L'UPR, entre satisfaction, vigilance et espoirs


Un an après son élection à la présidence de l’Union portuaire rouennaise (UPR), Christian Boulocher a déjà marqué de son empreinte l’instance patronale. Parmi ses croyances : le travail en équipe, l’ouverture aux jeunes, les nouvelles technologies ou encore le respect de l’environnement.


© Senalia
© Senalia
À la fin de l’été, comment se portent les 120 entreprises rouennaises que vous représentez ?
Globalement, les indicateurs sont au vert et les entreprises plutôt positives. Les résultats du port sont conformes aux objectifs fixés. L’accueil des premiers navires à 11 mètres de tirant d’eau conforte le bien-fondé du programme d’amélioration des accès maritimes. La bonne récolte de céréales cet été est également porteuse d’espoirs.

Christian Boulocher, président de l’Union portuaire rouennaise (UPR)
Christian Boulocher, président de l’Union portuaire rouennaise (UPR)
On entend dire ces dernières années que les manutentionnaires rouennais souffrent. C’est le cas ?
Je pense que dans tous les ports, pas seulement à Rouen, la manutention portuaire est un métier structurellement compliqué et en période de mutation. À Rouen, nous sommes vigilants sur le changement d’actionnariat en cours de la Normande de Manutention, du groupe Bolloré vers Maritime Kuhn. On devrait en savoir plus mi-octobre.

Les marchandises diverses, et notamment les trafics conteneurisés maritimes, ne sont-elles pas un motif d’inquiétude ?
D’inquiétude, non. De vigilance, oui. Depuis deux ans, on constate effectivement une érosion des trafics. Mais je crois fermement à un rebond. D’autant que la préfiguratrice de la fusion à venir des trois ports de l’axe Seine, Catherine Rivoallon, l’a déjà affirmé à plusieurs reprises : chaque port gardera ses spécialités territoriales. Rouen est un port de marchandises avec une position géographique idéale entre Paris et Le Havre où les coûts de stationnement, de passage, de brouettage des boîtes sont élevés quand Rouen offre des facilités opérationnelles. À nous de concevoir une logistique portuaire écologiquement responsable. Sur ce point, l’extension de la zone RVSL amont confiée au groupe P3, dont je rappelle qu’il est détenu par des fonds souverains de Singapour, constitue un signal positif. Par ailleurs et ce n’est pas anecdotique, nous venons d’enregistrer quatre demandes d’adhésion de la part de commissionnaires de transports présents au Havre, dont certains avaient quitté Rouen.

Ne constate-t-on, parallèlement, pas des relations apaisées entre les entreprises portuaires et le monde politique ?
Nos préoccupations sont en phase avec la Cop 21 adoptée par la Métropole, et les relations de travail que nous avons entretenues lors du dossier de la navette fluviale ont fait la démonstration de l’existence d’une communauté portuaire soudée qui a impressionné les élus. Ces derniers mois, on parle beaucoup du port.

Où en est le dossier de la fusion ?
Catherine Rivoallon tient sa feuille de route et son calendrier. Elle a bouclé son équipe, pris la présidence du GIE Haropa, trouvé des accords avec les organisations syndicales. Les trois unions portuaires et directions des ports sont en phase. Au passage, la nomination de Pascal Gabet à la direction du GPMR a été bien accueillie par la communauté portuaire rouennaise. Un point d’étape est prévu en octobre avec le Premier ministre.

Après votre élection, il y a quatorze mois, vous avec confié des missions thématiques à cinq personnalités portuaires. Où en sont vos cinq mercenaires ?
Patron de Promaritime, Éric Lelièvre a joué, par exemple, un rôle déterminant dans le dossier emblématique de la navette fluviale. Il est chargé de la promotion et de l’attractivité du port. Notre fil conducteur est de créer chaque année un événement maritime à Rouen, avec des partenaires. Il y a eu cette année le business event consacré au conteneur lors de l’Armada. En 2020, le thème sera l’agro-industrie, en 2021 les engrais et en 2022 la filière pharmaceutique.

Ancienne présidente du Pilotage en Seine, Catherine Cornu a pris en charge les aspects environnementaux et la RSE. Où en êtes-vous ?
Nous avons pris le leadership de la partie transports de la Cop 21 de la Métropole. Une enquête a été menée auprès de nos entreprises qui a obtenu un très bon taux de retour. Une synthèse en sera faite. Plusieurs réunions se sont tenues avec le GPMR, Engie, La Poste notamment. Nous avons de grandes ambitions et voulons des actions concrètes avec des objectifs et des indicateurs. Parmi les premières, l’une touche à la biodiversité dans les entreprises ou encore la récupération des déchets de bureaux.

"Nous avons pris le leadership de la partie transports de la Cop 21 de la Métropole"


Du côté de la communication et des nouvelles technologies, c’est Loïc Thomas, patron du groupe Sormar, qui a été missionné. Premier bilan ?
Il y a beaucoup de sujets transversaux à l’image de la navette où Loïc a également joué un rôle prépondérant. Parallèlement, il met la dernière main à une refonte complète de notre site internet et à notre présence accrue sur les réseaux sociaux. Nous souhaitons communiquer davantage sur nos résultats mais aussi nos objectifs. Par ailleurs, Loïc recevra dès le 2 septembre le soutien et l’aide de Thomas Courtier qui intègre l’UPR avant d’en prendre la direction en février.

Directeur de Senalia, Gilles Kindelberger est le monsieur formation de l’UPR. Un point sur cet aspect ?
C’est capital. Avec notre centre de formation, nous disposons d’un outil extraordinaire de pré-sélection pour du sur-mesure. Nos entreprises doivent aller davantage vers les gens pour faire connaître l’attractivité et les besoins dans nos métiers. Nous avons eu d’excellentes relations avec Néoma Business School avec qui un partenariat sera signé très prochainement. UniLaSalle devrait suivre. Nous proposons une formation de 1.300 heures pour des agents supérieurs en transport maritime et activités annexes qui intéresse les Havrais. Nous avons conclu des accords nationaux pour former des déclarants en douanes avec des groupes comme Bolloré ou MSC France. C’est trop peu connu. Nous sommes trop modestes.

N’oublions pas Jean-Pierre Scournec, patron d’Euro Docks Services, qui chapeaute le conseil d’administration des jeunes, non ?
C’est une initiative qui a été saluée par tous. Plusieurs réunions de mise en route ont eu lieu et nous avons obtenu de leurs employeurs qu’ils puissent libérer leur parole. Installé, leur conseil d’administration comprend une quinzaine de membres. Je suis convaincu qu’ils vont nous sortir des idées qu’on n’a pas eues.

L'UPR entre au capital de la Soget

L'Union portuaire rouennaise (UPR) est entrée au capital de la Soget. Jusqu'ici, la société informatique qui fournit des Port Community System (PCS) AP+ et S)One était exclusivement détenue par des membres de la communauté portuaire havraise. L'UPR en était partenaire depuis sa création, en 1983, par le biais de l'Association pour services portuaires d’intérêt commun (Aspic) qu'elle avait créée alors. L'entrée au capital de la Soget de l'association des entreprises de la communauté portuaire a eu lieu le 20 juillet. Selon les deux entités, elle répond à "la logique de l’implantation en cours du PCS dernière génération de Soget à l'échelle de l'axe Seine" et "concrétise le partenariat historique entre les deux entités".

Vincent Rogé

Vendredi 11 Octobre 2019



Lu 1015 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces



Les partenaires de l'Antenne



 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy