L’État n'exclut pas que Fincantieri soit minoritaire dans la reprise de STX France



DCNS pourrait entrer au capital des chantiers nazairiens © STX Europe
DCNS pourrait entrer au capital des chantiers nazairiens © STX Europe
Après une table ronde avec les syndicats de STX France, le secrétaire d’État à l'Industrie a visité mercredi 4 janvier le chantier naval de Saint-Nazaire, accompagné d'élus locaux. Il n'a pas exclu que Fincantieri soit minoritaire dans le futur actionnariat. "Je rappelle qu'avec 33 % l’État a une minorité de blocage, mais il est clair que notre projet, celui que nous discutons avec Fincantieri, n'est pas forcément une hypothèse où Fincantieri serait majoritaire à lui tout seul".
"Ce qui est exprimé par les uns et par les autres, c'est la volonté d'avoir un industriel de référence. Avoir un industriel de référence, ce n'est pas forcément avoir un industriel majoritaire", a répété Christophe Sirugue.
Répondant au maire (PS) de Saint-Nazaire, David Samzun, qui "(verrait) plutôt d'un mauvais œil que Fincantieri soit majoritaire et qu'il soit donc le patron de nos chantiers", le secrétaire d'État a dit "(considérer) comme lui qu'il vaudrait mieux que nous ayons une participation qui associe plus d'acteurs que simplement l’État et Fincantieri", même si "aujourd'hui il est trop tôt pour dire ce que doit être ou pas la part des uns ou des autres".
Le sénateur socialiste de Loire-Atlantique Yannick Vaugrenard s'est réjoui de cet "élément nouveau (...) apporté" par le secrétaire d’État. "Ça me semble hautement souhaitable que Fincantieri soit minoritaire", a réagi le sénateur.
L'une des hypothèses est l'entrée au capital de l'industriel DCNS, en grande partie détenu par la France, ce qui permettrait de "renforcer la présence de l’État sans forcément aller jusqu'à une nationalisation qui n'est pas nécessaire si nous avons un bon pacte d'actionnariat établi entre DCNS, l’État, Fincantieri et peut-être d'autres", a souligné Christophe Sirugue. "L’État se garde toutes les possibilités d'intervention si les échanges avec Fincantieri ne devaient pas être conformes aux priorités" fixées par le gouvernement, la première priorité étant le maintien de l'activité sur le site de Saint-Nazaire, a-t-il prévenu.
"Il faut un équilibre dans le capital et éviter que Fincantieri considère Saint-Nazaire comme une simple unité de production", a estimé de son côté le président (LR) de la Région Pays-de-la-Loire, Bruno Retailleau. "Je pense qu'on peut être opérateur industriel et pas majoritaire", a-t-il poursuivi, affichant sa préférence pour l'hypothèse "où l’État plus DCNS auraient une participation inférieure à 50 %,et que Fincantieri aurait aussi une participation qui approche celle du pôle public toujours inférieure à 50 %, complétée par d'autres acteurs". Bruno Retailleau a par ailleurs réitéré sa proposition de faire entrer la Région au capital "si c'est strictement nécessaire".
La justice sud-coréenne, chargée d'examiner la procédure de redressement judiciaire de la maison-mère des chantiers navals de Saint-Nazaire, le groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuilding, est entrée le 3 janvier en négociations exclusives avec le groupe italien Fincantieri pour la reprise de STX France.

AFP

Jeudi 5 Janvier 2017



Lu 423 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces



Les partenaires de l'Antenne



 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy