L'Afrique du Sud aimante les services de la côte Est


Le trafic maritime de et vers Afrique de l'Est, du Sud et océan Indien est en hausse constante. La relation de cette région avec l'Europe est marquée par une forte orientation vers l'Afrique du Sud d'un côté et le range Nord de l'autre. Les flux progressent mais le nombre de service est constant.


© Tanzania Port Authority
© Tanzania Port Authority
Dix-huit armateurs opèrent des services de ligne maritime régulière sur les ports d'Afrique du Sud, de l'Est et de l'océan Indien. Maersk Line est le premier d'entre eux, avec une part de 32 % de la capacité annuelle de marché, un indicateur utilisé par Dynamar (Annual Trade Capacity, ATC). Le danois propose une capacité annuelle de 1,35 million d'EVP. Suivent MSC (1,05 M EVP), CMA CGM (0,5 M EVP), Cosco (0,29 M EVP), Pil (0,27 M EVP), Evergreen (0,2 M EVP) et One (0,19 M EVP).
La zone est reliée à cinq grandes régions : l'Asie, le Moyen-Orient/Sous-continent indien, l'Europe/Méditerranée, les Amériques et l'Afrique occidentale, dans l'ordre d'importance de cette capacité disponible, et un total de 260 navires sont opérés sur ces services, dont 177 affectés à des lignes dédiées à cette région, en hausse de 8 % par rapport à l'étude précédente de 2017. Leur capacité moyenne est de 4.000 EVP, contre 3.600 en 2015.
Ces navires cumulent une capacité de 715.000 EVP (+ 20 %), soit 4.000 EVP en moyenne. Les lignes avec l'Extrême-Orient concentrent 47 % des navires et 54 % de la capacité, le Moyen-Orient/Sous-continent indien 25 % et 17 %. L'Europe et la Méditerranée sont derrière en nombre de navires, mais deuxièmes en termes de capacité (21 %), avec les bateaux les plus gros : 6.000 EVP en moyenne contre 4.600 pour l'Asie.

L'Afrique du Sud dénominateur commun

Des 22 ports de la zone touchés par des services intercontinentaux, cinq sont sur la côte Est de l'Afrique, dix au Sud du continent et 7 dans les îles de l'océan Indien.
Le Sud reçoit 53 % de l'ATC, dont 22 % pour Durban. Mombasa est le deuxième port le mieux doté de ce point de vue (18 %), devant les escales de l'océan Indien (14 %), "même si seuls Port-Louis et Port Réunion reçoivent une part significative", précise Dynamar.

"Depuis l'Est ou l'Ouest mais toujours par l'Afrique du Sud"


À l'Est, Dar Es Salaam et Mombasa ne desservent pas que la Tanzanie et le Kenya. Ils sont des hubs entre la côte Est et l'océan Indien mais aussi les principaux débouchés pour les pays enclavés de la zone (Burundi, Éthiopie, Malawi, Rwanda, Sud Soudan, Ouganda et Zambie). Durban, Maputo et Walvis Bay ont la même fonction au Sud (Botswana, Lesotho, Swaziland et Zimbabwe).
En quatre ans, Dynamar a constaté une hausse des capacités mais une baisse du nombre d'armateurs présents sur cette région, deux de moins qu'en 2017 principalement du fait des fusions/acquisitions. One et Zim sont apparus tandis que Hamburg Süd (racheté par Maersk), “K” Line, Mol (fusion) et Simatech, qui a abandonné son activité de feedering, ont disparu.

Europe/Méditerranée : peu de nouveautés

Il existait en 2019 six services réguliers entre l'Europe (du Nord et méditerranéenne) et l'Afrique de l'Est et du Sud (dont l'océan Indien). Ces services suivent deux schémas bien distincts : ceux qui touchent l'Afrique du Sud en passant par l'Atlantique et ceux qui concernent l'ensemble de la zone et empruntent le canal de Suez.
Ces six lignes sont opérées par huit armateurs déployant au total 41 navires. Ces derniers cumulent une capacité de 245.000 EVP. Ils connectent 22 ports européens à 11 ports africains et de l'océan Indien et fournissent une capacité annuelle de transport de 757.000 EVP, soit 27.000 EVP de plus qu'en 2017, malgré la disparition d'un service.
Dynamar remarque qu'aucun service dédié exclusivement à celle-ci n'a été créé depuis près de quinze ans. MSC a remédié à cette situation pendant quelques mois début 2018 en créant une rotation entre l'Europe du Nord et Port Réunion, Port-Louis (Maurice), Mombasa et Dar Es Salaam. Mais les deux ports de l'océan Indien séparés du service Australia Express de l'armateur l'ont réintégré au bout de deux mois lorsque le service a été étendu au Nord à deux ports de la mer Baltique (Gdynia et Klaipeda). L'Afrique de l'Est est de nouveau reliée via un transbordement.
Selon Dynamar, le seul changement notable depuis 2017 a été la réorganisation du service WAF5 de Maersk Line. Celui-ci était dédié à la COA avec une extension vers Walvis Bay (Namibie) mais il a été supprimé.
Des six services Europe/Med touchant l'Afrique de l'Est et du Sud, quatre sont dédiés à cette zone. Mais seulement deux d'entre eux sont exclusivement tournés vers le conteneur, explique Dynamar : le multipartite “SAECS” et MSC (90 % de l'Annual Trade Capacity à eux deux). Les deux touchent le Sud du continent, point incontournable de ce trade.
Les deux autres sont multipurpose dans le cas de l'allemand MACS (par l'Atlantique) ou conro (conteneur et ro-ro) dans le cas de l'italien Messina (via l'océan Indien).
Les deux "autres" sont 100 % conteneurs mais font escale dans les îles de l'océan Indien avant de continuer vers l'Australie.
MSC est de loin leader sur le trade Europe-Afrique de l'Est avec 51 % de la capacité, devant Maersk 26 % et One (9 %).

Un trade équilibré

La rotation type implique 7 à 8 ports européens (jusqu'à 12 pour l'Australia Express de MSC) et 3 à 4 ports africains ou de l'océan Indien (jusqu'à 6).
Onze ports d'Europe du Nord et autant de Méditerranée sont connectés à l'Afrique de l'Est et du Sud. Rotterdam est le pivot de ces rotations, avec 4,5 escales par semaine et 18 % de l'ATC à lui seul. Suivent en nombre d'escales Londres (4), Le Havre (3), puis Hambourg et Anvers (2,5).
Marseille-Fos est le port le plus touché en Méditerranée (2 escales), devant Gênes (1,3). La France est le pays qui cumule le plus d'escales hebdomadaires (5) mais ce sont les Pays-Bas (4,5), l'Allemagne (4,5) et le Royaume-Uni (4) qui ont la part de capacité la plus élevée : 18 % chacun contre 8 % pour l'Hexagone. De ce point de vue, le déséquilibre est fort entre le Nord (78 %) et le Sud de l'Europe (22 %).
À l'autre bout, l'Afrique du Sud aimante les escales (6,8) et trois de ses ports vampirisent la capacité : Durban (32 % de l'ATC), Le Cap et Ngqura-Port Elizabeth (30 % chacun). Puis vient Port Réunion avec 3 %.
Concernant le trafic, le trade a atteint 1,2 million d'EVP en 2017, en hausse de 16,2 % en cinq ans pour un taux de croissance annuelle de 3,8 %. L'Afrique du Sud seule a capté 71 % de ce volume (851.000 EVP) et l'océan Indien 20 % (241.000 EVP).
La croissance est presque identique dans les deux sens du trajet. Les flux restent légèrement déséquilibrés en faveur du Nord-Sud : 56 % des volumes ou 100 EVP sortis d'Europe pour 75,5 EVP entrants.
Mais d'une part cet écart diminue, selon Dynamar, et d'autre part, il est désormais presque uniquement le fait des ports insulaires. Tandis que les flux import-export sont proches de l'équilibre sur l'Afrique de l'Est et du Sud, les ports de l'océan Indien traitent 80 % de leur trafic à l'import (190.300 EVP sur 240.800).

© Port Agency Services Durban
© Port Agency Services Durban

Franck André

Vendredi 20 Décembre 2019



Lu 1077 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal