L'UE et le Japon tentent de contourner les "nouvelles routes de la soie"


Gros plan
L'UE et le Japon tentent de contourner les "nouvelles routes de la soie"
L'UE et le Japon ont signé vendredi 27 septembre un accord pour coordonner de nouveaux réseaux de transport ainsi que de nouvelles infrastructures énergétiques et numériques reliant l'Europe à l'Asie. Cet accord signé dans le cadre du Forum européen sur la connectivité qui se tenait à Bruxelles est une réponse au projet pharaonique des "nouvelles routes de la soie", lancé par Pékin.
L'inquiétude ne cesse en effet de croître face à la dévorante ambition de Pékin, depuis le lancement de son vaste projet en 2013 de relier la Chine à l'Asie, l'Europe et l'Afrique, avec des ports, lignes ferroviaires, aéroports et parcs industriels. Les "Nouvelles routes de la soie", sont accusées de polluer les pays traversés, mais aussi de pousser les États qui y participent à s'endetter auprès des firmes chinoises sans qu'ils soient capables de rembourser.
"Il s'agit de léguer aux générations à venir un monde plus interconnecté, un environnement plus propre et non pas des montagnes de dettes", a mis en garde le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Et d'enfoncer le clou: "Il s'agit aussi de créer plus d'interconnexions entre tous les pays à travers le monde et non pas plus de dépendance à l'égard d'un pays". "Bien sûr, il va sans dire que pour que la connectivité entre le Japon et l'Europe soit solide comme un roc, l'Indo-Pacifique - la route maritime qui mène à la Méditerranée et à l'Atlantique - doit être libre et ouverte ", ajoute le premier ministre japonais Shinzo Abe.
Guerre d'influence
M. Abe faisait ainsi allusion aux préoccupations que suscite le fait que la Chine cherche à utiliser les "nouvelles routes de la soie", en particulier les projets portuaires en Asie, pour dominer les voies maritimes. Officiellement, l'UE insiste sur le fait qu'elle n'entend pas rivaliser avec la Chine avec ses grands projets d'interconnexion avec l'Asie. Mais officieusement, de hauts responsables européens reconnaissent que c'est le projet chinois qui oblige Bruxelles à réagir. "La Chine nous a réveillés", a déclaré un haut fonctionnaire de l'UE. Dans sa communication, l'Europe évalue à 1300 md EUR par an les investissements nécessaires dans les infrastructures asiatiques pour maintenir les taux de croissance actuels et s’adapter au changement climatique.


Jean-Claude Juncker présente la stratégie de la Commission visant à relier l’Europe à l’Asie ©Europa
Jean-Claude Juncker présente la stratégie de la Commission visant à relier l’Europe à l’Asie ©Europa
L'UE et le Japon ont signé vendredi 27 septembre un accord pour coordonner de nouveaux réseaux de transport ainsi que de nouvelles infrastructures énergétiques et numériques reliant l'Europe à l'Asie. Cet accord signé dans le cadre du Forum européen sur la connectivité qui se tenait à Bruxelles est une réponse au projet pharaonique des "nouvelles routes de la soie", lancé par Pékin.
L'inquiétude ne cesse en effet de croître face à la dévorante ambition de Pékin, depuis le lancement de son vaste projet en 2013 de relier la Chine à l'Asie, l'Europe et l'Afrique, avec des ports, lignes ferroviaires, aéroports et parcs industriels. Les "Nouvelles routes de la soie", sont accusées de polluer les pays traversés, mais aussi de pousser les États qui y participent à s'endetter auprès des firmes chinoises sans qu'ils soient capables de rembourser.
"Il s'agit de léguer aux générations à venir un monde plus interconnecté, un environnement plus propre et non pas des montagnes de dettes", a mis en garde le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Et d'enfoncer le clou: "Il s'agit aussi de créer plus d'interconnexions entre tous les pays à travers le monde et non pas plus de dépendance à l'égard d'un pays". "Bien sûr, il va sans dire que pour que la connectivité entre le Japon et l'Europe soit solide comme un roc, l'Indo-Pacifique - la route maritime qui mène à la Méditerranée et à l'Atlantique - doit être libre et ouverte ", ajoute le premier ministre japonais Shinzo Abe.

Guerre d'influence

M. Abe faisait ainsi allusion aux préoccupations que suscite le fait que la Chine cherche à utiliser les "nouvelles routes de la soie", en particulier les projets portuaires en Asie, pour dominer les voies maritimes. Officiellement, l'UE insiste sur le fait qu'elle n'entend pas rivaliser avec la Chine avec ses grands projets d'interconnexion avec l'Asie. Mais officieusement, de hauts responsables européens reconnaissent que c'est le projet chinois qui oblige Bruxelles à réagir. "La Chine nous a réveillés", a déclaré un haut fonctionnaire de l'UE.
Dans sa communication, l'Europe évalue à 1300 md EUR par an les investissements nécessaires dans les infrastructures asiatiques pour maintenir les taux de croissance actuels et s’adapter au changement climatique.

AFP

Lundi 30 Septembre 2019



Lu 909 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces






 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy