La collecte de données pour faire avancer la cause portuaire


La Cnuced poursuit le développement de son projet de collecte de données portuaires. Celui-ci est basé sur l'analyse statistique et destiné à aider à l'amélioration des performances des ports.


© Trafigura
© Trafigura
Le projet de la Cnuced (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) sur la collecte de données portuaires s'est enrichi le mois dernier grâce à l'inscription de 13 nouveaux ports. Le projet comprend aujourd'hui un nombre total de 42 ports d'Afrique, d'Asie, d'Amérique latine et d'Europe.
"Un traitement efficace des données permet une amélioration des performances, explique l'organisation. Dans le cas des ports – porte d'entrée de plus de 80 % des matières premières, des produits alimentaires, des produits électroniques entre autres – une amélioration des performances se traduira par une baisse des coûts commerciaux, diminuant les prix à la consommation et améliorant la compétitivité internationale des entreprises locales".

"Les gestionnaires portuaires doivent pouvoir comparer leurs performances"


La plupart des données portuaires sont agrégées au niveau national – et non au niveau de chaque entité portuaire. À l'exception des données sur les conteneurs, il existe peu de standards de performance internationaux.
"Pour que les ports fonctionnent mieux, leurs gestionnaires doivent pouvoir comparer leurs performances grâce à un large éventail d'indicateurs", a déclaré le gestionnaire du projet, Mark Assaf. "Mais ceux-ci manquent de données fiables et comparables entre elles".
Le projet est orienté vers les besoins de ses premiers utilisateurs, les ports. "Dès son démarrage, nous nous sommes assurés que les ports parties prenantes au projet étaient d'accord sur le choix des indicateurs, des unités de mesure et de la méthodologie utilisée", a-t-il ajouté, précisant que la Cnuced vérifie les données et en assure la confidentialité.

23 indicateurs

Ce projet lancé en 2013 recense aujourd'hui 23 indicateurs portant sur la stabilité financière, la productivité du travail et l'efficacité opérationnelle. L'évaluation personnalisée – ou "tableau de bord" – examine des indicateurs tels que les revenus générés par employé, le temps d'attente moyen des navires ou encore le tonnage manutentionné par hectare portuaire.
Par exemple, le tableau de bord d'un port a révélé que les taux de manutention sont compétitifs pour les conteneurs, mais pas pour le vrac sec. Pour un autre port, l'évaluation a démontré que les coûts de main-d'œuvre sont compétitifs, mais que cela est plutôt lié à des salaires bas qu'à une productivité élevée.
"L'analyse détaillée des performances que le tableau de bord de la Cnuced permet nous est très utile pour mieux identifier les points faibles dans nos opérations et ensuite proposer de meilleures stratégies", a précisé Hector Miole, directeur général adjoint pour les opérations à l'autorité portuaire des Philippines. "En tant que pays insulaire, nous devons gérer des centaines de ports qui ne nous fournissent pas tous les mêmes données. Le projet nous aide donc aussi à harmoniser ces informations", a-t-il ajouté.
Les tableaux de bord des ports, qui évaluent actuellement les données de la période de 2010 à 2015, sont mis à jour annuellement. Depuis 1996, la Cnuced aide plus de 200 ports dans 29 pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine à améliorer leur gestion.

Franck André

Jeudi 22 Décembre 2016


Tags : cnuced, maritime, port

Lu 1013 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy