La France s'opposera à un "mauvais" repreneur pour les chantiers de Saint-Nazaire


L'annonce que les chantiers navals de Saint-Nazaire allaient être vendus a ravivé mardi 18 octobre l'inquiétude sur leur avenir, mais le gouvernement français a affirmé qu'il s'opposerait à un rachat par un "mauvais" repreneur.


STX France compte 2.600 salariés et fait travailler environ 5.000 sous-traitants © STX
STX France compte 2.600 salariés et fait travailler environ 5.000 sous-traitants © STX
Face aux craintes de voir le fleuron français de l'industrie navale tomber dans l'escarcelle d'un repreneur "prédateur", le ministre le l'Économie, Michel Sapin, a assuré qu'il disposait d'armes en tant qu'actionnaire. La semaine dernière, le gouvernement avait déjà indiqué qu'il n'envisageait pas de nationaliser les chantiers navals de Saint-Nazaire pour faire barrage à certains acquéreurs, notamment chinois, particulièrement redoutés par les syndicats, mais qu'il veillerait à ce qu'un repreneur soucieux des intérêts français soit retenu.
STX France, la branche française du groupe sud coréen STX Offshore & Shipbuilding, qui a demandé en mai son placement en redressement judiciaire, est sa seule unité rentable. La décision de vendre STX en bloc risquerait de mettre financièrement hors course deux candidats industriels européens qui avaient montré leur intérêt pour le fleuron français - le néerlandais Damen et l'italien Fincantieri - et a suscité l'inquiétude des syndicats à Saint-Nazaire.
"Si cette tactique aboutit, c'est un réel danger", car elle devrait favoriser "un actionnaire prédateur", un groupe chinois ou un groupe d'investisseurs sino-britannique, a indiqué François Janvier, délégué CFE-CGC chez STX France. Pour Jean-Marc Pérez, délégué FO, "il devient impérieux que l'État prenne la décision qui s'impose, c'est-à-dire de nationaliser" le chantier naval de Saint-Nazaire, "même temporairement, pour éviter que le site de Saint-Nazaire tombe dans l'escarcelle des Chinois". Le syndicaliste évoque, à terme, "une menace pour l'existence même du chantier naval de Saint-Nazaire".

Défendre les intérêts stratégiques

Mardi, Michel Sapin s'est voulu rassurant, rappelant à l'Assemblée nationale qu'il disposait de deux armes pour "faire prévaloir les intérêts de la France". "L'État a aujourd'hui la capacité de s'opposer à la prise de participation d'actionnaires qui nous paraîtraient mauvais pour la continuité économique et sociale", a-t-il répondu à l'Assemblée nationale à une question du député Jean-François Lamour (LR). Premièrement, il est présent au capital des ex-Chantiers de l'Atlantique, fait valoir le ministre : STX Offshore possède les deux tiers de STX France depuis 2008, le tiers restant étant aux mains de l'État français.
Quant à la seconde arme, il s'agit du décret dit Alstom, adopté au printemps 2014 à l'initiative de l'ex-ministre de l'Économie Arnaud Montebourg, qui permet au gouvernement d'interdire la vente d'une entreprise française à un groupe étranger quand les intérêts stratégiques du pays sont menacés. "Nous avons la capacité de défendre les intérêts stratégiques de la France en nous opposant, en refusant qu'un actionnaire qui risquerait de mettre en cause notre indépendance devienne propriétaire d'un grand chantier comme celui-ci", a prévenu Michel Sapin, dans une allusion implicite au décret.
Initialement, le groupe sud-coréen en difficulté avait fait part de son intention de vendre séparément STX France dans le cadre de son plan global de redressement. STX Offshore & Shipbuilding se débat depuis des années avec des pertes croissantes provoquées par une gestion défaillante et une demande globale en berne. STX France, qui compte 2.600 salariés et fait travailler environ 5.000 sous-traitants, dispose d'un carnet de commandes très bien rempli, avec quatorze paquebots à construire d'ici 2026 pour deux gros clients, l'italo-suisse MSC Croisières et l'américain Royal Caribbean. STX Offshore & Shipbuilding, jadis le quatrième constructeur sud-coréen, est depuis 2013 sous le contrôle de ses créanciers, au nombre desquels la banque publique Korea Development Bank.

Sonia Wolf et Anne-Sophie Lasserre

Jeudi 20 Octobre 2016



Lu 269 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Décembre 2017 - 14:53 L’Union des ports de France fête ses 100 ans


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse