L'UMEP face au défi de la fluidité au port du Havre


Face aux perturbations des secteurs maritimes et logistiques, l’Union maritime et portuaire (Umep) du Havre se mobilise pour éviter la congestion des terminaux à conteneurs.


© Haropa Port
© Haropa Port
Perturbations en Chine notamment en raison des confinements, congestion des ports américains et d’Europe du Nord, guerre en Ukraine… Tout juste un an après son investiture, Hervé Bonis le concède : les temps sont "incertains". Le président de l’Union maritime et portuaire du Havre (Umep) l’a reconnu, lors de l’assemblée générale ce vendredi 24 juin, la fluidité du passage portuaire est bien le défi prioritaire à relever par les professionnels.

Certes, le port du Havre ne connaît pas les problèmes de congestion de ses concurrents du Range Nord : "Nous n’avons pas de navire en attente d’être servi", assure Hervé Bonis. Cependant, "dernier port touché à l’export, Le Havre subit particulièrement les retards récurrents rencontrés sur les escales précédentes de la rotation européenne, commente Christophe Vandecasteele, directeur GMP et au collège Manutention de l’Umep.

Rendez-vous basés sur les escales confirmées

Un navire annoncé le 10 arrivera peut-être le 12, le 19, voire trois semaines plus tard, ou même, n’arrivera pas". Si les services Europe-Afrique sont réguliers, les lignes reliant l’Asie subissent des escales fluctuantes, sans visibilité. Résultat, le temps d’immobilisation d’un conteneur "s’est allongé de quatre jours calendaires en moyenne par rapport à 2019". Se pose alors "le problème de stockage et de rotation des conteneurs export sur les terminaux de Port 2000, qui ne sont pas calibrés pour cela". À la clé, des frais imprévus supplémentaires et une forte tension sur les terminaux.

Et au Havre, le temps d’attente sur l’un des terminaux avait atteint "entre 4 et 6 heures pour charger ou décharger les transporteurs routiers", s’était récemment plaint un commissionnaire de transport international. Hervé Bonis l'a précisé : "En matière de crises internationales, l’Umep ne peut pas apporter de solutions, mais cela ne l’empêche pas de formuler des réponses".

Ainsi, un groupe de travail a été mis en place sur la fluidité du passage des poids lourds à Port 2000. L’ouverture ponctuelle des terminaux le samedi matin et une meilleure gestion des créneaux horaires des rendez-vous des transporteurs routiers, liés aux dates effectives d’escales confirmées, ont déjà entraîné la réduction des temps d’attente sur les terminaux, selon l’Umep.

Report modal insuffisant

La place portuaire s’est mobilisée. Un outil de mesure des performances a été développé avec le cabinet Circoé, s’appuyant sur des données fournies par tous les acteurs de la place. Cet outil permet de "mettre les stéréotypes à l’épreuve des faits, de nourrir nos discussions et d’imaginer des solutions innovantes". L’Umep se veut aussi "vigilante" sur le dossier de la chatière, cet accès fluvial direct à Port 2000 toujours à l’étude, "essentiel au développement de la multimodalité et à la massification de la sortie ses terminaux". Et ce, quand "Le Havre affiche le taux de report modal le plus faible des grands ports européens", déplore l'Umep.

Autre défi, le développement des énergies nouvelles et de l’hydrogène vert. "L'Umep ne peut que se réjouir de la confirmation par Élisabeth Borne de l’implantation au Havre d'un terminal méthanier flottant", note aussi Hervé Bonis. Enfin, le troisième défi à relever par l’Umep est celui de l’apprentissage et de la formation. Une commission dédiée vise à développer l'alternance et prépare un Forum pour l’emploi afin de promouvoir les métiers.

Natalie Castetz

Mardi 5 Juillet 2022



Lu 3772 fois



Dans la même rubrique :
< >
 

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal