La gestion des migrants de la mer, fardeau "disproportionné" pour l'industrie maritime


Avec 800 navires privés déroutés pour secourir 40.000 migrants en mer en 2014, l'industrie maritime a eu à gérer "un fardeau disproportionné", a déclaré mercredi 4 mars à Londres Volker Turk, du Haut Comité aux réfugiés des Nations unies (UNHCR).


800 navires privés ont dû se dérouter pour venir au secours d'immigrants clandestins © Frontex
800 navires privés ont dû se dérouter pour venir au secours d'immigrants clandestins © Frontex
"Beaucoup plus doit être pris en charge par les États, que ce soit pour mener des recherches ou des missions de secours", a déclaré Volker Turk, directeur de la protection international au UNHCR. "Nous avons besoin que des poursuites judiciaires soient mises en place à l'encontre des passeurs et de moyens alternatifs pour les gens de venir en Europe", a-t-il ajouté lors d'une conférence des Nations unies de deux jours à Londres qui réunit des organisations humanitaires, de développement et de la marine marchande sur la question des migrants de la mer.

Un navire dérouté coûte entre 50.000 et 80.000 dollars

Peter Hinchliffe, secrétaire général de la Chambre internationale de la marine marchande, a indiqué que 800 navires privés ont dû se dérouter pour venir au secours d'immigrants clandestins, le plus souvent entassés sur des navires de fortune. "C'est bien supérieur à ce qu'on pouvait imaginer", a-t-il ajouté. Chaque fois qu'un navire est dérouté pour deux ou trois jours afin de secourir des migrants, cela coûte entre 50.000 et 80.000 dollars au propriétaire du navire, a-t-il fait valoir.
Une nouvelle technique des passeurs a été exposée lors de la conférence. Elle consiste à faire monter sur des navires sans équipage des immigrants clandestins, comme cela a eu lieu à deux reprises au large des côtes italiennes en janvier. Selon Laurent Muschel, directeur des migrations et des demandes d'asiles à la Commission européenne, l'agence européenne pour la surveillance des frontières Frontex surveille actuellement une dizaine de navires pour éviter qu'ils ne soient utilisés de cette manière par les passeurs. Une pratique "préoccupante" pour l'Organisation maritime internationale (IMO). Pour Peter Hinchliffe, l'industrie maritime est impuissante puisque c'est, selon lui, au pays dont le navire bat pavillon d'empêcher les navires d'être utilisés pour le transport de clandestins.
Depuis le début de l'année, 7.500 personnes se sont embarquées en mer à destination de l'Europe pour y trouver une vie meilleure, parmi lesquels 370 ont trouvé la mort, selon les chiffres de l'UNHCR. En 2014, 219.000 personnes ont tenté leur chance et 3.500 en sont morts. L'obligation de se dérouter pour porter secours en mer est une tradition de longue date et une loi depuis la convention des Nations unies de 1982. "Il y a une véritable inquiétude que le système juridique encadrant le secours en mer, fondé sur une tradition vieille de plusieurs siècles, soit en danger", a mis en garde Koji Sekimizu, secrétaire général de l'IMO.

AFP

Jeudi 5 Mars 2015



Lu 255 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy