L'approvisionnement en carburants, une logistique complexe


L'approvisionnement en carburant de la France s'organise autour d'une logistique complexe, avec huit raffineries et 200 dépôts – que la CGT souhaite bloquer jusqu'à vendredi 10 janvier – mais aussi des importations et des stocks stratégiques mobilisables en cas de crise.


La raffinerie Petroineos à Lavera © Petroineos
La raffinerie Petroineos à Lavera © Petroineos
Un réseau de 200 dépôts

Le pétrole brut est importé puis raffiné dans sept raffineries implantées en France métropolitaine, qui sont détenues par trois entreprises : Total à Gonfreville, Donges, Grandpuits et Feyzin ; Esso à Gravenchon et Fos-sur-Mer ; et enfin Petroineos à Lavéra. Total, à La Mède, produit en outre du biocarburant. Outre-mer, une raffinerie appartenant à la Société anonyme de la raffinerie des Antilles (Sara) est implantée en Martinique. Des produits pétroliers qui ont été raffinés à l'étranger sont aussi importés via des terminaux et dépôts d'importation. C'est notamment le cas pour le gasoil, dont la France est grande consommatrice et dont près de la moitié est importée. À l'inverse, la France exporte de l'essence.
Ces carburants sont ensuite répartis dans 200 dépôts, dont environ 90 dépôts principaux et 17 d'importation, d'une capacité de stockage totale qui atteignait 19,5 millions de mètres cubes en 2018, selon les derniers chiffres disponibles de l'Ufip. Cela représente environ 40 % du volume total de gasoil et d'essence consommé annuellement. Il est donc compliqué d'aller bloquer chaque dépôt. Ces dépôts sont alimentés par oléoducs, des trains ou encore des barges. Ils servent à leur tour les stations-service par camion-citerne. Le pays compte un réseau de 11.000 stations, dont 6.000 traditionnelles et 5.000 attachées aux super et hypermarchés. Chacune dispose d'une autonomie de deux à trois jours dans ses cuves, si bien qu'une perturbation de l'approvisionnement ne se fait pas forcément sentir immédiatement.

Des perturbations régulières

Le secteur est régulièrement touché par des perturbations liées à des mouvements sociaux. Dans ce cas, des phénomènes de panique et de pénurie peuvent avoir lieu localement, avec jusqu'à cinq fois plus de pleins effectués par précaution dans certaines stations. En mai 2016, pendant le conflit sur la "loi travail", le débit à la pompe avait par exemple augmenté de 17 % au niveau national par rapport à mai 2015, selon l'Ufip. Mais les dernières perturbations "majeures" remontent aux mouvements sociaux de 2010, déjà contre une réforme des retraites, se souvient un responsable du secteur pétrolier : "Il y avait eu des réquisitions, des stations contingentées".

Des mesures anti-pénurie

Pour assurer l'approvisionnement du pays malgré les blocages, le gouvernement peut avoir recours à différentes mesures. Il peut tout d'abord débloquer des stocks stratégiques, qui représentent l'équivalent de trois mois de consommation en réserve. "On a pas mal débloqué de stocks stratégiques depuis le début de la crise, ce qui nous permet de tourner", expliquait le président de l'Ufip, Francis Duseux, mi-décembre. Les pouvoirs publics peuvent prendre des mesures additionnelles, comme le rationnement du carburant à la pompe ou des réquisitions pour garantir la continuité des services publics (ambulances, pompiers, police...). De leur côté, les opérateurs pétroliers s'organisent en élargissant par exemple les sources d'approvisionnement à l'étranger ou en réorganisant les tournées de livraison des carburants par camion.

Julien Mivielle

Mardi 7 Janvier 2020



Lu 917 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Juillet 2020 - 16:59 Airbus taille 11 % de ses effectifs européens


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide



























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy