La liaison routière Fos-Salon revient au débat


Le débat public sur la liaison routière entre Fos-sur-Mer et Salon-de-Provence, réclamée depuis cinquante ans, boucle sa phase préparatoire et permet désormais à chacun d’exprimer son avis sur la pertinence du projet. Des expressions que l’État utilisera pour choisir l’une des trois options qu’il défend.


Hervé Martel souhaite voir le projet routier aboutir, mais défend également l’intermodalité du GPMM © CPDP Fos Salon
Hervé Martel souhaite voir le projet routier aboutir, mais défend également l’intermodalité du GPMM © CPDP Fos Salon
Le débat public sur le projet de liaison routière entre Fos-sur-Mer et Salon-de-Provence est entré dans sa seconde phase le 28 septembre. Une série de réunions initiée à Miramas doit permettre à l’ensemble des citoyens d’exprimer leur opinion sur la réalisation de "l’A56", qui doit relier le Grand Port maritime de Marseille-Fos (GPMM) à l’autoroute. Un projet déclaré "urgent et d’utilité publique"… en 1976.

Cinquante ans d'attente

Avec le choc pétrolier et le ralentissement de l’activité économique qu’il a engendré, c’est une simple deux-voies, la route nationale 569, qui a finalement été construite dans les années 80. Une infrastructure basique qui n’a jamais satisfait les professionnels : "Après plus de cinquante ans d’attente, cette liaison doit être réalisée sans délai !", résume l’Union maritime et fluviale (UMF) qui a déposé un "cahier d’acteur" auprès de la commission du débat public pour exposer ses arguments en faveur du projet.

"Les poids-lourds doivent parcourir plus de 30 km et franchir neuf carrefours"


Lundi soir à Miramas, le président du GPMM, Hervé Martel, est venu défendre l’importance de cette route pour l’activité du port, sans négliger pour autant les autres modes de transport : "Nous ferons le maximum pour développer le ferroviaire et le fluvial", assurait-il.
Aux côtés du GPMM, des chambres de commerce Aix-Marseille-Provence et Pays d’Arles et des communes de Miramas, de Port-Saint-Louis-du-Rhône et de Fos-sur-Mer, l’UMF insiste sur "l’extrême nécessité" d’une route qui améliorera "la fluidité et la performance du transport de marchandises", des "facteurs clés" pour le développement industrialo-portuaire. Les acteurs économiques assurent que le redimensionnement de la voie réduira dans le même temps les nuisances pour les riverains. Marseille-Fos est "le seul grand port européen qui ne soit pas directement relié à une autoroute, déplore l’UMF. Les poids-lourds doivent parcourir plus de 30 kilomètres sur une route départementale puis nationale bidirectionnelle et franchir neuf carrefours giratoires pour rejoindre l’A54 et l’A7 à Salon".

Vieux projet, nouveau contexte

Trois options d’aménagement sont présentées aujourd’hui au débat. Elles combinent autoroutes ou voie express avec une amélioration ou un nouveau contournement de Fos-sur-Mer. Des projets dont le coût estimé en 2015 varie entre 272 et 533 M€.
Les travaux de la commission seront bouclés en décembre. Celle-ci produira son compte-rendu en février prochain pour permettre à l’État, maître d’ouvrage, de se positionner au printemps sur son projet. Il faudra encore ensuite engager de nombreuses études, sur la faisabilité et l’impact d’une telle infrastructure comme sur son financement pour envisager l’enquête publique qui doit déboucher sur une nouvelle déclaration d’utilité publique en 2025. Si le calendrier ne connait pas d’aléa, les travaux pourraient démarrer en 2027 pour une livraison en 2030.

Caroline Garcia

Mardi 29 Septembre 2020



Lu 1011 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Octobre 2020 - 14:46 Le chiffre d'affaires de Stef se redresse


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal