L'aéroport Marseille-Provence à l'épreuve de la Covid-19


Alors que la pandémie de coronavirus a mis la plupart des avions au hangar, le fret aérien à Marseille-Provence limite les dégâts. La spécialisation dans l'express de la plateforme explique en grande partie le phénomène.


Les vols passagers ont déserté le tarmac des aéroports © AMP
Les vols passagers ont déserté le tarmac des aéroports © AMP
De janvier à septembre, le trafic de fret avionné de l'aéroport Marseille-Provence (AMP) a diminué de 19,1 %. Au regard de la gifle subie par le transport aérien mondial en pleine crise de la Covid-19, ce n'est "pas si mal", juge Jean-Marc Boutigny, le responsable fret de la plateforme.
L'établissement aéroportuaire "en mode survie depuis mars", mis sous perfusion de l'État, a subi une baisse de 64 % de son trafic de passagers au cours des neuf premiers mois. À l'arrêt quasi-total au printemps, comme les autres, il a été privé de plus de 30.000 mouvements d'avions depuis le début de l'année, soit près de moitié moins que les quelque 8.500 mouvements mensuels de 2019.
Pas étonnant donc que le responsable se satisfasse des 36.015 tonnes de marchandises convoyées jusqu'ici en 2020, surtout au vu de la tendance récente.
Les volumes de septembre ne sont que 3,4 % inférieurs à ceux d'un an plus tôt. Après avoir atteint des valeurs mensuelles de 51 % et 48 % en avril et en mai, la baisse du trafic a été contenue entre 10 et 13 % pendant les trois mois d'été. "On est sur la bonne pente", apprécie Jean-Marc Boutigny.

Effet de compensation pour le fret express

L'activité numéro un de Marseille-Provence, le fret express, est en baisse de 16 % sur les neuf premiers mois, à 33.048 tonnes. Mais ses opérateurs ont connu des fortunes diverses en fonction de leur stratégie récente.
UPS est le seul qui a vu ses volumes augmenter, certes seulement de 0,1 %, pour 9.319 tonnes. Au plus fort de la crise sanitaire, mi-avril, l'expressiste américain a mis en place une liaison entre Marseille et Malte. Le fret en provenance de son hub de Cologne est depuis transbordé dans un ATR d'UPS à destination de l'île méditerranéenne, ce que l'allemand DHL faisait déjà. Cette modification ajoute quelque 160 tonnes mensuelles au trafic d'AMP.
Chronopost a arrêté tous ses vols entre le 17 mars le 2 juin pour basculer l'intégralité de son trafic vers la route. La filiale du groupe La Poste a vu son volume aérien diminuer de 29 % à Marseille-Provence (7.211 tonnes). Quant à Fedex, il a remplacé son Boeing 757 par des camions entre Marseille et Roissy-CDG depuis mi-juillet et a vu son trafic aérien plonger de 36 %, à 5.357 tonnes à fin septembre.

"Un report du fret traditionnel vers les avions des expressistes"


Dans cette catégorie, seul DHL n'a pas modifié ses capacités et a donc connu une évolution plus conforme à celle du marché. Le leader du fret sur l'aéroport a chargé et déchargé 11.158 tonnes de marchandises, soit une baisse de 6,4 %.
Le recul du fret express a été limité, ce secteur ayant à la fois pâti et profité des mesures anti-Covid-19. Jean-Marc Boutigny peut attester d'un bond du commerce électronique pendant le confinement : "Pendant que la production était en panne, les particuliers ont utilisé davantage les plateformes numériques. Cette consommation a partiellement compensé celle des entreprises". Le responsable a aussi constaté un report du fret traditionnel vers les avions des expressistes dû à la diminution du nombre de vols passagers, en particulier transatlantiques. Cette raréfaction a créé la pénurie, ce qui a réduit l'écart de prix entre services traditionnels et express réputés plus fiables.
Ces facteurs, ajoutés à la reprise de la production industrielle, incitent Jean-Marc Boutigny à un certain optimisme pour cette branche de l'activité à l'approche des fêtes de fin d'année, très porteuses pour le commerce en ligne. Déjà, les volumes pour le mois de septembre sont en nette hausse pour DHL (+ 22 %), UPS (+ 29 %) et Chronopost (+ 5 %), tandis que Fedex continue de plonger (- 60 %).

Des départs sans retour

Le fret traditionnel, quant à lui, a subi directement les effets de la fermeture des frontières aux passagers, mais s'en sort avec une baisse de 38 % à fin septembre, pour 2.967 tonnes avionnées. "La plupart des compagnies aériennes transportant du fret dans leurs soutes ont cessé leur activité", rappelle Jean-Marc Boutigny.
Hormis quelques vols de rapatriement, Air Algérie n'a pas touché Marseille depuis mi-mars en configuration passagers. Seul l'avion cargo opéré chaque semaine en partenariat avec Icar lui a permis de transporter 720 tonnes de janvier à septembre (- 40 %). Air Austral, également à l'arrêt depuis le confinement, a subi un recul de 59 % (157 tonnes) et la reprise en pointillés de ses liaisons avec La Réunion en octobre puis du 15 décembre au 25 janvier devrait faire manquer la saison des litchis à Marseille-Provence.
Aeroflot, Air Canada, Royal Air Maroc, El Al et Air Madagascar sont d'autres exemples de compagnies qui ne se sont pas posées sur les bords de l'étang de Berre depuis le printemps. De son côté, Turkish Airlines a redémarré six vols par semaine sur les douze d'avant la Covid-19.

Ethiopian Airlines défie les majeures

Seules trois compagnies de passagers ont repris à 100 % : Air Corsica, Air Sénégal et Ethiopian Airlines. Cette dernière est la grande satisfaction dans la catégorie fret traditionnel. Très offensive, elle assure ses deux à trois vols hebdomadaires depuis fin mai "alors qu'Air France, Lufthansa ou British Airways n'ont repris que partiellement, souligne le responsable fret. Même avec moins de passagers, la compagnie a fait le choix de faire voler ses avions – modernes et de grande capacité –, de générer des revenus et de faire tourner son hub d'Addis-Abeba". Ethiopian a donc pu poursuivre sa montée en puissance à Marseille-Provence, affichant une hausse de 190 % pour sa ligne lancée en juin 2019, soit 233 tonnes en neuf mois.
La compagnie qui, en France, dessert uniquement Paris et Marseille, tire parti de la réduction drastique du nombre de liaisons aériennes et de sa position de force en Afrique. L'horizon s'est élargi aussi pour AMP, qui a ainsi vu charger, dans les avions d'Ethiopian du fret mosellan destiné au Nigeria ou encore de la marchandise niçoise pour Shanghai.
Du côté des vols charters, outre les 136 tonnes de masques importés pour la première vague de coronavirus en métropole, l'aéroport a exporté du matériel sanitaire vers Cayenne (43 tonnes) et a centralisé l'aide de la diaspora arménienne en France pour quatre vols humanitaires qui ont quitté Marseille début octobre avec 20 tonnes de fret.
Même s'il regrette que certains transitaires de niche n'aient pas eu la trésorerie pour passer le cap de la crise, notamment sur le segment des produits périssables, Jean-Marc Boutigny s'estime mieux loti que beaucoup de ses collègues, notamment niçois (lire en page 60), et s'attend à vraiment limiter la casse cette année, "car le B to C va marcher avec ou sans reconfinement". Ce sera avec.

Franck André

Vendredi 6 Novembre 2020



Lu 2717 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Novembre 2020 - 15:55 ​Ana prévoit une augmentation de capital

Vendredi 27 Novembre 2020 - 15:51 ​Corsair : un coup de pouce de l'État


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal