L'application de la réforme des ports français



Le Grand Port maritime de Dunkerque © Happy Day, JL Burnod
Le Grand Port maritime de Dunkerque © Happy Day, JL Burnod
Une fois la gouvernance remaniée, notamment pour renforcer la place des collectivités territoriales, il était temps d’enclencher la phase la plus importante mais aussi la plus délicate : le basculement des hommes et des outils vers le privé. Chacun des sept Grands Ports maritimes a dû élaborer un projet stratégique, servant à déterminer les objectifs à atteindre pour assurer le développement du port mais aussi à identifier les outillages devant ainsi faire l’objet d’une cession.

Les sept projets stratégiques ont été adoptés au printemps 2009. Chaque port avait alors deux ans pour mettre en place définitivement la réforme. Entre-temps, un accord-cadre avait été signé le 30 octobre 2008 par les syndicats, l’Unim (fédération patronale des sociétés de manutention) et l’Union des ports français (UPF), jetant les bases des conditions de détachement des agents portuaires (grutiers, portiqueurs et agents de maintenance).

Selon les particularités locales, la gestion de chaque activité devait être transférée soit à un opérateur entièrement privé, soit à une société comprenant une participation minoritaire du port, soit à une filiale de l’établissement public dans le cas des activités reconnues d’intérêt national. C’est ce qui s’est produit à Marseille-Fos pour l’activité hydrocarbures (la moitié des 50 Mt de vracs liquides traités chaque année par le port est du brut transformé sur place, ce qui constitue un tiers du raffinage français). Pour la cession de leurs terminaux, les ports avaient obligation de négocier avec les opérateurs déjà présents et de recourir à un appel à projets en cas d’absence d’accord.
Dans certains cas, des sociétés communes ont été créées par les manutentionnaires, notamment pour mutualiser les moyens dans la maintenance ou la gestion du personnel. Une commission nationale d’évaluation des cessions d’outillages portuaires a accompagné les ports pour conclure les conventions liées à la vente du matériel.
Côté social, les entreprises de manutentions, les ports, l’État et les représentants des salariés de la manutention menaient des discussions sur leur futur statut et les conditions de leur détachement au privé : des négociations émaillées de nombreuses grèves dans les ports du pays et de plus en plus à mesure qu’on approchait de l’échéance, et pour cause. L’accord-cadre d’octobre 2008 validait le principe du détachement des agents portuaires, reconnaissait le principe de la pénibilité de leurs métiers et les autorisait à plancher sur une convention collective commune avec les dockers.
Or, après deux ans de travail sur ce projet, et alors que les parties prenantes étaient sur le point d’aboutir à un accord définitif, la réforme du régime général des retraites s’est invitée aux débats, remettant en cause une partie des engagements de l’État.

Après une dernière série de grands mouvements sociaux, à l’automne 2010 et surtout en janvier 2011, un nouvel accord a été trouvé concernant la cessation anticipée d’activité, la nouvelle convention collective a fini par être signée ainsi que les conventions de détachement des personnels officialisant leur passage au privé. Après un léger contre-temps à Bordeaux, l’ensemble des sept Grands Ports maritimes avaient ainsi finalisé l’application de la réforme en juin 2011.

Réforme ultramarine

L’année suivante, quatre ports ultramarins ont à leur tour accédé au statut de Grands Ports maritimes. La loi portant réforme des ports d’Outre-Mer relevant de l’État a été définitivement adoptée le 13 février 2012. Les trois ports d’intérêt national jusque-là concédés aux Chambres de commerce et d’industrie – Fort-de-France (Martinique), Dégrad-des-Cannes (Guyane) et Port-Réunion (La Réunion) – ainsi que le Port autonome de la Guadeloupe (Pointe-à-Pitre) sont devenus des établissements publics de l’État à personnalité morale propre, chargés de l’ensemble des missions d’aménagement, de gestion, d’exploitation et de promotion. Comme les sept GPM de l’Hexagone, ils sont dotés d’une gouvernance comprenant un Conseil de surveillance, un Directoire et un Conseil de développement, mais leur fonctionnement est adapté aux spécificités ultramarines.

Différence majeure avec la métropole, les Grands Ports maritimes d’Outre-Mer ont conservé dans un premier temps la maîtrise de leurs activités de manutention et décideront eux-mêmes d’une éventuelle cession des outillages à des entreprises privées et du détachement des personnels. De plus, la loi du 22 février 2012 intègre le souci d’une meilleure maîtrise des coûts de passage portuaire, qui influent fortement sur le coût de la vie en Outre-Mer. Cinq décrets du 1er octobre 2012 ont institué, à la date du 1er janvier 2013, les quatre Grands Ports maritimes de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Martinique et de La Réunion. Ces ports se sont dotés de leur nouvelle gouvernance au printemps 2013.
Le port Est à La Réunion © Port Réunion
Le port Est à La Réunion © Port Réunion

Une réforme de la gouvernance

Les Ports autonomes ont d'abord changé de nom pour devenir des Grands Ports maritimes (GPM) en même temps que leur gouvernance évoluait d'un Conseil d'administration avec président vers une organisation à trois instances. Ils sont donc dotés d'un Directoire composé de trois membres, dont le président (ou directeur général du port) est nommé par décret ministériel. Le Directoire est placé sous le contrôle d'un Conseil de surveillance composé de dix-sept membres, dont des représentants de l’État, des collectivités territoriales, des salariés du port et des membres choisis au titre de personnalités qualifiées. Il peut s'agir de représentants des chambres de commerce et d'industrie locales, de responsables d'entreprises utilisatrices du port, etc.
Enfin, un Conseil de développement de vingt membres, regroupant les acteurs locaux (économiques, sociaux ou scientifiques) concernés par le fonctionnement du port, tient un rôle consultatif sur les grandes décisions.


Fiche précédente      I     Sommaire général      I     Sommaire de section      I     Section suivante   >


Tags : agent de maintenance, agent portuaire, appel à projets, chambre de commerce et de l'industrie, collectivités territoriales, commission nationale d’évaluation des cessions d’outillages portuaires, conseil de développement, conseil de surveillance, convention, convention collective, coût de passage portuaire, directoire, docker, décrets du 1er octobre 2012, entreprise de manutention, entreprise de manutention maritime, fret, fret maritime, fret maritime pratique, fédération patronale des sociétés de manutention, gouvernance, gpm, grand port maritime de guyane, grand port maritime de la guadeloupe, grand port maritime de la martinique, grand port maritime de la réunion, grands ports maritimes, grands ports maritimes (gpm), grutier, grève, hydrocarbure, loi du 22 février 2012, manutentionnaire, mouvements sociaux, opérateur, port, port autonome, port autonome de la guadeloupe, port d'outre-mer, port de dégrad-des-cannes, port de fort-de-france, port de marseille-fos, port ultramarin, port-réunion, portiqueur, ports autonomes, ports autonomes de france métropolitaine, ports autonomes français, principe de pénibilité, projet stratégique, raffinage, raffinage français, réforme, réforme de la gouvernance, réforme des grands ports maritimes métropolitains, réforme des ports d'outre-mer, réforme du régime général des retraites, réforme portuaire, réforme portuaire française, spécificité ultramarine, terminal, unim, union des ports de france, upf





     

1. SPÉCIFICITÉS DU TRANSPORT MARITIME | 2. LES MÉTIERS DU TRANSPORT MARITIME | 3. LES NAVIRES DE COMMERCE | 4. LE CONTENEUR | 5. LA LIGNE MARITIME RÉGULIÈRE | 6. LA TARIFICATION DANS LA LIGNE MARITIME RÉGULIÈRE | 7. LE SYSTÈME PORTUAIRE MONDIAL | 8. LES PORTS MARITIMES FRANÇAIS | 9. LA RÉFORME DES PORTS MARITIMES FRANÇAIS | 10. LE TRANSPORT FLUVIAL ET FLUVIO-MARITIME | 11. LES MARCHANDISES DANS LE TRANSPORT MARITIME | 12. LES INCOTERMS | 13. L'EMBALLAGE DANS LE TRANSPORT MARITIME | 14. LES CONTRATS DE TRANSPORT MARITIME | 15. L'ASSURANCE MARITIME | 16. INSTITUTIONS MARITIMES ET CONVENTIONS INTERNATIONALES | 17. SÉCURITÉ MARITIME ET SÛRETÉ PORTUAIRE | 18. ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES FRANÇAISES DU TRANSPORT MARITIME





 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy