L'indépendance d'EADS remise en question


Le soutien de Paris pour la candidature d'Anne Lauvergeon à la présidence d'EADS a semblé un temps lundi 28 janvier remettre en question la nouvelle indépendance du groupe d'aéronautique vis-à-vis des États, actée dans un accord en décembre.


© Airbus
© Airbus
La nouvelle gouvernance de l'entreprise approuvée le 5 décembre par la France, l'Allemagne et l'Espagne, après l'échec de la fusion avec BAE, ne permet plus aux États d'imposer leur choix et le gouvernement français a reconnu que le dernier mot reviendrait au conseil d’administration d'EADS. Or, le ministre français de l’Économie, Pierre Moscovici, a déclaré que l'ancienne patronne d'Areva avait "toutes les qualités pour jouer un rôle majeur chez EADS", citant "son énergie, ses compétences industrielles". La phrase a tout de suite été interprétée comme une confirmation des informations du "Journal du dimanche", selon laquelle "Atomic Anne" était "le souhait de François Hollande pour la présidence du groupe" et "l'Allemagne est d'accord".
Mais Berlin s'est bien gardé de confirmer cette position. "C'est l'affaire de l'entreprise, pas celle du gouvernement. Nous ne nous prononçons pas là-dessus", a déclaré le porte-parole, Georg Streiter. Le gouvernement français lui-même a nuancé sa position. C'est aux structures de gouvernance de l'entreprise de se prononcer, a rappelé M. Moscovici. "Ce sera au conseil d'administration de trancher", a ajouté une source gouvernementale.

À la recherche d'un poste

Chez EADS, après une première réaction alarmée, voire indignée, dans les cercles proches de l'entreprise, l'ambiance est à l'apaisement. La direction se refuse à toute déclaration. Tom Enders, directeur exécutif d'EADS, a annoncé qu'il défendrait l'accord sur la gouvernance "dans tous ses aspects, en particulier sur le rôle et les responsabilités dans la nomination du conseil d'administration", puis a mystérieusement disparu, après avoir été cité par le "Financial Times". Les prises de position publiques du gouvernement peuvent aussi être interprétées comme le soutien dû à l'ancienne conseillère de François Mitterrand, à la recherche d'un poste après son éviction de la direction d'Areva il y a dix-huit mois. Plusieurs spécialistes du secteur aéronautique voient dans l'article du "Journal du dimanche" une campagne de Mme Lauvergeon et y décèlent la patte de ses conseilleurs en communication.

"C'est l'affaire de l'entreprise, pas celle du gouvernement"


Dans l'état actuel des choses, Mme Lauvergeon a réussi son entrée au conseil d'administration mais elle devra se faire élire par ses pairs si elle veut le présider. "Je doute qu'ils aient apprécié la manœuvre", a commenté un analyste. Elle a en effet été acceptée par l'Agence des participations de l’État (APE) comme un des trois administrateurs de la holding de défense au sein d'EADS où la France sécurisera sa force de dissuasion nucléaire. Tom Enders, qui avait proposé son nom aux côtés de ceux de l'ancien président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, et de l'ancien chef d'état-major Bernard Thorette, avait précisé qu'en cas de réponse positive de l'APE, il désignerait Mme Lauvergeon et M. Trichet pour siéger au conseil d'administration d'EADS. Jusqu'ici, la procédure prévue par l'accord de gouvernance a été respectée à la lettre. Aux termes de l'accord, qui doit être entériné par une assemblée générale fin mars, la France et l'Allemagne n'auront chacune que 12 % du capital et des droits de vote, pas assez pour passer en force.

Patrick Rahir

Mardi 29 Janvier 2013





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy