La cybersécurité portuaire, le nouveau défi à relever


En juin 2017, les terminaux conteneurisés opérés par la filiale APMT du groupe Moller-Maersk étaient frappés par une cyberattaque à Rotterdam et à New York. Ces menaces qui ciblent des acteurs économiques se sont multipliés ces dernières années. Et les initiateurs de ces attaques virtuelles rivalisent toujours plus d’imagination pour bloquer les systèmes d’information et rançonner leurs victimes.


Table ronde sur l’impact du cadre réglementaire français et européen de la sécurité numérique sur les acteurs portuaires, de la LPM à la directive NIS et au Règlement général à la protection des données © Cybercercle
Table ronde sur l’impact du cadre réglementaire français et européen de la sécurité numérique sur les acteurs portuaires, de la LPM à la directive NIS et au Règlement général à la protection des données © Cybercercle
À l’initiative de l’Union maritime et portuaire du Havre (Umep), de Haropa Port du Havre, du Cybercercle et avec le soutien de la Communauté d’agglomération havraise (Codah), la première édition nationale des "Rendez-vous sécurité numérique-sécurité portuaire" s’est déroulée au Havre le 5 avril dernier pour débattre de cette thématique d’actualité. Éric Banel, conseiller pour l’économie maritime et portuaire au Secrétariat général de la mer auprès du Premier ministre, a souligné l’importance de fédérer sur ces types de risques. "Il faut mobiliser les énergies. C’est le rôle de l’État mais aussi de tous les acteurs qui peuvent être concernés. Le gouvernement veut développer une réponse adaptée dans le domaine maritime et portuaire..." Pour le responsable, la cybersécurité est un sujet transversal qui doit aboutir au renforcement des systèmes de défense. "Aujourd’hui, la prise de conscience est réelle. C’est un sujet central mais chacun agit de manière dispersée. La réglementation a pour rôle de catalyser les choses et de s’imposer. Mais nous ne devons pas fonctionner sur un mode uniquement répressif..." Éric Banel estime en effet que le fait d’être en pointe en matière de cybersécurité peut devenir un argument qui peut faire la différence pour un port dans un contexte toujours plus concurrentiel. Le responsable a rappelé que, sur la base d’une cartographie, un plan d’action en matière de cybersécurité devrait être proposé au Premier ministre au mois de juin.

Éric Banel, conseiller pour l’économie maritime et portuaire au Secrétariat général de la mer auprès du Premier ministre © Cybercercle
Éric Banel, conseiller pour l’économie maritime et portuaire au Secrétariat général de la mer auprès du Premier ministre © Cybercercle
La législation, elle, évolue. Au-delà de la loi de programmation militaire (LPM) de 2014 qui concernait uniquement les opérateurs d’importance vitale (OIV), la transcription en mai 2018 dans le droit national français de la directive relative à la Sécurité des réseaux et des systèmes d’information (Network & Information Security-NIS) de 2016 va concerner les acteurs portuaires en leur imposant un cadre réglementaire plus exigeant en matière de cybersécurité. Haropa Port du Havre est bien conscient de la problématique qui se pose ces dernières années. "Un port de commerce est par définition un lieu ouvert qui doit faciliter les flux. Mais aujourd’hui, il faut intégrer le volet cybersécurité. Ça peut être vu comme une contrainte ou au contraire comme une opportunité pour faire la différence. Au Havre, nous avons anticipé le cadre réglementaire et nous avons développé une véritable stratégie… La prévention, ce peut être aussi des règles d’hygiène informatique simples pour protéger les systèmes…", témoigne Jérôme Besancenot, le directeur du service informatique du Grand Port maritime du Havre.  
"Les systèmes d’information permettent aujourd’hui d’être plus productifs sur les ports mais c’est aussi un point de fragilité. Il faut donc mettre en commun les bonnes pratiques et engager l’ensemble des ports français dans une même dynamique...", analyse Hervé Martel, le directeur général de Haropa Port du Havre et président de l’Union des ports de France.

"Des règles d’hygiène informatique simples pour protéger les systèmes"


À l’Umep qui représente 600 entreprises et 22.000 salariés, on est également conscient des enjeux. "Nous travaillons en lien avec les services de l’État. Il faut un schéma clair et simple pour répondre aux interrogations des entreprises. La prévention, l’information et la formation sont des éléments-clés. Le fait d’avoir seize entreprises Seveso seuil haut sur le territoire havrais nous permet d’être moteur et de dupliquer des schémas de sécurité...", témoigne Benoît Emringer, délégué général de l’Umep.

Jacques Laurent

Mercredi 11 Avril 2018



Lu 2661 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy