"L’Île-de-France sera la première bénéficiaire de Seine-Nord Europe"


Avec 3 milliards de tonnes-kilomètres, le bassin de la Seine est à l’origine de près de 50 % du trafic fluvial national. Entretien avec Didier Léandri, président-délégué général du Comité des armateurs fluviaux, sur les enjeux et défis de la voie d’eau pour la région Île-de-France.


© HAROPA-Ports de Paris
© HAROPA-Ports de Paris
Les principaux flux du bassin de la Seine sont les matériaux de construction, les céréales et les conteneurs. Comment évoluent ses trafics ?

La reprise des matériaux de construction et déblais préfigure une progression de cette filière ces prochaines années, portée par les chantiers du Grand Paris. Dans les conteneurs, l’entrée en service, suivie de la montée en puissance du chantier multimodal au Havre, fait oublier son démarrage difficile. Cette filière est toutefois confrontée à une concurrence rude de la route et aucun opérateur fluvial n’y gagne de l’argent. Ce constat souligne le caractère essentiel de l’aide à la pince à défaut d’introduire les externalités de chaque mode dans leur tarification. La principale inquiétude concerne les céréales après une campagne 2016-2017 désastreuse avec une incidence sur l’offre ainsi que sur le niveau des prix du transport fluvial. En parallèle, les filières énergétiques sont en berne, et aucune reprise des trafics rouliers ne pointe à l’horizon.

Quels sont les aménagements à réaliser pour améliorer la fiabilité de la navigation sur l’axe et en prévision de Seine-Nord Europe ?

L’ouverture du port de Longueil-Sainte-Marie, poste avancé en prévision de Seine-Nord Europe, du chantier HTE, bien que perfectible, et la gestion automatique des écluses de la Petite Seine sont des aménagements encourageants. Sur la période 2015-2020, le CPIER Vallée-de-Seine prévoit une capacité d’investissement de 155 millions d’euros, un record. Inscrite dans ce contrat, la priorité est la fiabilisation de l’écluse de Méricourt (50 millions d’euros jusqu’en 2020, NDLR) et le déploiement du Système d’information fluvial (SIF). En prévision de Seine-Nord, trois aménagements doivent être accélérés avant 2024 : Magéo, le tronçon Bray-Nogent et l’accès direct à Port 2000 sous la forme d’une chatière car le chantier HTE ne peut à lui seul répondre en quantité, qualité et prix aux besoins de la logistique fluviale. Ces projets doivent être mis en avant lors de la révision du CPIER à mi-parcours, sachant que le calendrier est serré. Dès leur conception, les professionnels fluviaux doivent être consultés. Une solution équitable doit aussi être trouvée pour les frais de manutention fluviaux dans les ports maritimes.

"L’écluse de Méricourt est la priorité pour fiabiliser la navigation sur l’axe Seine"


Quel est l’enjeu de Seine-Nord Europe pour l’Île-de-France ?

La première région bénéficiaire de Seine-Nord sera l’Île-de-France pour ses approvisionnements en matériaux de construction, granulats en particulier. En améliorant au préalable le transit fluvial au Havre, les ports normands seront également les grands gagnants de cette nouvelle infrastructure dans le domaine des céréales comme des conteneurs. Les professionnels de la voie d’eau et les ports français ont le même objectif de compétitivité.

Comment analysez-vous l’offre de réparation et de construction fluviales sur le bassin de la Seine ?

Le principal opérateur de l’axe est le Chantier des Hauts-de-Seine. Au-delà, il existe des formes de radoub et des docks flottants au Havre et à Rouen ainsi qu’une dizaine de petits chantiers en amont et en aval de la Seine. Globalement, cette offre est insuffisante et demeure un enjeu pour le développement de la voie d’eau sur le bassin. C’est pourquoi les professionnels fluviaux avec Haropa tentent de créer des clusters dédiés à ses activités.

Où en est-on du projet de bornes électriques sur l’axe Seine ?

Les neuf bornes prévues seront opérationnelles d’ici la fin de l’année. Il s’agit d’un investissement de près d’un million d’euros financé par l’Ademe et le CPIER Vallée de Seine.

Érick Demangeon

Jeudi 10 Août 2017



Lu 1334 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse