L'AFG veut accélérer le déploiement du gaz carburant


Selon l’AFG, la France pourrait réduire de 40 % son empreinte carbone d’ici 2030 par une politique en faveur du biométhane et du gaz carburant dans les transports. Pour le maritime et le fluvial, l’association prône une adaptation de la réglementation et l'instauration d'aides au démarrage de la filière.


CMA CGM a commandé neuf porte-conteneurs à propulsion GNL © CMA CGM
CMA CGM a commandé neuf porte-conteneurs à propulsion GNL © CMA CGM
En présence de Jean-François Tallec, conseiller du président de CMA CGM, et d’Alain Giacosa, directeur de la plateforme GNL carburant marin et fluvial, la filière maritimo-portuaire est venue en force soutenir les propositions de l’AFG détaillées mercredi à Paris. Dans le sens du Plan climat présenté le 6 juillet et avant le sommet international sur le climat le 12 décembre, l’association a proposé une série d’actions, peu gourmandes en dépenses publiques, en faveur de la production de biométhane et de l’emploi du gaz carburant dans les mobilités logistiques. Pour le maritime, son président Patrick Corbin rappelle ainsi l’engagement pris par l’État le 17 novembre à Brest via la mesure 18 du Cimer : "L’État soutient la transition énergétique vers le gaz naturel liquéfié (GNL).

"Autoriser l'avitaillement pendant les opérations de chargement et de déchargement du navire"


À cette fin il accompagne les acteurs portuaires, maritimes et industriels dans la réalisation de projets d’installations fixes ou mobiles de GNL, et poursuit les travaux d’adaptation de la réglementation portuaire afin de faciliter le soutage GNL dans des conditions sûres et économiquement viables dans les ports".

Adapter les conditions de soutage GNL

Telle est l’attente formulée par l’AFG commentée par Jean-François Tallec. CMA CGM a commandé neuf porte-conteneurs de 22.000 EVP propulsés au GNL, livrables à compter de 2020 à un rythme d’un navire tous les quatre mois ("L’Antenne" du 8 novembre). Équipés de réservoirs de 18.000 m3, "ces navires pourront faire une rotation complète entre l’Europe du Nord et la Chine sans avitaillement". Confié à Total dans le cadre d’un contrat de dix ans ("L’Antenne" du 6 décembre), "le soutage GNL sera réalisé au moyen d’un navire avitailleur dans un port d’Europe du Nord. Il est essentiel que ces opérations puissent se faire pendant les opérations de chargement et de déchargement du navire pour limiter les pertes de temps. Cette future organisation suppose que la réglementation l’autorise".
CMA CGM et l’AFG demandent donc à l’État d’anticiper la mise en œuvre d’une logistique et d’un cadre réglementaire adaptés au soutage GNL en France. Une mesure valable aussi pour Brittany Ferries qui a une commande en cours pour un navire GNL livrable en 2019.

Soutien financier

Pour soutenir la filière GNL dans le maritime et le fluvial, Alain Giacosa suggère de son côté "la mise en œuvre d’aides financières". Elles viseraient à compenser le surcoût des navires propulsés au GNL, évalué à 15 %, et à accompagner le déploiement d’infrastructures dans les ports maritimes et intérieurs dans leur phase de démarrage. "Pour la voie d’eau, il est nécessaire également de faire évoluer la réglementation pour autoriser les motorisations GNL".
S’agissant du routier, l’AFG plaide pour "le maintien garanti, sur une durée d’au moins cinq ans, de l’écart fiscal entre le gaz et les carburants traditionnels". Patrick Corbin appelle également le Parlement à adopter les amendements en faveur d’un dispositif de suramortissement de 40 % pour les poids lourds, et d’éviter de soumettre les gaz renouvelables à la fiscalité carbone. Pour financer ces mesures, l’association suggère "d’y affecter une partie des investissements d’avenir".

Érick Demangeon

Vendredi 8 Décembre 2017



Lu 1445 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 12 Janvier 2018 - 13:13 L'espagnol GLT passe dans le giron de Gefco

Vendredi 5 Janvier 2018 - 14:56 Le port d'Anvers investit dans le report modal


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse