L'aéroport Marseille-Provence comme si de rien n'était


Alors que la crise sanitaire s'éternise, l'aéroport marseillais a déjà presque retrouvé son niveau d'activité de 2019, aidé par l'express et Ethiopian Airlines, pendant que ses concurrents restent timorés.


Corsair va prendre le relais sur la desserte de La Réunion depuis Marseille © Alexandre Dudath
Corsair va prendre le relais sur la desserte de La Réunion depuis Marseille © Alexandre Dudath
Ce n'est décidément pas une crise comme les autres. L'aéroport Marseille-Provence (AMP) est bien placé pour savoir que la chute vertigineuse du trafic aérien depuis le printemps 2020 ne coïncide pas avec la tendance observée dans l'activité cargo. Jean-Marc Boutigny, responsable fret de la plateforme, admet être surpris d'avoir "déjà retrouvé un niveau de trafic normal" malgré la sous-capacité persistante en termes de soutes d'avions passagers. À la fin mai, AMP a déjà traité 24.622 tonnes de marchandises. C'est évidemment bien plus qu'à la même époque il y a un an (+ 35 %), mais c'est surtout quasiment équivalent au trafic des cinq premiers mois de 2019 (- 0,8 %), année record pour l'aéroport.

Les expressistes sur un nuage

L'express – très majoritaire dans le volume cargo à AMP – a bénéficié du contexte pandémique et des mesures de restriction. Ces dernières ont bridé le déplacement des personnes et l'activité des magasins physiques, favorisant un report des dépenses des ménages vers le commerce électronique. Les compagnies de fret express ont aussi profité de la rareté des vols passagers en récupérant une partie des marchandises de soutes.

Pour le principal opérateur à Marseille, DHL (7.611 tonnes, + 39 %), la reprise par rapport à 2020 s'est faite dans les mêmes proportions que celle d'UPS (7.274 t, + 38 %). Chronopost (6.249 t) a vu son volume bondir de 150 % après l'arrêt complet de son activité pendant deux mois et demi l'an dernier, de mi-mars à fin mai. FedEx a traité 1.563 t de colis (- 55 %), suite à l'abandon de l'air pour la route en juillet 2020. Les trois leaders sont en croissance respectivement de 10 %, 12 % et 15 % par rapport à 2019 (- 60 % pour FedEx).

Ethiopian prend le pouvoir

Le fret traditionnel a repris des couleurs mais on reste loin des niveaux d'avant la crise sanitaire. En l'absence de véritable reprise des vols passagers, il a atteint 1.924 tonnes au cours des cinq premiers mois, soit 4,3 % de plus qu'en 2020 et près d'un quart de moins qu'en 2019. Le nombre de mouvements d'avions sur l'aéroport Marseille-Provence est encore inférieur de deux tiers à ce qu'il était il y a deux ans.

"Les capacités soutes sont plus dynamiques que l'an dernier mais toujours insuffisantes, ce qui profite toujours à l'express", note Jean-Marc Boutigny.
Les historiques leaders de cette catégorie, Air Corsica et Air Algérie, sont en net recul avec respectivement, 558 tonnes et 360 tonnes. La compagnie algérienne a réalisé l'intégralité de ce volume en vols tout cargo (Alger et Hassi Messaoud).

"La plateforme joue maintenant un rôle de "gateway français"


De manière inattendue, c'est Ethiopian Airlines qui tient lieu de chef de file en ce début d'année. La compagnie, arrivée seulement en juin 2019 à Marseille, s'est déjà hissée à la première place des opérateurs de fret traditionnel avec 712 tonnes fin mai. Ses trois vols hebdomadaires en B787 (18 tonnes de capacité) embarquent peu de passagers mais raflent tout ce qu'ils peuvent du fret laissé par les autres.

Nice et Lyon en panne

"La compagnie bénéficie des déboires des aéroports concurrents puisque Emirates et Qatar Airways ont cessé de voler depuis Nice et Lyon", constate Jean-Marc Boutigny. Marseille-Provence a été amené à traiter du fret originaire (ou destiné) à la Côte d'Azur mais aussi aux régions Auvergne-Rhône-Alpes et Grand-Est, en provenance de l'aéroport Bâle-Mulhouse. De même, AMP a réceptionné une partie du trafic d'avocats importés du Kenya via Addis-Abeba et destinés à Rungis (environ 80 tonnes depuis le début de l'année). 

Le responsable fret marseillais relève que l'influence de son aéroport s'étend "dans les deux sens et bien au-delà de Provence-Alpes-Côte d'Azur" et que la plateforme joue maintenant un rôle de "gateway français". Bonne nouvelle, celui-ci devrait continuer de bénéficier du dynamisme de la compagnie africaine. "Ethiopian pense à s'investir davantage à Marseille avec une quatrième fréquence, confie Jean-Marc Boutigny. Les soutes sont pleines, il y a le potentiel".

Son représentant, le GSA (General Sales Agent) ATC est entré en fonction début mai après avoir recruté un commercial pour toute la moitié sud de la France, "une preuve de la motivation de la compagnie". Un autre développement attendu est celui de la relance des vols vers La Réunion par Corsair, qui prendra dès le 21 juin le relais d'Air Austral à raison de deux vols hebdomadaires alors que sa concurrente se concentrera sur Mayotte avec la même fréquence.
Vu l'avance déjà prise sur les prévisions, le responsable fret envisage désormais pour l'ensemble de l'année un trafic identique à celui de 2019 avec la réouverture attendue des frontières marocaines et algériennes.
 

AMP au cœur du dispositif Covax
L'aéroport provençal a reçu 3 millions de doses de vaccins anti-Covid-19 pour les CHU de Paca, d'Occitanie et de Corse.
Dans le cadre du programme de solidarité des Nations unies Covax, 620.000 doses de vaccin Pfizer-BioN'Tech produites en Europe ont été envoyées en Tunisie depuis Marseille sur les 4,3 millions prévues.

Franck André

Vendredi 11 Juin 2021



Lu 1167 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal