La difficile lutte contre les drones sur les aéroports


Les technologies de lutte anti-drones dans les aéroports en sont encore à leurs débuts alors que le temps presse face à la multiplication des incidents, comme à Francfort où le trafic a été interrompu la semaine dernière.


L'aéroport de Francfort a connu à son tour un incident de drone © Fraport
L'aéroport de Francfort a connu à son tour un incident de drone © Fraport
Un drone, d'un diamètre d'environ 1,50 m, a été aperçu par plusieurs pilotes dans le sud de l'aéroport de Francfort entraînant l'interruption du trafic pendant trois quarts d'heure avant que l'engin ne disparaisse.
En 2016, l'Agence Européenne de la Sécurité Aérienne (AESA) en a recensé 1.400 en Europe, contre 606 entre 2011 et 2015 mais face à ces intrusions, les aéroports sont pour l'heure démunis d'armes de lutte efficaces.
Dans le cas où un drone heurterait, ou serait aspiré par un réacteur d'avion, le principal risque viendrait de la batterie au lithium (un matériau très inflammable) de l'engin. "Il n'est pas admissible que des drones puissent provoquer la fermeture d'une partie vitale de nos infrastructures nationales", avait commenté Stewart Wingate, le directeur de l'aéroport de Gatwick.

Une "équation impossible"

Dans un environnement aéroportuaire bruyant, hyper-sensible en termes de sûreté et saturé au niveau des télécommunications, la lutte anti-drones est un véritable défi technologique.
Les technologies de détection existent – par des moyens radar, optique, acoustique ou encore de radiofréquences – mais une fois l'engin repéré, se présente le problème des moyens de neutralisation (par brouillage des fréquences par exemple). Ces moyens sont interdits dans les pays développés - sauf dérogation - en raison de leur dangerosité et de leur complexité.
"En réalité, c'est un peu une équation impossible", explique Lucas Le Bell, le fondateur de Cerbair, une start-up spécialisée dans la lutte contre les drones. "La neutralisation par lasers, canons anti-aériens, aigles, toutes ces mesures-là, en réalité, c'est de la science fiction. Il est impossible de les déployer sur un aéroport, un site sensible ou dans un environnement urbain avec toute la complexité que ça représente", ajoute-t-il.
Pour le repérage, selon lui, c'est l'utilisation de l'analyse radiofréquence qui domine le marché. "Elle consiste à écouter les communications ambiantes et à se concentrer sur les plages de fréquences utilisées par les drones", précise-t-il. "C'est la seule qui permette, non seulement de détecter et localiser un drone, mais aussi le pilote", au moment même où il va allumer sa radiocommande", ajoute-t-il.
Le problème est le temps de réaction pour intercepter un engin qui vole à 60 km/h, en ligne droite et en s'affranchissant de tous les systèmes de sécurité. Un programme d'aigles intercepteurs de drones a été mis en œuvre sur la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan, inspiré d'une expérience aux Pays-Bas.
Mais l'ambition du programme pourrait être réduite, à la suite d'un incident au printemps avec un des rapaces, qui a blessé une fillette, attiré par le gilet qu'elle avait serré autour de sa taille, et que l'oiseau avait pris pour un drone

Sonia Wolf

Lundi 13 Mai 2019



Lu 853 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces



Les partenaires de l'Antenne



 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy