Haropa : retour de la croissance pour les ports de l'axe Seine


Après une année 2016 difficile, Haropa renoue avec la croissance. Les ports de l’axe Seine affichent une croissance de 6 % à 92,6 millions de tonnes. "Une année record", ont précisé les trois présidents du directoire du Havre, Rouen et Paris. Et parce qu’une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, tous les signaux sont au vert. Les différentes filières affichent une hausse de trafic à l’exception des vracs solides.


© Haropa Port de Rouen Jean-François Damois
© Haropa Port de Rouen Jean-François Damois
Les ports du Havre, Paris et Rouen (Haropa) ont enregistré un trafic maritime en hausse de 6 % en 2017. Les vracs liquides ont gagné 5 % à 49,7 millions de tonnes (Mt). Une hausse qui s’explique d'abord par la reprise d’activité de raffineries qui avaient suspendu leur activité pour des opérations de maintenance. "Les raffineries de l’axe Seine ont tourné à plein régime", a expliqué Hervé Martel, président du directoire du GPM du Havre. Les entrées de pétrole brut sont en hausse de 18 % à 28 Mt. Un chiffre d’autant plus encourageant que cette augmentation de trafic vaut aussi par rapport à l’année 2015 qui avait été une année de plein régime. Pour les raffineurs, les marges étant favorables, ils ont accentué le recours aux installations séquaniennes.

Année exceptionnelle pour le conteneur

Les marchandises diverses, à savoir conteneurs et rouliers, ont participé à la performance de Haropa en 2017. Du côté des conteneurs, "2017 s’affiche comme une année exceptionnelle pour la filière", ont expliqué les directeurs généraux. Le trafic conteneurisé a réalisé un bond de 15 % en tonnage à 29,1 Mt et de 14 % en EVP à 3 M EVP. Sur la structure du trafic, le transbordement, estimé aux environs de 1 M EVP, est en hausse de 39 %.
Quant au trafic d’hinterland, d’environ 2 M EVP, il enregistre une hausse de 7 %. "Sur le range d’Europe du Nord, a continué Hervé Martel, les ports affichent en moyenne une hausse de 4 %. Notre belle performance de 2017 signifie que nous avons gagné des parts de marché". Haropa est en effet passé de 6,6 % de parts de marché en 2015 à 6,9 % en 2017.
En 2016, avec la baisse de trafics conteneurisés à Haropa, la part de marché s’est établie à 6,2 %. Une augmentation qui s’explique surtout par le choix des alliances à desservir Le Havre. Un choix des armements qui se confirme puisque THE Alliance (regroupant Hapag-Lloyd, Mol, NYK, "K" Line et Yang Ming) a annoncé l’ouverture d’un nouveau service au Havre en avril. De plus, les services de feeder de MSC et X-Press, notamment, offrent aux armements des possibilités de relier la Grande-Bretagne et l’Irlande directement depuis le port normand.
L’autre filière des marchandises diverses, à savoir le trafic roulier, s’élève à 300.000 véhicules traités. Dans le rapport annuel 2016, le trafic roulier est annoncé à 313.000 véhicules au Havre.
Un trafic en hausse en 2017 de 18 % pour les importations et exportations de véhicules. De nouveaux contrats avec des constructeurs automobiles ont été signés qui dopent cette filière. "Nous avons mis à l’étude l’agrandissement de 20 hectares supplémentaires pour les opérateurs rouliers sur le port du Havre. Il a fallu entreposer des véhicules sur un autre terminal au cours de l’année en raison de la croissance de ce trafic", a souligné Hervé Martel.
La seule ombre à ce tableau est à mettre au passif des vracs solides. Avec une campagne céréalière 2016-2017 difficile et un début de campagne 2017-2018 identique, cette filière des vracs solides a malgré tout aussi enregistré de bons résultats dans certains secteurs. La campagne céréalière passée a été marquée par une récolte française de moindre qualité qui a fortement impacté les exportations françaises. Face à cela, la récolte record en Russie, dans les pays de mer Noire et en Argentine a conduit à une diminution des prix à la tonne. À la fin du second semestre de 2017, soit la première partie de la campagne céréalière 2017-2018, la reprise des achats algériens et marocains au cours des dernières semaines a permis d’espérer un léger mieux pour la campagne actuelle. Surtout, sur les premiers mois de l’année, les exportations de céréales des silos français semblent être au ralenti afin de voir les prix reprendre des couleurs. Quant à l’alimentation animale, elle perd 0,3 % à 1,3 Mt en raison de la forte diminution des flux de tourteaux de gluten de blé liée à la mauvaise qualité des céréales françaises. Ensuite, le malt a encore perdu du volume surtout sur les volumes de vrac. La logistique de ce produit tend à se tourner de plus en plus vers le conteneur.

"Nous ne souffrons d’aucune congestion ni du côté maritime ni du côté terrestre"


À l’inverse, les trafics de sucre ont repris depuis la nouvelle campagne qui a démarré le 1er octobre. Ce sont quelque 50.000 tonnes de sucre en sac qui sont partis de Rouen et une autre partie par conteneurs. Enfin, autre filière avec des chiffres positifs, les matériaux de construction ont vu leurs trafics progresser de 18,9 % à 1,2 Mt portés par la reprise de la construction en région francilienne et en Normandie ainsi que les premiers travaux du Grand Paris.
Disposer de terminaux et de trafics en hausse signifie aussi d’avoir des dessertes vers l’hinterland efficaces. "Contrairement à nos concurrents d’Europe du Nord, nous ne sommes pas congestionnés. Nous ne souffrons d’aucune congestion ni du côté maritime ni du côté terrestre", a rappelé Hervé Martel. L’année passée a surtout été marquée par le recours de l’ensemble des opérateurs havrais au terminal multimodal. Un outil qui a généré un trafic de 145.000 EVP. "En 2018 nous devrions atteindre 170.000 EVP", espèrent les responsables de Haropa.
Le GIE portuaire mène actuellement une concertation avec la commission nationale du débat public sur les différentes options ouvertes pour la desserte fluviale des terminaux de Port 2000. Trois options sont en discussion. La première prévoit une route Nord et une route Sud pour l’accès aux terminaux. La seconde vise à construire un nouveau quai sur le terminal multimodal. Enfin, la troisième option serait de creuser une "chatière" pour faciliter le passage des barges. La dernière réunion doit se tenir au Havre le 17 janvier. La commission disposera d’un mois pour rendre son rapport et ensuite le maître d’ouvrage décidera. "Nous pensons que cela pourra se faire au cours du conseil de surveillance du mois de mars", a indiqué le président du directoire du GPM du Havre.
En 2018, Haropa souhaite maintenir son développement sur les dessertes ferroviaires et fluviales. Ainsi, une nouvelle navette ferroviaire reliant Le Havre avec la Suisse devrait démarrer en mars. Née de la coopération entre Haropa, le GPM de Marseille-Fos et Naviland cargo, cette navette ferroviaire doit permettre aux deux places maritimes françaises de s’imposer sur les volumes suisses, estimés entre 350.000 et 400.000 EVP par an. De plus, le début des travaux sur la ligne ferroviaire entre Serqueux et Gisors en novembre promet une livraison de cette liaison pour le contournement de Paris en 2020. Et pour conforter cette politique tournée vers les modes de transport massifié, Hervé Martel a rappelé que "l’aide à la pince" devrait stimuler le transport combiné sur l’axe Seine. "Ce n’est qu’avec une aide que le transport fluvial se développera". Quant au fret ferroviaire, il a indiqué qu’il faut prendre en considération le coût du péage du fret sur les lignes et cette aide pour prévoir un développement à long terme.

Hervé Deiss

Mardi 9 Janvier 2018



Lu 2267 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy