La consolidation du secteur aéronautique vise à préserver le présent et l'avenir


Le rachat de l'équipementier Rockwell Collins par le conglomérat United Technologies marque un nouvel épisode dans la consolidation du secteur aéronautique, une course à la taille destinée à répondre aux pressions accrues des avionneurs sur leurs marges et à se positionner dans l'optique des nouveaux programmes d'avions à venir.


© Rockwell Collins
© Rockwell Collins
"Un certain nombre d'équipementiers pense que, pour capturer plus de parts de marché sur les grands programmes d'avions commerciaux en cours, le plus simple est de racheter des groupes présents sur des programmes dont ils sont eux-mêmes absents, ou dont les offres d'équipements ou de systèmes leur permettent d'augmenter leur part chez les gros avionneurs", explique Éric Bernardini, expert aéronautique au cabinet AlixPartners.
"Aujourd'hui les programmes commerciaux sont quasiment tous attribués, il n'y a pas de programme immédiat sauf si Boeing lance un nouvel avion. Donc si vous voulez gagner des parts de marché, vous rachetez quelqu'un qui a déjà des parts sur des programmes existants".
"Donc d'un côté, vous avez les Safran, UTC et Honeywell qui essaient de prendre des parts de plus en plus importantes dans la fourniture des avions, mais de l'autre, vous avez Boeing et Airbus qui commencent à s'apercevoir que tout cela à un coût" pour eux.

"La marge des équipementiers est nettement supérieure à celle des avionneurs"


Boeing a ainsi accueilli fraîchement l'annonce de la fusion Rockwell/UTC, en estimant qu'elle risquait de ne pas être dans le meilleur intérêt des clients des deux groupes. "Au moment où l'industrie enregistre une production record, la principale priorité (pour UTC et Rockwell) devrait être de fournir au coût prévu, en temps voulu et avec les engagements de qualité pour leurs clients et les nôtres", a critiqué Boeing. United Technologies rencontre d'importants problèmes de mise au point avec son nouveau réacteur Pratt&Whitney, le GTF (Geard Turbofan), qui équipe notamment les B737 Max et l'A320 Neo.
Le processus de consolidation est soutenu par l'absence de nouveaux programmes aéronautiques et la baisse du prix du pétrole, qui n'incitent pas les compagnies aériennes à renouveler leur flotte. Les avionneurs répercutent donc sur leurs fournisseurs les remises de prix qu'ils octroient à leurs clients, les poussant du coup à se regrouper afin de mieux résister.
Pour les avionneurs, la tentation est d'autant plus forte que, si l'industrie est portée par la croissance continue du secteur aérien avec un doublement prévu de la flotte d'avions en service dans le monde d'ici 2036, la répartition des bénéfices n'est pas la même selon qu'on est un gros donneur d'ordre ou un équipementier de rang un. Ces derniers tirent une grande partie de leur rentabilité du service après-vente, qui leur assure des profits tout au long du cycle de vie d'un avion, contrairement aux avionneurs.
Selon une étude d'AlixPartners publiée en juin, la marge des équipementiers est nettement supérieure, de 3 à 4 points de pourcentage, à celle des avionneurs, grâce au service après-vente.

"4 ou 5 fois plus important"

"Si vous prenez le cycle de vie d'un avion, une fois vendu, les avionneurs ont des revenus sur les pièces propriétaires qu'ils fabriquent, mais en général, ils ne voient pas grand-chose de ce qui se passe pour les équipementiers", explique Éric Bernardini. Or, sur un train d'atterrissage, le revenu que va réaliser un équipementier est 4 ou 5 fois plus important sur la durée de vie grâce au service après-vente.
"Les avionneurs ont beaucoup moins cela. Ils essaient d'augmenter la partie maintenance et de proposer des contrats clés en main à l'heure de vol à leur client, mais la réalité aujourd'hui est qu'une grosse partie de la rentabilité des équipementiers vient justement de cet après-vente, ajoute l'expert".
Les équipementiers doivent donc aussi compter avec le fait que les grands avionneurs lorgnent à présent sur le marché de la maintenance et des services.
Enfin et à plus long terme, l'objectif des équipementiers est de se positionner pour la prochaine génération d'avions. "Plus vous êtes gros, plus vous aurez de capacité financière pour vous positionner quand les nouveaux programmes vont arriver et que les Boeing ou Airbus vous demanderont de mettre de l'argent pour être sur leur programme", indique Éric Bernardini.
"De plus, vous aurez plus d'électrique dans les nouveaux avions, ce qu'on appelle l'avion tout électrique, et que ce soit UTC, Honeywell ou Safran, tous visent à fournir toute la génération et la distribution électrique dans l'avion". Mais là encore, ils devront composer avec les avionneurs.
"La guerre a démarré, résume Éric Bernardini. Et la prochaine manche, ce sont les prochains programmes, les remplaçants des actuels monocouloirs".

Djallal Malti

Mardi 12 Septembre 2017



Lu 403 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy