La guerre en Ukraine cause une pénurie d'engrais en Amérique latine


Prêts pour les semences, des milliers de sacs d'engrais s'entassent dans les hangars de la région de la Portuguesa, considérée comme le grenier du Venezuela. Mais les stocks sont insuffisants, car la guerre en Ukraine, à 10.000 km de là, fait sentir ses effets.


© DS Norden
© DS Norden
Le Venezuela n'est pas un cas isolé : l'invasion de l'Ukraine par la Russie fin février a des conséquences dans toute l'Amérique latine, les deux pays étant d’importants fournisseurs d'engrais dans toute la région.

La Russie est le plus grand exportateur d’engrais au monde : 7,6 milliards de dollars de ventes annuelles en 2020, selon l’Observatoire économique de la compétitivité (OEC), représentant 12 % de l'offre mondiale. Et alors qu’environ 80 % des 180.000 tonnes métriques d'engrais dont a besoin chaque année le Venezuela viennent de Russie, d'Ukraine et du Belarus, selon Fedeagro, la fédération des producteurs agricoles, les exportations sont pratiquement paralysées par la guerre et les sanctions internationales.

"Grâce à Dieu, nous avons réussi à acheter des engrais à la Russie en octobre et novembre, nous avons payé en décembre et ils ont pu arriver en février et mars", indique Celso Fantinel, président de Fedeagro. Ce dernier alerte, cependant, sur un déficit équivalent à un tiers de la demande.

Des doses moindres dans certaines régions

"Nous produisons à 30 % de notre capacité", conséquence de la profonde crise économique qui a frappé le pays sud-américain ces dernières années. "Et même ainsi, ces 30 % n'ont pas les engrais nécessaires", regrette Ramon Bolotin, président de l'Association des producteurs indépendants (PAI) à Turén.

"Les engrais chimiques sont essentiels" pour la productivité dans ce pays de 30 millions d'habitants où "3 % de la population produit à manger pour les autres 97 %". "Nous allons travailler avec ce que nous avons [...], dans certaines régions les doses seront moindres", explique-t-il.

Les agriculteurs vénézuéliens espèrent semer cette année 250.000 hectares de maïs, 50.000 de riz, 60.000 de canne à sucre et 70.000 d'autres cultures, comme le café et le cacao, selon Fedeagro. Mais le manque d’engrais constitue un obstacle important. Et toute l'Amérique latine est confrontée à ce problème : en 2021, le Brésil a importé 80 % des 40 millions de tonnes d'engrais qu'il a utilisées, dont 20 % provenaient de Russie.

L'Argentine importe 60 % des 6 millions de tonnes qu'elle utilise, dont 15 % de Russie. Le Mexique, l'Équateur, la Colombie et le Pérou sont plus ou moins dépendants des engrais russes.

"Au cours des trois dernières années, nous avons organisé l’acheminement des engrais nous-mêmes" par le biais d'intermédiaires, explique Osman Quero, vice-président de Fedeagro. Mais dernièrement les exportateurs, en raison de la situation en Russie, ont souvent cessé leurs ventes afin de réserver les engrais pour leur marché intérieur.

Les agriculteurs vénézuéliens demandent donc la réactivation du complexe pétrochimique de Moron (nord). Selon PDVSA, la compagnie publique de pétrole, celui-ci a la capacité de produire 150.000 tonnes métriques d'engrais azotés et phosphatés par an. Mais il est semi-paralysé depuis 2017. "Nous disposons de deux ingrédients fondamentaux : l'urée (azote) et le phosphore et nous n'aurions besoin d'importer que du chlorure de potassium", résume Celso Fantinel.

AFP

Mardi 24 Mai 2022



Lu 1046 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal