L'aéroport Marseille-Provence n'a pas attendu le retour des vols passagers


L'activité sur la plateforme provençale s'est remise de la crise sanitaire. L'express en reste le fer de lance et Ethiopian Airlines compense à elle seule l'effondrement des capacités de soutes.


© AMP
© AMP
Le trafic de fret à l'aéroport Marseille-Provence (AMP) a vite retrouvé la normale. Avec un total de 38.222 tonnes avionnées fin août, le volume des marchandises traitées en 2021 par la plateforme est proche de son niveau d'avant la crise sanitaire, soit - 1,9 % comparé à 2019 (+ 24,2 % par rapport à 2020). L'activité globale s'est même retrouvée en avance de près de 2 %, à la fin du premier semestre, sur ce qui reste son année record, mais le mois de juillet a terminé en retrait.

En l'absence de plus de la moitié des ses liaisons passagers susceptibles d'emporter du fret, AMP a pu profiter du dynamisme de l'express, un secteur à l'activité soutenue depuis le début de la crise du Covid-19 et les restriction successives dues à la pandémie.

Chronopost double la mise

À Marseille, où cette filière génère l'immense majorité des tonnages, ses résultats ont progressé de 23,9 % au cours des huit premiers mois de l'année par rapport à la même période de 2020 : ils atteignent 35.544 tonnes. Ce total est 2 % plus élevé qu'en 2019 sur la même période.

Dans le détail, les opérateurs DHL et UPS ont connu des trajectoires quasiment parallèles. Le premier a traité 11.968 tonnes de début janvier à fin août (+ 23,8 % par rapport à 2020) et le second a atteint les 9.685 tonnes (+ 20,1 %). Chronopost a réalisé un bond de 91 %, faisant mieux que rattraper les deux mois et demi d'arrêt complet de ses liaisons aériennes au printemps 2020. Le numéro deux de la discipline à Marseille a transporté 11.418 tonnes de fret express. De son côté, Fedex continue de suivre la courbe inverse après l'arrêt de ses vols l'été dernier au profit du camionnage depuis et vers Paris-CDG (- 50,4 %). Son trafic à fin août atteint 2.473 tonnes.

"Le niveau d'activité des avions cargo à fin août est identique à celui d'avant crise"


Dans ce contexte si particulier, les expressistes ont logiquement augmenté leur part dans le fret marseillais comparé à la période pré-Covid-19, à 90,5 %. Les marchandises qui échappent à ces opérateurs ont totalisé seulement 3.378 tonnes, mais elles sont en progrès de 26 % par rapport à l'année dernière.

La cause est identifiée : hormis Air Corsica (957 tonnes en 2021, + 1,4 %) et Ethiopian, qui ont toujours maintenu un service pendant la crise, aucune compagnie n'a complètement relancé ses vols passagers et les soutes qui vont avec. Certaines sont même toujours absentes comme Air Canada, Aeroflot ou Air Madagascar.

"Le niveau d'activité des avions cargo à fin août est identique à celui d'avant crise", annonce Jean-Marc Boutigny. Le nouveau numéro un du fret traditionnel à Marseille y est pour quelque chose. Ethiopian Airlines avait profité de l'arrêt presque total des vols réguliers concurrents pour placer trois avions par semaine entre Marseille-Provence et Addis-Abeba, faisant gonfler sa part de marché dans le fret provençal à destination et en provenance de l'Afrique et des Comores.

Ethiopian premier pour longtemps

En juillet, elle est devenue la deuxième compagnie avec Air Algérie (623 tonnes cette année, - 9,4 %) à assurer des liaisons tout-cargo, hors charters, en ajoutant à son offre un vol cargo hebdomadaire opéré entre Londres-Heathrow, AMP et le hub de la compagnie dans la capitale éthiopienne, voire un second en direct.

Alors qu'elle s'est posée pour la première fois en juin 2019 au pied du plateau de l'Arbois, Ethiopian se taille déjà la part du lion avec plus d'un tiers du fret traditionnel manutentionné par AMP depuis le début de l'année, soit 1.196 tonnes (+ 671 %). Le responsable fret marseillais attend un quasi-triplement des volumes de la compagnie par rapport à 2020, à 1.600 tonnes sur l'ensemble de l'année en cours.

Désormais, la première place de la compagnie africaine n'est plus un phénomène conjoncturel. "Même une Air Algérie très forte ne repassera pas numéro un", assure Jean-Marc Boutigny.

Encore trop d'incertitudes

Les incertitudes sont trop nombreuses pour envisager les contours de la reprise qui dépendront notamment de la situation en Algérie, dont la compagnie nationale n'opère qu'un vol passager hebdomadaire vers Alger au lieu de deux par jour avant le Covid-19 – et de celle du Maroc, où Air Arabia, qui vole vers Fes et Oujda, compense en partie la défection de Royal Air Maroc (24 tonnes) sur Casablanca.

Le retour d'El Al (Israël) a commencé mais sera progressif, tandis que Turkish Airlines (120 tonnes) a recouvré 75 % de sa capacité. La réouverture des frontières canadiennes et états-uniennes est une bonne nouvelle pour Marseille et les compagnies Air Canada et Air Transat.

D'ici à la fin de l'exercice, le responsable fret d'AMP attend des mois de novembre et décembre au niveau de ceux de l'an dernier, qui étaient les plus hauts de l'Histoire, s'agissant de fret express. Dans ce cas, la barre mythique des 60.000 tonnes annuelles pourrait-elle être franchie ? "Ethiopian et la messagerie ne seront sûrement pas suffisants pour compenser les pertes de toutes les compagnies qui ne sont pas encore revenues, estime Jean-Marc Boutigny. Mais nous serons de toute façon proches du record de 2019".

Franck André

Mercredi 27 Octobre 2021



Lu 1227 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal