La Chine commande 184 appareils A320


La Chine a passé commande de 184 A320 pour treize compagnies aériennes pour livraison 2019-2020, au prix catalogue, a annoncé la présidence française, au dernier jour de la visite d'Emmanuel Macron en Chine.


© Airbus
© Airbus
Alors que le président français s'apprêtait à quitter la Chine après une visite d'État de trois jours, l'Élysée a annoncé mercredi 10 janvier que Pékin passait commande de 184 appareils A320. Cette commande, qui n'avait jamais été annoncée, porte surtout sur des modèles Neo. Il s'agit d'un groupe de commandes nouvelles, a souligné l'Élysée. Le montant de la commande n'a pas été précisé. Mais cette vente représenterait un prix catalogue total d'environ 18 milliards de dollars.
Emmanuel Macron a également déclaré avoir évoqué l'avenir du constructeur européen avec son homologue chinois. "Le président Xi m'a confirmé le fait que la Chine préservera son volume de commandes dans les années à venir, et préservera la parité des parts de marché entre Airbus et Boeing. Voilà la ligne chinoise, elle a été affirmée clairement", s'est félicité le chef de l'État français.
Airbus avait déjà conclu mardi 9 janvier à Pékin un protocole d'accord en vue d'augmenter sa cadence de production de l'A320 en Chine. L'avionneur européen et ses partenaires chinois ont ainsi signé "un accord cadre" sur la montée en cadence de la production du moyen-courrier A320 sur la chaîne d'assemblage qu'Airbus possède à Tianjin, dans le Nord de la Chine. La production du site passera à cinq appareils par mois début 2019 et six par mois début 2020. Un "protocole d'accord" a en outre été conclu entre Airbus et les autorités chinoises pour "amplifier le partenariat industriel" à Tianjin et "renforcer la coopération dans les domaines de l'innovation, des capacités d'ingénierie et du développement de la chaîne de sous-traitance".
"Pour l'aéronautique, ce qui compte n'est pas la vente d'appareils, car des ailes, un fuselage, un moteur, tout le monde sait faire", a fait valoir le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, lui aussi du voyage, estimant que l'enjeu était désormais "l'électronique embarquée" et les partenariats industriels et technologiques dans le secteur.
Airbus, contrairement à son concurrent Boeing, possède en Chine une ligne d'assemblage, dont 354 appareils de la famille des A320 sont sortis depuis son inauguration en 2008. Sur le même site de Tianjin, ville portuaire à 150 km de Pékin, Airbus a également ouvert en septembre un centre de finition pour le gros porteur A330 en espérant décrocher un argument de vente supplémentaire et constituer progressivement des partenariats avec des équipementiers chinois.
"La coopération industrielle entre Airbus et la Chine, et son succès, sont un véritable modèle de partenariat gagnant entre Chine et Europe", s'est enthousiasmé le numéro deux du groupe, Fabrice Brégier, également présent à Pékin.

"Pékin préservera la parité des parts de marché entre Airbus et Boeing"


La Chine est, après les États-Unis, le deuxième marché aéronautique mondial que se disputent, quasi à égalité, Airbus et Boeing ; l'avionneur européen est parvenu à doubler sa part de marché en l'espace d'une décennie, notamment à la faveur de son implantation industrielle locale. Airbus estime à quelque 6.500 le nombre d'appareils, tous constructeurs confondus, dont la Chine aura besoin au cours des vingt années à venir, et l'explosion du trafic de passagers chinois à l'international devrait notamment doper sa demande de gros porteurs. Boeing estime, quant à lui, que le pays aura besoin de 7.240 avions commerciaux sur les vingt prochaines années.
Pourtant, l'avionneur européen peine à vendre en Chine son modèle géant A380, lequel n'a pas engrangé de commande ferme depuis plus de deux ans. Engagé dans une course contre la montre pour prolonger la durée de vie du programme, Airbus a d'ailleurs entamé "des discussions préliminaires" pour organiser en Chine les finitions et l'équipement des cabines pour les A380 achetés par les compagnies locales, a rapporté mardi 9 janvier l'agence Bloomberg.
De son côté, Boeing a dévoilé fin septembre en Chine son premier centre de finition pour moyen-courriers B737, opérationnel cette année avec l'objectif d'encourager ainsi ses ventes. Lors de la visite du président américain à Pékin en novembre, Boeing avait signé un accord géant portant sur des commandes chinoises pour 300 appareils, d'un montant catalogue total de 37 milliards de dollars.

120 moteurs pour Spring Airlines

CFM International, la coentreprise de Safran et General Electric (GE) dans les moteurs d'avions, a annoncé mardi 9 janvier avoir finalisé un contrat d'achat, de services et de maintenance avec la compagnie chinoise Spring Airlines pour un montant total de 2,9 milliards de dollars. Spring Airlines a commandé 120 moteurs Leap-1A afin de motoriser 60 A320 Neo. Ce contrat fait partie de la série de ceux qui ont été signés à l'occasion de la visite en Chine du président Emmanuel Macron.


AFP

Mercredi 10 Janvier 2018



Lu 333 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy