L’or fond, l’aluminium s’essouffle et le sucre repart


Les cours de l’or ont fondu, pénalisés par la hausse du dollar, l’aluminium recule alors que le sucre gagne du terrain.


© Franck André
© Franck André
Le prix de l'or reculait la semaine dernière, pénalisé le 16 septembre 2021 par le bond du cours du dollar qui a poussé le métal jaune à son plus bas depuis mi-août. Le 17 septembre, l'once d'or s'échangeait pour 1.752,92 dollars, contre 1.787,59 dollars la semaine précédente en fin d'échanges.

"Les investisseurs aurifères essayent de se relever après le choc de jeudi, quand des données meilleures qu'attendu sur les ventes au détail américaines en août ont poussé le marché à prévoir un resserrement plus rapide de la politique monétaire", explique Han Tan, analyste chez Exinity.

Le total des ventes s'est élevé à 618,7 milliards de dollars, en hausse de 0,7 % par rapport à juin, selon les données publiées jeudi par le département du Commerce. Les analystes s'attendaient eux à une baisse de 0,7%. Pour l'or, cela signifie que la Banque centrale américaine (Fed) peut envisager de normaliser sa politique monétaire, ce qui favorise le dollar et rend le métal moins attractif car son coût est plus élevé pour les investisseurs utilisant d'autres devises. Par ailleurs, cela entraîne également une hausse des taux obligataires et rend les bons du Trésor plus attractifs que l'or, actif sans rendement.

L’aluminium et le cuivre reculent

Le cours de l'aluminium, qui avait atteint un plus haut depuis 2008 le 13 septembre, a reculé sur la semaine, les métaux de base souffrant de l'appréciation du dollar. Comme l'or, leurs prix sont fixés en dollars sur le London Metal Exchange (LME), et l'appréciation de la monnaie américaine pèse sur le pouvoir d'achat des investisseurs.

Sur le LME, la tonne d'aluminium pour livraison dans trois mois s'échangeait à 2.883,50 dollars le 17 septembre, contre 2.924,00 dollars le vendredi précédent à la clôture. Le prix de l'aluminium a été dopé par une hausse des cours du charbon, et donc de l'électricité, en Chine : les fonderies de ce métal sont particulièrement énergivores.

"La limitation de l'offre en Chine continue de faire monter les importations du métal, ce qui entraîne une hausse des prix en Europe et aux États-Unis", commentent les analystes de UniCredit. Par ailleurs, un coup d'État en Guinée, grand producteur de bauxite, minerai qui est transformé en aluminium, a nourri les inquiétudes du marché.

"La situation en Guinée va se stabiliser, et la pression des prix de l'énergie chinoise va se dissiper, donc le cours de l'aluminium va se calmer" en 2022, estime Bernard Dahdah, analyste chez Natixis.

À plus long terme, l'aluminium comme le nickel profiteront de leur emploi dans l'industrie des énergies renouvelables, ajoute-t-il.
De son côté, le cuivre a lui aussi reculé la semaine dernière. La tonne de cuivre pour livraison dans trois mois coûtait pour sa part 9.309 dollars le 17 septembre, contre 9.694.50 dollars sept jours plus tôt.

"Le Dr. Copper" comme on surnomme le métal rouge en raison de son rôle de prédicateur de la santé économique mondiale "reste sur des perspectives de demande élevée, mais qui sont remises en question par l'essoufflement du secteur immobilier chinois, une source cruciale d'achats", commente Ole Hansen, analyste chez SaxoBank.

Le sucre remonte la pente

Les prix du sucre, qui piquaient du nez la semaine précédente, ont gagné du terrain en milieu de semaine dernière, alors que les inquiétudes sur la récolte brésilienne persistent. À Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en décembre valait 504,20 dollars le 17 septembre, contre 464,50 dollars le vendredi précédent à la clôture. À New York, la livre de sucre brut pour livraison en mars valait 19,82 cents, contre 19,50 cents sept jours auparavant.

La hausse des prix était exacerbée sur les contrats à échéance plus proche : sur le marché londonien, la tonne de sucre blanc pour livraison en octobre a grimpé à son plus haut depuis mars 2017 à 519,60 dollars la tonne le 16 septembre.
"L'idée d'un resserrement de l'offre à la fin de l'année circule sur le marché", commente Jack Scoville, analyste chez Price Futures Group.

Au Brésil, premier producteur de sucre, la hausse des prix du pétrole pousse à plutôt utiliser la canne pour faire de l'éthanol, ce qui limite l'offre. Cela s'ajoute à une récolte peu abondante, après des gels hors saison qui ont limité la pousse.
Mais "les craintes que la reprise des contaminations au Covid-19 n'entrave la relance économique, et donc la demande, persistent", prévient Jack Scoville.

AFP

Lundi 20 Septembre 2021



Lu 889 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal