Haropa Port : la croissance épargnée par la crise


Haropa Port n'a pas vu sa croissance annuelle plombée par la conjoncture de crise qui a affecté l'année 2022. Pour Le Havre, avec une activité conteneurisée au-delà de la barre des 3 millions d'EVP, comme pour Rouen, avec une campagne céréalière mémorable, et Paris, qui a continué d'investir dans son écosytème industriel, l'établissement portuaire séquanien a poursuivi sa progression.


© Haropa Port
© Haropa Port
Dans un "contexte de crises dans tous les sens, nous avons fait mieux que résister", introduit Stéphane Raison, le président du directoire, qui en a compté au moins cinq.  
Pour son premier exercice plein depuis la fusion des trois ports du Havre, de Rouen et de Paris, Haropa Port s’est maintenu au-dessus de la ligne de flottaison dans un environnement de marché agité.  
En 2022, le trafic maritime de l’établissement portuaire unique s’est élevé à 85,1 Mt, en hausse de 1,9 %. Le premier port français pour le conteneur, qui avait franchi le cap des 3 M EVP en 2021, ayant largement profité de la déroute de ses grands voisins nord-européens, se maintient au-dessus de la barre symbolique en faisant légèrement mieux, avec 3,102 M EVP (+ 0,3 %).
Ce qui n’était pas garanti compte tenu du retournement de marché dès le troisième trimestre avec une chute de la consommation – et donc de la demande de transport –, en réaction à une inflation galopante dans toutes les grandes économies mondiales.
En tonnage, en revanche, la boîte s’affaisse de 4,6 % (28,44 Mt), résultant "d’un peu moins de transbordements et d’un peu plus de conteneurs vides", justifie Stéphane Raison.
Le port normand fait cependant mieux que les grands voisins nord-européens, notamment son ombre portée Anvers, où le conteneur est sanctionné par les reports d’escales et la congestion des terminaux ces deux dernières années. La gestion quotidienne des terminaux havrais a pu être perturbée l’an dernier, à certains moments de l’année, au point de frôler la saturation, en raison de la désorganisation des services maritimes, du non-respect des fenêtres d’escale et des effets d’anticipation des chargeurs qui ont sur-commandé. Mais les 3 MEVP ont été au moins "sanctuarisés".

Un investissement inédit

Pour cette filière, le port normand place beaucoup d’espoirs dans la concrétisation des annonces du leader mondial du transport maritime de conteneurs MSC qui a promis 700 M EUR d’engagements financiers l’an dernier dans la foulée de sa mainmise complète sur deux des trois terminaux de Port 2000.
"Un tel niveau d’investissement ne s’était pas observé depuis longtemps", souligne Stéphane Raison. "C’est un élément nouveau pour développer le transbordement au Havre mais ce n’est pas quel cela. Ce hub va nous apporter des volumes complémentaires en hinterland car on aura des lignes supplémentaires. On a une partie du trafic français qui passe aujourd’hui par les terminaux de MSC à Anvers et qui pourrait revenir au Havre". Potentiellement. Pour rappel, MSC opère actuellement une trentaine de services dans le port flamand mais dix-neuf au Havre.  
L’investissement de MSC est à remettre en perspective avec l’attribution le 6 janvier dernier du terminal de Bruyères-sur-Oise à Medlog, la filiale logistique de MSC, retenue pour sa proposition trimodale. L’infrastructure dédiée à la desserte en conteneurs de la zone du Grand Paris et des bassins de consommation proches devrait économiser un million de trajets routiers sur une période de dix ans. "L’idée est de récupérer de la marchandise import/export à différents points du corridor entre le Havre et Paris", ajoute Stéphane Raison.

Retour des vracs liquides

Alors qu’une guerre aux portes de l’Europe a touché une région essentielle au système énergétique européen, les vracs liquides terminent l’année en hausse de 4,7 % (40,1 Mt) dont près de 19 Mt de pétrole brut (+ 23,1 %). Les produits raffinés ont, eux, dévissé de 10,6 % (15,5 Mt). En 2024, du moins espère la direction, le FSRU (Floating storage and regasification unit), un méthanier de regazéification de 170.000 m3 opéré par TotalEnergies avec GRTgaz, l’opérateur du réseau de transport de gaz en France, devrait apporter 5 Mt de flux par an.

Céréales : une campagne dynamique

L’établissement portuaire tire également profit de la "belle campagne céréalière" qui a offert à Rouen, premier port céréalier européen, un trafic de 8,6 Mt sur les quelque 14 Mt de vracs solides. "Le conflit en Ukraine a généré une demande accrue et issue de pays rarement desservis ces dernières années, notamment sur le second semestre, où 5 Mt ont été chargées, un record pour cette période de l’année", commente le dirigeant.
En revanche, après avoir bien profité des grands chantiers sur l’axe Seine, l’ensemble portuaire accuse une chute des agrégats de 4 % (2,3 Mt), témoignant d’un cap dans l’agenda de certains chantiers à moins que cela ne soit la hausse particulièrement dissuasive des prix des matières premières.
Pénalisé par les problématiques des constructeurs automobiles qui ont dû suspendre la production faute de semi-conducteurs notamment, le roulier a perdu 11 points de pourcentage avec 265 000 véhicules.
Partant de loin, la croisière a retrouvé un peu de couleurs avec 171 escales et 301.000 passagers sans pour autant retrouver son niveau de 2019. En 2023, 220 escales et plus de 450.000 passagers sont attendus.

"L'idée est de récupérer de la marchandise import/export entre le Havre et Paris"


Avec 21 Mt, le trafic fluvial dévisse de 6 %, pénalisé par le BTP (11,1 Mt, - 9 %) alors que la dynamique des céréales (+ 30 %) n’est pas parvenue à compenser avec son tonnage de près de 3 Mt. Néanmoins, les conteneurs manutentionnés au terminal Paris Terminal SA (207.645 conteneurs, 120.000 EVP), ont augmenté de 25 %, tirés par de nouveaux services fluviaux lancés par Greenmodal/Hapag Lloyd en septembre 2022 et par Fluviofeeder/Marfret en novembre 2022.
Quant à la chatière, l’enquête publique vient de se clôturer, suggérant la fin du cheminement administratif ainsi que la publication d’un arrêté préfectoral dans les semaines qui viennent. L’autorité portuaire se montre confiante et maintient son calendrier. Cette liaison fluviale directe, qui fait la jonction entre les terminaux de Port 2000 et le port historique du Havre, pourrait enfin être une réalité en 2024.
Le report modal s’est légèrement amélioré. Les parts modales du fer et du fleuve sont passées de 12 à 13,3 % sur les conteneurs en sortie du Havre à fin octobre (le fer est passé de 4 à 4,6 % et le fleuve de 7,9 à 8,7 %). Soit 33.000 EVP transportés de plus qu’en 2021.
Au total, en 2022, 555 M EUR d’investissements publics et privés ont été alloués à la construction d’un écosystème industriel décarboné – le grand dessein du port de l’axe Seine –, dont 300 M EUR apportés par le privé. La société a dégagé un chiffre d’affaires de 375 M EUR en 2022 (352 M EUR en 2021). Les recettes domaniales, alimentées aux deux-tiers par la logistique, y ont contribué à hauteur de 56 %.
 

Adeline Descamps

Mardi 17 Janvier 2023



Lu 1406 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 2 Février 2023 - 09:17 Brittany Ferries commande des wagons Modalohr


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal