La SNCF rêve à l'Orient Express du XXIe siècle


C'est un train mythique que la SNCF projette de remettre sur les rails. Toujours aussi luxueux, mais modernisé, avec de larges baies vitrées pour profiter du paysage, l'Orient Express du XXIe siècle pourrait voir le jour d'ici cinq à dix ans.


© SNCF
© SNCF
"Le projet va se bâtir sur des rencontres et du temps. Toutes les renaissances de grandes marques prennent du temps", détaille Patrick Ropert, qui préside la filiale Orient Express que vient de créer la SNCF. Alors que prend fin dimanche 31 août l'exposition "Il était une fois l'Orient Express", à l'Institut du monde arabe (Ima) à Paris, qui a accueilli 251.000 visiteurs depuis son ouverture en avril, la renaissance de ce train avance doucement.
"Il est bien trop tôt pour savoir où et comment il roulera. Ce que nous imaginons relève plus de la croisière sur rails", ajoute-t-il, soulignant qu'"il y a dans cette légende une part de mystère, il faudra chercher à le conserver". Pas sûr que le voyage dure 67 heures et 46 minutes, comme le trajet historique entre Paris et Istanbul. Mais l'aménagement intérieur, dont des ébauches ont été dessinées, devra susciter la conversation, la rencontre. Les cabines, dans lesquelles il faudra "redonner une perspective", seront fermées. Pas les compartiments, équipés de banquettes, ni la voiture-restaurant, où sera "réinventée une sorte de terrasse à bord, pour engager plus facilement la conversation avec la table d'à côté".
Joyau de la période Art Déco, l'Orient Express avait été décoré par de grands noms comme René Prou ou René Lalique. La version moderne devra "s'inspirer des codes Art Déco et les rendre contemporains", imagine Patrick Ropert. Banquettes installées face à de larges fenêtres, toit partiellement vitré, bois et autres matériaux luxueux, il faut "retrouver l'artisanat d'art qui prévalait à l'époque", "développer une novation aussi forte que celle de l'Orient Express des années 20". À travers notamment des partenariats avec de prestigieuses maisons comme le malletier Moynat, le chef étoilé Yannick Alleno ou encore Guerlain.

Un morceau d'histoire

La compagnie publique travaille sur le nouvel Orient Express depuis 2011. Elle rachète alors au groupe Accor, propriétaire de la Compagnie des wagons-lit depuis 1991, sept voitures historiques du train qui a roulé pendant près d'un siècle. "C'est ce qui catalyse notre moment d'attention. Avec Guillaume Pepy, patron de la SNCF, nous nous sommes dit «c'est notre patrimoine, cela fait partie de l'histoire ferroviaire de la France, et de la SNCF»", raconte Patrick Ropert. Le montant de l'investissement n'a pas été dévoilé, mais le projet, devrait être chiffré dans un an environ.

© SNCF
© SNCF
La compagnie publique, propriétaire de la marque Orient Express, a signé un contrat avec une compagnie anglaise pour que celle-ci puisse continuer à utiliser le nom pour son Venise-Simplon Orient Express. Les revenus issus de la licence doivent permettre la mise sur rails du nouveau train, puisque cette renaissance doit s'autofinancer. Ainsi, les ventes d'une gamme de literie Orient Express créée par le fournisseur de l'hôtellerie de luxe Treca Interiors viendront remplir la tirelire, de même que les recettes du restaurant éphémère installé devant l'Ima pendant cinq mois.
L'exposition, voulue et financée par la SNCF (2,5 millions d'euros), est le premier jalon de cette remise en route. Un nouveau logo, rond, inspiré de l'œil de bœuf percé sur les wagons, a également été conçu. Un seul exemplaire du nouveau train devrait être construit dans les cinq à dix ans : "Je n'imagine pas dans un premier temps un train quotidien", explique Patrick Ropert : "Cela restera quelque chose d'exclusif".

Julie Chabanas

Vendredi 29 Août 2014



Lu 184 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy