L'activité de Maurel et Prom chute de moitié sur neuf mois


La compagnie pétrolière française Maurel et Prom a publié jeudi 5 novembre un chiffre d'affaires réduit de plus de moitié sur les neuf premiers mois de l'année en raison de la chute des prix du pétrole et d'un repli de sa production.


© Maurel et Prom
© Maurel et Prom
L'activité de Maurel et Prom chute de moitié sur neuf mois, pénalisée par le pétrole. Le groupe, qui souhaite absorber son ancienne filiale nigériane MPI, a réalisé un chiffre d'affaires de 204,8 millions d'euros de janvier à septembre, en baisse de 54 % par rapport aux 446,8 millions d'euros engrangés sur la même période en 2014. Maurel et Prom a dit avoir souffert d'un recul de 22 % de sa production de pétrole à 19.689 barils par jour (dont une part de 15.751 b/j revenant au groupe) à un prix moyen de 50,9 dollars le baril, divisé par deux en un an.
En septembre, il a aussi subi une interruption de deux semaines de sa production au Gabon, sa principale zone d'extraction, en raison du percement d'un oléoduc. Elle a repris progressivement depuis et le groupe s'est dit confiant pour atteindre le niveau de 30.000 b/j qu'il s'était fixé pour 2015.
"Aujourd'hui, telles que se présentent les choses, nous sommes sortis de la zone d'incertitude dont nous avons été victimes pendant pratiquement neuf mois", a assuré le président, Jean-François Hénin. "On se sent relativement à l'aise pour atteindre l'objectif d'une trentaine de milliers de barils par jour de manière à peu près constante pour les mois qui viennent", a-t-il ajouté.
En tout, Maurel et Prom a vendu un peu plus de 4 millions de barils sur la période, soit 23 % de moins en un an. Cet impact négatif d'un marché pétrolier dégradé a été partiellement compensé par des effets de change favorables et le démarrage de la production d'un champ gazier en Tanzanie.
Comme les autres compagnies pétrolières, le groupe français a réduit ses activités de forage et diminué pratiquement par deux ses investissements. L'essentiel du programme d'exploration en Colombie a ainsi été repoussé en 2016 et le test pilote dans un projet de sables bitumineux au Canada sera mis en sommeil l'an prochain.
Maurel et Prom, qui a renégocié ses ratios financiers, s'est toutefois montré plus optimiste pour l'avenir. "Fort des ventes en Tanzanie, de l'augmentation de la production au Gabon dont un record a été atteint ce 22 octobre à plus de 31.000 b/j et d'une structure de dette ne présentant pas d'échéances majeures immédiates, le groupe bénéficie aujourd'hui de perspectives favorables même dans un contexte de prix bas", a-t-il souligné.
Annoncé fin août, le projet de fusion de Maurel et Prom avec son ex-filiale MPI prévoit l'échange de 1,75 action MPI par action Maurel et Prom, une parité que l'entreprise n'entend pas modifier après l'avoir déjà améliorée cet automne.
Maurel et Prom s'était séparé fin 2011 de MPI, qui détient 22 % des parts de la compagnie pétrolière nigériane Seplat, valorisée 1,4 milliard d'euros lors de son entrée à la Bourse de Londres en mars 2014.
Concernant la parité de fusion, "de manière catégorique, nous ne la changerions que si un événement extérieur (par exemple, la hausse des prix du pétrole, l'arrêt de la production de Seplat pendant six mois, l'arrêt de la production de Maurel et Prom pendant un mois) amenait un phénomène objectif qui remette en cause les calculs des experts", a insisté M. Hénin, alors que certains actionnaires contestent les termes de l'opération.
"Aujourd'hui, (...) rien ne justifie le changement des parités proposées", a ajouté le dirigeant.
La fusion sera soumise au vote des actionnaires lors d'une assemblée générale le 17 décembre.

AFP

Vendredi 6 Novembre 2015



Lu 271 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy