Hyundai : inquiétudes pour le premier constructeur naval mondial


L'action de Hyundai Heavy Industries a dévissé après l'annonce d'un effondrement attendu de ses résultats et d'une vaste émission de titres pour renflouer ses caisses. Les déboires premier constructeur naval au monde sont à l'image de tout le secteur en Corée du Sud.


Les trois constructeurs navals sud-coréens connaissent des difficultés © HHI
Les trois constructeurs navals sud-coréens connaissent des difficultés © HHI
Hyundai Heavy Industries a connu des difficultés au cours de ces dernières années, le secteur de la construction navale pâtissant des surcapacités qui ont lesté acteurs traditionnels et nouveaux venus. L'entreprise doit, à l'instar de ses concurrents sud-coréens des "Big Three" Daewoo et Samsung, faire face à une agressive concurrence de nouvelles entreprises chinoises.
Dans ce contexte, le groupe a annoncé le 26 décembre un projet visant à lever 1.300 milliards de wons (1,01 milliard d'euros) au travers de l'émission de nouveaux titres, ce qui diluera la valeur de l'action. Il compte également faire entrer en Bourse l'année prochaine sa filiale de raffinage Hyundai Oilbank.

Chute brutale du chiffre d'affaires

Hyundai Heavy Industries a également dit mardi s'attendre à dégager cette année un chiffre d'affaires de 15.300 milliards de wons contre 39.300 milliards l'an passé. Pour 2018, le groupe prévoit déjà que les ventes vont tomber à 13.600 milliards de wons. Il prévoit en outre un bénéfice opérationnel de 46,9 milliards de wons en 2017 contre 1.600 milliards l'an passé. D'où les inquiétudes sur l'état de ses finances.
Cette nouvelle a fait chuter le lendemain de 29 % le cours de l'action Hyundai, proche de la limite quotidienne de 30 %. Le titre de la filiale Hyundai Mipo Dockyard a perdu de son côté 19 %. Hyundai Heavy a précisé que les fonds dégagés par l'ouverture de capital et l'entrée en Bourse de sa filiale de raffinage allaient être utilisés pour couvrir ses coûts et pour la recherche et développement.

Des pertes "inévitables"

Les trois grands de la construction navale sud-coréenne, Hyundai Heavy Industries, Samsung Heavy Industries et Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (DSME) ont dominé pendant plus de dix ans le marché mondial de la construction navale, industrie emblématique de la quatrième économie d'Asie. Mais depuis 2016, ils ont été contraints par la crise de supprimer des milliers d'emplois et de se débarrasser d'actifs pour rester à flot, la chute des prix du pétrole et le ralentissement économique mondial ayant entraîné la réduction de la demande de pétroliers et de porte-conteneurs.
Les surcapacités, les rivalités régionales et l'émergence de chantiers navals chinois meilleur marché ont également provoqué une réduction des marges bénéficiaires.
DSME a évité de justesse l'effondrement cette année grâce à une bouée de sauvetage de quelque 2,6 milliards de dollars provenant d'organismes prêteurs de l'État.

"La hausse des prix mondiaux des tôles d'acier a porté un coup"


Les chiffres annoncés le 26 décembre par Hyundai laissent entendre que l'entreprise a enregistré une perte d'exploitation d'au moins 361 milliards de wons au quatrième trimestre, a calculé Hwang Eo-Yeon, analyste de la construction naval chez Shinhan Investment, basé à Séoul.
"L'annonce de Hyundai, en plus de mauvaises nouvelles en provenance de Samsung, va détériorer la confiance des investisseurs envers l'industrie pendant un moment", a-t-il estimé. Pour Yoo Seung-Woo, analyste chez SK Securities, la hausse des prix mondiaux des tôles d'acier – élément clé de la construction navale – a porté un coup dur à une industrie souffrant du ralentissement des commandes et les pertes enregistrées par le secteur étaient donc "inévitables".
Plus tôt ce mois-ci, Samsung avait indiqué que la récente hausse du prix des tôles d'acier était responsable de la baisse des marges bénéficiaires.  "La dernière annonce de Hyundai a confirmé les inquiétudes croissantes des investisseurs", a souligné Yoo Seung-Woo : il sera "inévitable pour Hyundai d'afficher des pertes d'exploitation tout au long de l'année prochaine".

Jung Ha-Won

Mercredi 27 Décembre 2017



Lu 586 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 4 Avril 2018 - 11:16 L'usine de Tanger dope la production de Renault €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse