre d'attaques de pirates jusqu'à présent en cette saison sèche, nous avons vu des attaques plus brutales où un plus grand nombre de marins ont été enlevés", relève la ministre norvégienne des Affaires étrangères, Anniken Huitfeldt, venue à New York sensibiliser les membres de l'ONU sur ce dossier.

Selon le rapport, les groupes de pirates concentrés dans le delta du Niger qui donne sur le golfe de Guinée "gagnent peut-être 5 millions de dollars de revenus directs par an grâce aux vols et à la prise d'otages".

"La majorité de ces revenus – près de 4 millions de dollars par an – est volée et extorquée à des entités non africaines cherchant à libérer des otages non africains", "laissant certains conclure que les pays du golfe de Guinée ne sont pas les principales victimes", précise ce document intitulé "Pirates du golfe de Guinée : une analyse des coûts pour les États côtiers".

1,925 milliard de dollars par an pour les États côtiers

Mais "le coût total de la piraterie pour les États côtiers du golfe de Guinée [représente] au moins 1,925 milliard de dollars par an", indique le rapport, en évoquant des pertes directes et indirectes comme les investissements en sécurité qui pourraient aller à d'autres secteurs de dépenses.

"Après avoir examiné les dommages financiers indirects et les coûts d'opportunité, il devient clair que les pays du golfe de Guinée ont le plus à gagner de la réduction de la piraterie et des vols à main armée dans la région", estime-t-il.

Face au fléau, des pays comme le Danemark ont déployé des moyens navals pour protéger le fret commercial. Pour Anniken Huitfeldt, dont le pays a financé le rapport, "toute contribution militaire doit être déployée en étroite coordination avec les pays de la région".

Si son pays n'entend pas mobiliser de navire à ce stade, il pourrait pousser le Conseil de sécurité de l'ONU, dont la Norvège est actuellement membre non-permanent, à agir, comme il l'a fait pour les eaux somaliennes. "Comme grande nation maritime, la Norvège est en faveur d'une attention accrue du Conseil de sécurité" sur cette menace, dit-elle, en privilégiant l'action diplomatique.

Au large de la Somalie, les interventions militaires à partir de 2008 avec des avions de surveillance maritime et des navires, notamment américains et européens, ont permis au cours des quatre dernières années de ne recenser aucun incident lié à la piraterie.

Philippe Rater

Mercredi 8 Décembre 2021



Lu 1031 fois



Dans la même rubrique :
< >
 

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal