L'UPR toujours remontée contre la gouvernance des ports


Rôle réduit du privé et des élus locaux dans la gouvernance des ports, Haropa, une fausse bonne idée, comme d'ailleurs une éventuelle fusion des ports de l'axe Seine, manque d'ambition maritime au plan national... Pierre-Marie Hébert, directeur de l'UPR, n'a, sans surprise, pas ménagé les instances portuaires en place.


© Éric Houri
© Éric Houri
Dans le cadre de ses rencontres mensuelles, le Propeller Club de Rouen recevait, le 22 septembre, Pierre-Marie Hébert, directeur de l’Union portuaire rouennaise (UPR). À la clé, sans surprise : une intervention décapante. De formation juridique (doctorat), Pierre-Marie Hébert (61 ans) possède sans doute des gènes de comédien, à l’image d’un de ses frères qui exerça cette profession. Face à une assistance record et en grande partie acquise à ses thèses, il est parvenu à ne jamais prononcer le mot Haropa, cette "marque à l’international qui ne sert qu’à glaner quelques awards". "Depuis sa création, pas une tonne supplémentaire, pas un navire de plus. Pire encore, des marques existantes comme port du Havre ou port de Rouen ont perdu en notoriété", a affirmé celui qui dirige l’UPR depuis 31 ans. Et d’égrener des chiffres s’appuyant pour partie sur le rapport Revet-Fourneyron (l’ex-députée de Rouen et ex-ministre était dans l’assistance, NDLR). En tonnage global, les ports de l’axe Seine détenaient 11 % des parts de marché sur le range nord-européen en 1990 contre moins de 8 % en 2015. Pour les trafics conteneurisés, la chute se situe de 9 à 6 %.
"Fermez le ban. Ce déclin est grave et incontestable. On ne joue pas et on ne jouera plus dans la cour des grands. Trop de retard a été pris. Il faut l’accepter avec modestie", a tonné Pierre-Marie Hébert. Pour lui, les raisons de ce déclin sont multiples mais tiennent surtout à la gouvernance des ports et à quelques "tartes à la crème normande".

"Haropa, cette marque à l’international qui ne sert qu’à glaner quelques awards"


"Nos Grands Ports maritimes sont dirigés par des instances où le privé est quasiment absent et même moins présent que dans les anciens Ports autonomes. Parallèlement, les collectivités régionales sont peu impliquées même quand elles souhaiteraient le contraire comme cela semble le cas pour Hervé Morin, président du conseil régional de Normandie. Ce ne sont pas les hommes qui sont en cause. C’est le système. Les pays nord-européens, l’Espagne ou l’Italie associent davantage les acteurs économiques et commerciaux à la gouvernance de leurs ports. Avec le succès qu’on sait", a déclaré en substance le directeur de l’UPR.

"Les fusions, non. Plus de privé, oui"

Côté "tarte à la crème", il a insisté sur les éventuelles fusions des ports de l’axe Seine. "Avec Paris, la mariée serait riche il est vrai. Mais nous ne faisons pas le même métier. Paris est un important aménageur foncier et restera un port fluvial et touristique avec moins de 0,2 % de ces tonnages de trafic maritime", a souligné Pierre-Marie Hébert qui déplore parallèlement le soutien parisien au canal Seine Nord-Europe.
Quant à une fusion avec Le Havre, il la voit également d’un très mauvais œil. "Le risque serait cette fois d’ordre social. Nos organisations sont très différentes", a-t-il estimé. En conclusion, le directeur de l’UPR a synthétisé : "Les fusions, non. Plus de région, pourquoi pas. Plus de privé, oui. Mais finalement, les problèmes de gouvernance c’est secondaire. Ce qui est capital c’est la place accordée aux ports dans l’économie française. Accordons quelques mois au nouveau gouvernement et à la cellule mise en place par le Premier ministre. Et croisons les doigts...".

Vincent Rogé

Mercredi 27 Septembre 2017



Lu 1151 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy