L’or et le nickel souffrent, le coton baisse



© OMI
© OMI
Le 5 mars, l'or cotait au plus bas depuis neuf mois à 1.687,34 dollars l'once. Le métal précieux est plombé par la hausse des taux sur le marché obligataire, puisque l'or n'offre aucun rendement aux investisseurs. "Les investisseurs espéraient que le président de la Banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell, les rassure au sujet du marché obligataire mais ils ont été déçus", résume Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

L'or a également souffert de la vigueur du dollar. Dans la mesure où la devise américaine sert de référence aux cours de nombreuses matières premières, sa hausse pèse sur le pouvoir d'achat des investisseurs utilisant d'autres monnaies. Le 5 mars, l'or s'échangeait pour 1.696,96 dollars l'once, contre 1.734,04 dollars le vendredi précédent en fin de séance.

Montée en puissance d'un acteur chinois

Le nickel a souffert la semaine dernière. Sur le London Metal Exchange, la tonne pour livraison dans trois mois s'échangeait à 16.330 dollars, contre 18.577 dollars le vendredi précédent à la clôture. Il s'agit de sa pire semaine depuis fin septembre 2011. Une dégringolade de près de 12 %, liée à la montée en puissance d'un acteur chinois du côté de l'offre. Les informations selon lesquelles le Chinois Tsingshan Holding Group "produira en masse de la matte de nickel", pourraient changer la donne pour le marché, a estimé Wenyu Yao, analyste chez ING. "Les risques liés à l'approvisionnement en nickel de qualité pour les batteries seront beaucoup moins importants", a-t-elle ajouté, ce qui tire les prix vers le bas.

De plus, l'accord trouvé le 4 mars signant la reprise de l'usine de nickel du groupe brésilien Vale en Nouvelle-Calédonie, tempère lui aussi les risques qui pèsent sur l'offre, alors que la demande, notamment sur le segment porteur du véhicule électrique, est amenée à croître. Le cours du "métal du diable" a été presque multiplié par deux entre son plus bas de mars 2020, quand la pandémie précipitait vers le bas l'ensemble des cours des matières premières, et son dernier record fin février, à plus de 20.000 dollars la tonne, un seuil plus vu depuis mai 2014.

Mauvaises récoltes de coton

Les cours du coton ont perdu du terrain mais restent à des niveaux élevés, proches du précédent record atteint la semaine précédente à 95,60 cents la livre. La livre de coton pour livraison en mai à New York valait 87,22 cents le 5 mars, contre 88,83 cents à la clôture une semaine avant. La raison en est simple, selon Michaela Helbing-Kuhl de Commerzbank : le marché est en situation de déficit cette année. "La demande devrait augmenter de 7 % après avoir chuté la saison dernière. Or, les récoltes des principaux producteurs, en particulier des États-Unis, ont été mauvaises", explique-t-elle.

Les estimations de reprise de la demande sont en ligne avec celles de Rabobank dans son dernier rapport mensuel, qui attend un rebond de 13 % cette année et un retour au niveau pré-pandémique dès l'année prochaine. "Après avoir chuté d'un quart au cours de la saison actuelle, la récolte 2021-22 aux États-Unis devrait s'inscrire en hausse de 17 %, ce qui en ferait encore une récolte relativement faible", a-t-elle continué. Les stocks américains risquent donc de tomber "à leur niveau le plus bas depuis cinq ans", de quoi soutenir encore davantage les prix.

AFP

Lundi 8 Mars 2021



Lu 411 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal