Jean-François Loiseau : la filière céréalière française "a un potentiel extraordinaire" à l'exportation


Les céréales françaises ont plus que jamais leur place sur les marchés d'exportation et pourront compter sur le dynamisme démographique de l'Afrique, mais elles doivent intensifier les efforts de compétitivité, explique Jean-François Loiseau, président d'Intercéréales, qui regroupe l'ensemble de la filière, des cultivateurs à l'industrie.


Pour Jean-François Loiseau, la réglementation sociale et environnementale rend les céréales françaises trop chères © Franck André
Pour Jean-François Loiseau, la réglementation sociale et environnementale rend les céréales françaises trop chères © Franck André
Les céréales françaises ont plus que jamais leur place sur les marchés d'exportation et pourront compter sur le dynamisme démographique de l'Afrique, mais elles doivent intensifier les efforts de compétitivité, explique Jean-François Loiseau, président d'Intercéréales, qui regroupe l'ensemble de la filière, des cultivateurs à l'industrie.

Quel avenir pour la filière céréalière française à l'exportation ?
En France, il y a des clients partout. En dehors de la France, c'est au sein de l'Europe, mais aussi en dehors de l'Europe, c'est ce qu'on appelle le grand large, l'international, et ce client il est en Chine, il est quelquefois en Russie, il est en Amérique, il est en Afrique et il sera de plus en plus en Afrique.
C'est pour ça que la filière céréalière a un potentiel extraordinaire, parce que dans beaucoup de ces pays ou de ces régions, malheureusement, il n'y a pas suffisamment de terres et il y a une population de plus en plus importante. Le marché africain va se développer de façon exponentielle, du fait de l'augmentation de la population. L'Afrique, aujourd'hui, c'est 1,2 milliard d'habitants et 2 milliards en 2050.

La production de blé de la Russie et plus largement du bassin de la mer Noire se développe...
La filière céréalière française a des atouts parce qu'elle a un climat plutôt stable, ce qui n'est pas le cas de la Russie, et à la différence de beaucoup de pays, elle est construite aussi pour protéger les agriculteurs, pour les sécuriser. C'est là où on peut avoir un handicap majeur. En essayant de protéger un peu les agriculteurs, on perd peut-être en efficacité prix, in fine. C'est pour ça que tous les sujets d'organisation, d'efficacité à l'intérieur de la filière, d'innovation, de compétitivité, sont extrêmement importants.
Il y a aujourd'hui au sein de cette filière céréalière des euros à aller chercher en termes de compétitivité. On a chiffré dans le plan de filière, entre la sortie du champ de l'agriculteur et le silo portuaire ou l'usine, une économie que nous devons réaliser de l'ordre de 15 euros la tonne.
Il faut aller gratter ces 15 euros. La France souffre d'une réglementation sociale, environnementale, fiscale trop forte par rapport à certains pays. (...) Toutes ces réglementations, quand elles s'additionnent, quelquefois, provoquent des handicaps qui se traduisent en plusieurs euros de la tonne et plusieurs euros, c'est la différence entre un blé français et un blé russe.

Dans ce contexte, les producteurs de blé ont présenté en congrès une stratégie de montée en gamme, c'est une bonne réponse ?
C'est une excellente démarche. Dans le plan de filière, nous devons aller à la conquête des clients en France et à l'international, mettre en place la mécanique de solutions de transition, de moins en moins de chimie et de plus en plus de solutions combinatoires, génétiques, biologiques...
Il y a un gros sujet qui est traité par quasiment tous les maillons de la filière, c'est celui des insecticides après récolte. Ce qu'on retrouve dans un grain, ou éventuellement dans une farine, ce sont toujours des résidus d'insecticides de stockage. On ne retrouve pas de produits utilisés pendant la végétation. La plante les a absorbés et détoxifiés. Aujourd'hui, il y a des financements, des travaux, pour faire du stockage à froid, plus de ventilation, chez les meuniers, chez les collecteurs, chez les agriculteurs pour certains, chez la deuxième transformation quand on stocke de la farine, et y compris pour l'exportation. L'idée un peu transverse, c'est que l'excellence opérationnelle, elle ne s'applique pas qu'à l'industrie, à l'aviation ou à la médecine, elle s'applique aussi à l'agriculture.

Nicolas Gubert

Vendredi 22 Février 2019



Lu 528 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces






 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy