La BEI et la Société Générale s'engagent sur le "verdissement" de la flotte


La Banque européenne d'investissement (BEI) et la Société Générale ont signé à La Rochelle la semaine dernière, dans le cadre des 12e Assises de l'économie de la mer, un accord visant à soutenir la construction de navires respectant les contraintes environnementales.


Le "Laura", de l'armateur danois Langh Ship, est équipé d'un scrubber depuis 2013 ©  Langh Ship
Le "Laura", de l'armateur danois Langh Ship, est équipé d'un scrubber depuis 2013 © Langh Ship
Dans le doit fil de la COP22 qui se tient à Marrakech, Ambroise Fayolle, vice-président de la Banque Européenne d'Investissement (BEI), et Frédéric Surdon, responsable mondial des Financements d'actifs chez Société Générale CIB, ont signé mardi 8 novembre un accord cadre de garantie d'un montant global de 150 millions d'euros visant à soutenir des projets de construction navale favorisant le transport durable et la protection de l'environnement.
La signature s'est déroulée aux Assises de l'économie de la mer à La Rochelle, en présence d'Alain Vidalies, secrétaire d'État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, de Frédéric Moncany de Saint-Aignan, président du Cluster maritime français (CMF) et de Gildas Maire, président des Armateurs de France.
L'accord cadre n'aurait pas été signé sans le concours du Plan Juncker et du Mécanisme pour l'interconnexion en Europe (CEF). Il s'agit de la première concrétisation en Europe du nouveau mécanisme européen de garantie pour le "verdissement" du transport maritime, saluée par Alain Vidalies, secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche. Selon lui, "le gouvernement avait décidé lors du Cimer d'octobre 2015 de soutenir la mise en place de cet outil financier en acceptant le principe d'un exercice pilote en France. Nous consacrons ici une première illustration de cette dynamique qui, je l'espère, se répercutera sur notre économie maritime et provoquera des conventions de même type dans d'autres secteurs, notamment le portuaire".

"Les performances environnementales des autoroutes de la mer améliorées"


Quant à Violeta Bulc, commissaire européenne chargée des Transports, elle a déclaré : "Le nouveau mécanisme européen de garantie va accroître les investissements responsables dans le secteur maritime. Il améliorera également la performance environnementale des "autoroutes de la mer", l'une des priorités de la politique européenne des transports. Le maritime doit prendre sa part dans la lutte contre le changement climatique (...). Dans un avenir proche, les navires devront émettre moins de soufre et les efforts pour réduire les émissions de CO2 ont été intensifiés".

Une enveloppe de 750 millions d'euros

Doté d'une enveloppe globale de 750 millions d'euros, le nouveau mécanisme a pour objectif de financer des projets de construction navale pour les nouveaux navires mais également pour convertir et moderniser les navires, respectant le transport durable et la protection de l'environnement. Il visera plus particulièrement à soutenir l'investissement dans le développement de technologies améliorant l'efficacité énergétique et réduisant les émissions nocives du secteur du transport maritime européen.
La signature de cet accord cadre avec Société générale ouvre une ligne de garantie de 150 millions d'euros mise à disposition par la BEI pour financer et accompagner des porteurs de projets "verts" dans le secteur du transport maritime. Avec la signature de cet accord, la France est le premier pays bénéficiaire de ce mécanisme européen ouvert à tous les armateurs européens.
Frédéric Moncany de Saint-Aignan a déclaré : "Au lendemain du Cimer, et conformément à la vision présentée par le président de la République à l'ouverture des Assises de l'économie de la mer, cet outil (…) soutiendra aussi les efforts des armateurs français pour un transport maritime durable."
Gildas Maire s'est félicité de cette signature en ces termes : "Les armateurs français saluent cet outil de financement, non seulement pour les constructions neuves, mais également pour les mises aux normes de navires existants. Nous espérons qu'un tel outil pourra être étendu aux navires opérés par des compagnies européennes mais évoluant en dehors des eaux communautaires".

Vincent Calabrèse

Jeudi 10 Novembre 2016



Lu 846 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse