L’ENSM dans le collimateur de la Cour des comptes


La Cour des comptes épingle la conduite par l’État de la réforme et la gestion de l’École nationale supérieure maritime (ENSM), dans son rapport annuel publié le 7 février. Et préconise le regroupement des sites sur Le Havre et Marseille.


Cette situation a été "aggravée par la construction d’un nouveau bâtiment au Havre" © Éric Houri
Cette situation a été "aggravée par la construction d’un nouveau bâtiment au Havre" © Éric Houri
Le rapport est sévère. À lire les 43 pages publiées par les magistrats de la rue Cambon, la situation est dite "alarmante" : "un avenir à clarifier", "une réforme mal conduite, un processus inachevé", "une crise de la gouvernance qui se double d’une crise financière", "des problèmes de recrutement des enseignants maritimes"... Sept ans après la création de l'École nationale supérieure maritime (ENSM), qui accueille aujourd’hui environ 1.200 élèves sur quatre sites (Marseille, Le Havre, Nantes et Saint-Malo), le bilan est sévère. Autant pour l’État que pour l’école elle-même.
L’ENSM a été créée fin 2010, regroupant au sein d’une même entité les quatre écoles historiques, ex-hydro, dans le cadre de la réforme de l’enseignement maritime supérieur qui vise notamment à inscrire la formation des officiers de la marine marchande dans le cursus d’une école d’ingénieurs. L’école a souffert dès le départ, selon la Cour des comptes, d’"orientations stratégiques tardives" et de la "dispersion des services". La réforme a été "mal préparée et précipitée", avec "peu d’accompagnement de la tutelle dans les premiers mois d’existence de l’établissement". Enfin, le sujet qui fâche, sans surprise, est celui de "l’absence de choix relatif aux implantations".

Mise en concurrence entre les villes

Chacune des collectivités locales se battant pour conserver ses formations, "les orientations politiques et déclarations ont été erratiques jusqu’à la confirmation du maintien des implantations des quatre ENMM par le ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche en novembre 2012". Résultat, dénonce la Cour des comptes, une "situation coûteuse" en termes de masse salariale et équipements pédagogiques, et une mise en concurrence entre les villes, même si des spécialisations ont été mises en place sur chaque site. Cette situation a été "aggravée par la construction d’un nouveau bâtiment au Havre". Édouard Philippe, alors député-maire du Havre, avait défendu le maintien de la formation au Havre, menacée par le transfert à Marseille. Un établissement flambant neuf avait été construit en 2015, à près de 30 millions d'euros financés par les collectivités locales et l’État. Pouvant accueillir quelque 1.000 étudiants, le site inauguré par François Hollande en octobre 2015 et devenu le siège social s’est avéré, depuis, surdimensionné.

"Une situation coûteuse en termes de masse salariale et équipements pédagogiques"


Pour la Cour des comptes, "la responsabilité de cette situation incombe au moins autant à la tutelle, qui n’a pas créé les conditions d’une réforme réussie et a contribué, par ses décisions et parfois son absence de décision, à déstabiliser l’école, qu’à cette dernière". Reste que, point positif, malgré la mise en place laborieuse des nouveaux cursus, l’ouverture à l’international et le développement de la recherche ont progressé.
La Cour formule une flopée de recommandations : la réorganisation de l’école au Havre et à Marseille permettrait une économie annuelle de 2 à 3 millions d’euros, les autres sites pouvant être hébergés au sein d’établissements d’enseignement supérieur, partenaires. Les services de direction devront être regroupés sur un seul site dans les meilleurs délais ; supprimer les compétences élargies du président du conseil d’administration ; mettre en place la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ainsi qu’un véritable plan de formation.
Le président du conseil d’administration de l'ENSM, Hervé Moulinier, approuve la restructuration des sites avec l'ouverture d'antennes à Nantes et Saint-Malo, estime "logique" de regrouper les services centraux au Havre, site le plus récent et principal, et regrette que ne soient pas soulignés "la dynamique de l’établissement et les progrès accomplis sur la période analysée", comme le contexte actuel plus favorable à la formation, grâce à "une politique maritime ambitieuse de croissance bleue". Le prochain contrat d’objectifs et de performance (COP) 2018-2022 devrait être signé avec l'État en juin 2018.

Natalie Castetz

Jeudi 8 Février 2018



Lu 777 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy