L’économie circulaire passe désormais par la voie d'eau


Les chargeurs utilisent davantage la voie d’eau pour le transport de déchets et autres produits recyclables en lien avec l’économie circulaire. Une solution légèrement plus chère que la route, mais dans la droite ligne des objectifs environnementaux à atteindre d’ici 2030.


La conférence sur "L’Économie circulaire et le rôle du transport fluvial dans la gestion des déchets" du salon Riverdating, le 28 novembre 2019 à Liège © Clotilde Martin
La conférence sur "L’Économie circulaire et le rôle du transport fluvial dans la gestion des déchets" du salon Riverdating, le 28 novembre 2019 à Liège © Clotilde Martin
"Je pratique la voie d’eau depuis deux ans seulement avec une plateforme située sur le port de Thionville-Illange, où nous recevons et transformons des déchets industriels", a expliqué Michel Gizthofer, président directeur général d’Eurogranulats, lors d’une conférence du salon Riverdating le 28 novembre 2019 sur le thème "L’Économie circulaire et le rôle du transport fluvial dans la gestion des déchets".
Cette société est spécialisée dans la valorisation des coproduits issus des industries sidérurgiques comme, par exemple, le laitier qui devient un matériau destiné à être utilisé en technique routière. La plateforme a réceptionné 40.000 tonnes en 2018 et 120.000 tonnes depuis le début 2019. "Nous avons mis en place un transport par barge entre l’aciérie de Kehl auprès de laquelle nous récupérons du laitier et notre plateforme de Thionville-Illange où nous disposons de 600 mètres de quai". Le transport fluvial mis en place est surtout constitué de flux allers et de "quelques" flux retours qui restent à développer davantage. Début 2020, un espace de stockage va être opérationnel sur la plateforme pour accueillir des terres inertes qui vont peut-être permettre la mise en place des flux retours plus réguliers.

36 bateaux contre 3.000 poids lourds

"Je découvre le travail avec des artisans-bateliers et j’en suis très satisfait, a témoigné Michel Gizthofer. Ils travaillent tous les jours, week-end compris, ils sont très disponibles. De notre côté, nous sommes organisés pour décharger les bateaux sans les faire attendre. Je sais que les 36 bateaux accueillis depuis 2019 m’ont évité la gestion de plus de 3.000 poids lourds. C’est un avantage".
Recyco, filiale basée à Isbergues dans le Pas-de-Calais du groupe Aperam, a présenté son expérimentation du transport fluvial pour un produit de type ferro-alliages. Cette expérimentation a été soutenue par Voies navigables de France dans le cadre du Plan d’aide au report modal (Parm).
"Recyco est une filiale du groupe Aperam, lui-même filiale du groupe Arcelor, et nous avons pour mission de récupérer et recycler les déchets industriels pour obtenir un produit réutilisable, souvent du chrome ou du nickel", a précisé la responsable de la société. Les industriels sont de plus en plus concernés par des obligations de valorisation et de recyclage et doivent aussi faire face à des coûts de mise en décharge qui s’élèvent.
"Nous avons testé le fluvial cette année car nous avons produit davantage de matière, donc récupéré davantage de déchets à valoriser et avons davantage de coproduits à transporter. Nous avons aussi choisi la voie d’eau pour sensibiliser le groupe Aperam à une démarche environnementale et pour réduire nos émissions", a poursuivi la responsable de Recyco. Pour celle-ci, la première difficulté a été de trouver les bons partenaires et les bonnes solutions en fonction du produit dont la densité est très élevée, donc très lourd, mais aussi dur et tranchant, sans forme prédéfinie. Cela signifie que ce produit peut endommager les bateaux, les grappins, etc. Il est complexe à charger/décharger. Il produit aussi du bruit et de la poussière. L’un des défis a été de réduire ces nuisances lors de la livraison du produit au groupe Aperam à Chatelet, situé à 200 km de Recyco.

"Une garantie de fiabilité et de sécurité que n’a pas la route"


C’est STDN qui a accompagné Recyco. "Le produit est dense et lourd, le flux régulier, pas de contrainte forte de temps, tout se prête bien au fluvial, a expliqué Rachid Yassa. Nous avons levé les contraintes techniques avec l’aide de VNF dans le cadre du Parm". Un pré-acheminement routier avec benne a été réalisé jusqu’au quai où le produit est mis en dépôt dans un espace de stockage dédié. Le quai est déjà adapté à ce type de produit car utilisé par un autre chargeur.
"De mai à novembre 2019, nous avons déjà transporté 3.300 tonnes par le fluvial entre Recyco et Aperam, a indiqué Rachid Yassa. La prochaine étape pourrait être de parvenir à combiner ce flux aller avec un flux retour qui se fait pour le moment par la route".
Pour la responsable de Recyco, il s’agit d’un premier pas et d’autres pourraient être franchis en 2021 : "Opter pour le fluvial complique un peu les choses. Et la solution fluviale apparaît légèrement plus chère que la route. Mais nous avons aussi des objectifs environnementaux à atteindre d’ici 2030 et, pour cela, il va falloir s’engager dans une démarche d’évolution de notre logistique".

Maintenir l’usage logistique des quais

"La voie d’eau chez nous, c’est culturel. Nous donnons systématiquement la priorité à une chaîne logistique fluviale dans tous nos projets", a déclaré Dimitri Descamps, d’Envisan, filiale du groupe Jan De Nul, leader mondial du dragage maritime. Envisan est spécialisé dans les travaux environnementaux comme la dépollution des sols et des eaux souterraines, le dragage et la gestion à terre des sédiments contaminés, ainsi que le traitement et la valorisation des déchets industriels spéciaux.
"Quand nous voyons que les évacuations de produits vont traverser une ville, même si le transport par la route est moins cher, nous intégrons une solution par la voie d’eau. Nous veillons à trouver le quai le plus proche pour réduire les trajets des poids lourds à la distance la plus courte. Cela peut être un peu plus cher mais nous avons une garantie de fiabilité et de sécurité par la voie d’eau que n’a pas la route", a souligné Dimitri Descamps.
Ce responsable d’Envisan craint toutefois une chose : "Il y a une pression de plus en plus forte sur les quais situés en centre-ville pour les récupérer pour des projets immobiliers. Nous en appelons à la vigilance des pouvoirs publics pour maintenir l’usage logistique de ces quais".

EDF et VNF développent les colis exceptionnels

Le 27 novembre 2019 à Liège, dans le cadre de Riverdating, Christian Andrieux, délégué logistique de l’unité logistique et maintenance d’EDF, et Thierry Guimbaud, directeur général de Voies navigables de France (VNF), ont signé un partenariat visant à développer la présence du premier dans le transport par voie d’eau, notamment pour l’acheminement de colis exceptionnels, soit des pièces lourdes, indivisibles et de grandes dimensions, à destination ou en provenance des sites de production, de maintenance ou de distribution d’électricité.
Avec ce partenariat, EDF s’engage à étudier systématiquement une solution fluviale et/ou fluvio-maritime pour l’ensemble de ses transports. Il s’agit notamment pour EDF de tout faire pour lever les freins à l’utilisation de la voie d’eau pour le transport de ses convois lourds et favoriser les possibilités de transports multimodales notamment pour les sites éloignés du bord à voie d’eau. EDF va aussi chercher à développer des méthodes de chargement innovantes pour améliorer la compétitivité du fluvial comme solution logistique.
De son côté, VNF accompagne EDF grâce à des outils d’aide à la décision comme un éco-calculateur pour évaluer les économies en carburant et coûts externes, des cartes de navigation, une application pour identifier les solutions portuaires, un outil de suivi des bateaux en temps réel, la mise en relation avec des acteurs du transport exceptionnel. VNF met également à disposition ses financements, que ce soit pour le développement d’installations portuaires (plan d’aide au report modal, Parm) ou l’adaptation des bateaux (plan d’aide à la modernisation et à l’innovation).
En 2019, EDF a réalisé environ 3.700 transports routiers conventionnels et 380 transports dits "exceptionnels". Mi-novembre 2019, au moyen d’une barge, EDF a réalisé l’expédition d’un rotor d’alternateur de 220 tonnes de son site de stockage de Saint-Leu-d’Esserent (Oise) vers la Belgique ou encore le déchargement de quatre transformateurs de puissance, de 336 tonnes au total, toujours sur le site de Saint-Leu-d’Esserent. Le transport fluvial de colis exceptionnels en 2018 a représenté 708.000 tonnes de marchandises transportées et 183 millions de tkm, pour environ 700 voyages.

Clotilde Martin

Mercredi 11 Décembre 2019



Lu 2302 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide



























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy