L'UMF lève le voile sur sa contribution au projet stratégique marseillais 2019-2023


Alors que du côté du Grand Port maritime de Marseille les seuls mots-clés du projet stratégique 2019-2023 ayant filtré sont "économie bleue et port vert", l'Union maritime et fluviale de Marseille-Fos vient de dévoiler les conclusions de ses trois mois de travail. En espérant qu'un maximum de requêtes fera mouche sur ce nouveau projet…


© Franck André
© Franck André
À trois mois du changement de la gouvernance du Grand Port maritime de Marseille (GPMM), l'Union maritime et fluviale de Marseille-Fos (UMF) a présenté le 16 janvier sa contribution au futur projet stratégique de l'établissement portuaire 2019-2023.
Pour Jean-Philippe Salducci, son président, la fédération des professionnels sent un "intérêt croissant pour le range Sud". Selon lui, "un basculement est possible", étant donné que les ports du range Nord sont saturés. Il ajoute toutefois que "la massification ne se décrète pas".

© Vincent Calabrèse
© Vincent Calabrèse
Il se félicite que l'activité portuaire se soit stabilisée mais quelques zones d'ombre subsistent à ses yeux. Ainsi, sur l'hinterland rhônalpin, il estime que le nœud ferroviaire lyonnais empêche le port phocéen d'aller à la conquête de l'hinterland situé au-delà de la Cité des Gaules. Il attaque de front l'Europe avec le projet ferroviaire Lyon-Turin, qui reste "le fossoyeur du port de Marseille-Fos". Il redoute de voir fuir des parts de marché vers les ports de l'Adriatique.
Son propos est aussi tranchant vis-à-vis de l'UE concernant le projet de canal Seine-Nord Europe (SNE). Selon lui, il constitue un péril pour les ports français.
Au chapitre des hydrocarbures, Jean-Philippe Salducci estime que le stockage reste la clé du développement dans la filière. "Étant donné que le range Nord est saturé, tous regardent Marseille avec intérêt", souligne-t-il. Mentionnant le dernier salon lyonnais Pollutec, il indique que "les capacités de valorisation locales constituent une des opportunités".

"Améliorer les accès ferroviaires sur les deux terminaux de Fos"

Si Jakob Sidenius, le PDG de l'opérateur Seayard, se félicite de la croissance enregistrée au cours des cinq dernières années, il souhaite pour les cinq années à venir "davantage d'emplois et de valeur ajoutée". Il rappelle la nécessité d'améliorer les accès ferroviaires sur les deux terminaux.
Amal Louis, présidente de l'AACN (sur le point d'achever son étude de benchmark sur le port de Marseille), rappelle que le GPMM doit avoir une politique tarifaire attractive. Elle souligne que les usagers ayant accepté une hausse de 2 % pendant les cinq dernières années, la situation financière du GPMM est rétablie. Elle évoque l'instabilité politique de pays tels que l'Algérie qui a fait chuter le trafic à Marseille avec ce partenaire du Maghreb de 60.000 à 30.000 EVP.
Jimmy Marolle, responsable de l'agence marseillaise de l'armateur DFDS, indique que le turc UN Roro (entré dans le giron du groupe danois il y a quelques mois) va devoir relier la Turquie au réseau nord-européen. "Nous allons prendre livraison de navires de 6.700 mètres linéaires, d'une capacité de 450 remorques. Il va falloir les placer dans des ports présentant des disponibilités à quai (…). Le port de Marseille a sa carte à jouer car il est embranché fer. Pour UN Roro, par rapport à Trieste, l'avantage est qu'on pourrait avoir des trains de 850 mètres contre 550 mètres. Le coût à l'unité est plus bas", estime-t-il.

"Davantage de report modal, davantage de vert, davantage de trafic et d'emplois"


Évoquant la progression de 400.000 à 600.000 passagers, Mathieu Hinchliffe, le directeur de l'agence marseillaise de Corsica Linea, indique que la porte 1 est saturée et réclame la création d'un "espace tampon".
Du côté du conventionnel, Jean-Claude Sarremejeanne, PDG de Sosersid, estime : "Après avoir connu Anvers comme premier port industriel français pendant des années, ce qui était une aberration totale, nous avons redéveloppé la manutention des colis lourds". Il juge toutefois aujourd'hui que, "pour opérer de l'éolien offshore, nous n'avons pas la résistance à quai". Et d'ajouter : "Si on n'investit pas, on ne captera jamais le client de demain".
Fixant un objectif pour les cinq années à venir à l'issue des trois mois de travail fournis par l'UMF, le pilote Jean-Philippe Salducci souhaite pour le port de Marseille-Fos "davantage de report modal, davantage de vert, davantage de trafic et davantage d'emplois".
Pour ce nouveau projet stratégique, l'UMF a livré une contribution fournie dans l'objectif qu'un maximum de requêtes soient prises en compte. L'élargissement de la passe Nord des bassins Est et la rotule de Fos sont deux projets issus de sa participation au dernier projet stratégique.

Vincent Calabrèse

Vendredi 18 Janvier 2019



Lu 976 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces



Les partenaires de l'Antenne



 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy