La SNCF priée de passer ses gares au crible


La ministre chargée des Transports a demandé à la SNCF de procéder à un audit de ses grandes gares et de proposer des correctifs, après les nombreux incidents de ces derniers mois.


© SNCF
© SNCF
Élisabeth Borne a convoqué lundi 8 janvier le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, et le responsable du réseau, Patrick Jeantet, pour une "réunion de travail" afin de tirer les leçons, notamment, de la succession de pannes dans les gares parisiennes de Montparnasse et Saint-Lazare en décembre. Fin juillet déjà, une défaillance de la signalisation avait paralysé Montparnasse pendant trois jours, en plein chassé-croisé estival.
SNCF Réseau est ainsi prié de fournir "un diagnostic complet sur l'ensemble des systèmes d'alimentation électrique, de signalisation et sur les postes informatiques de toutes les grandes gares parisiennes ainsi que sur les principales gares en région", a précisé le ministère. "L'objectif est ainsi de mieux anticiper les points de fragilité du réseau et de mobiliser les investissements nécessaires pour y remédier, en tenant compte des travaux d'ores et déjà prévus dans les quinze prochaines années en Île-de-France et en région", a-t-il ajouté. Cet audit devra être finalisé d'ici fin mars et des "propositions d'actions, notamment sur les investissements prioritaires dans ces grandes gares, proposées pour fin avril".
Le but du jeu est pour Patrick Jeantet de "faire des investissements sur ces grandes gares pour les rendre plus fiables, plus robustes, plus résilientes", sachant que leur fréquentation augmente et qu'elles sont des nœuds indispensables au bon fonctionnement du réseau. La plupart des incidents récents sont la conséquence d'une grande vague de travaux en cours sur le réseau classique, après des décennies de sous-investissements quand la SNCF - et les gouvernements successifs derrière elle - n'avait d'yeux que pour le TGV. Le bug informatique qui a paralysé Montparnasse début décembre a par exemple été provoqué par la manipulation malencontreuse d'un logiciel datant des années 1980, alors qu'il s'agissait d'augmenter le nombre de trains susceptibles d'entrer en gare.

"Un audit technique des grandes gares françaises d'ici fin mars"


L'idée est de les éviter autant que possible ou, au moins, d'en atténuer les effets, par exemple en détournant les trains vers d'autres gares. Et surtout de bien prévenir les passagers en cas de perturbation. Or, et c'est là que le bât blesse souvent, la SNCF a encore du mal à parler à ses clients. À cet effet, le groupe public a lancé cet été le programme Rob.In, censé mettre l'accent sur la robustesse des services ferroviaires (Rob) malgré les chantiers, et sur l'information des voyageurs (In). Les mesures à prendre après l'audit décidé lundi viendront renforcer ce programme, le cas échéant. La SNCF a promis lundi un "affichage systématique et lisible dans toutes les gares concernées", typiquement en tête de quai, de tous les travaux ayant des conséquences sur la circulation des trains.
Elle va aussi tester dans la seconde quinzaine de janvier un "indicateur de gravité des incidents d'exploitation du réseau affectant les voyageurs", sur le modèle des échelles existant dans d'autres secteurs (météorologie, trafic routier ou nucléaire). "Cette échelle permettra notamment aux voyageurs de disposer d'une indication claire et objective sur la teneur d'un incident affectant le réseau ferroviaire et d'en mesurer l'impact", a précisé le ministère des Transports. Il s'agit concrètement de "donner un indice de gravité des incidents ferroviaires, à l'exemple de ce qui se fait dans le nucléaire", a expliqué le patron de la SNCF, Guillaume Pepy. Le groupe envisage concrètement une échelle de 1 à 7, a-t-il précisé. "À 2, c'est plutôt des retards ponctuels, à 5 il vaudra mieux renoncer au voyage !"
Par ailleurs, la SNCF a proposé de publier quotidiennement le taux de régularité des trains TER, Transilien, Intercités et TGV ayant circulé la veille, "répondant ainsi à un objectif de transparence et de confiance vis-à-vis des voyageurs et de toutes les parties prenantes". "Les résultats par ligne, par région et par axe seront accompagnés d'informations sur les causes des principaux incidents", a précisé le ministère.

Jean Liou

Mardi 9 Janvier 2018



Lu 460 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Avril 2018 - 11:07 Les trains corses, sous statut de droit privé €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse