La ligne régulière conteneurisée sous le feu des critiques


Les transporteurs maritimes, accusés par les chargeurs de rendre de "mauvais services" depuis deux ans tout en pratiquant des tarifs exorbitants, sont pointés du doigt comme portant, en partie, la responsabilité de l'inflation.


© Maersk
© Maersk
Dans la ligne régulière, les compagnies maritimes continuent de réaliser des bénéfices record depuis le début de la crise sanitaire. Le taux moyen d'un conteneur sur une rotation Asie-Europe, de 1.500 dollars environ début 2020, s'est envolé à plus de 10.000 dollars aujourd'hui, pour les tarifs spot, selon les acteurs du secteur.
La pandémie avait provoqué, au premier trimestre 2020, une baisse de 20 % des échanges internationaux de marchandises, rappelle Jean-Michel Garcia, délégué aux transports internationaux de l'Association des utilisateurs de transport de fret (AUTF), forçant les transporteurs maritimes, pour "réduire la voilure", à se séparer de certains navires. Quant à l'équipement conteneurisé, il souffre de pénurie.
Mais depuis, assure Jean-Michel Garcia, "la demande retrouve le même niveau qu'avant, les capacités sont plus importantes qu'avant, sauf que les compagnies maritimes rendent un mauvais service". D'après le consultant Sea-Intelligence, en mai 2022, la ponctualité des navires n'était que de 30 à 40 %.
"In fine, c'est le chargeur qui paye tout, avec le minimum d'explications et le maximum de menaces", dénonce le délégué de l'AUTF.
Des voix se sont élevées pour dénoncer cette situation, comme celle de Michel-Édouard Leclerc, président du comité stratégique des centres E. Leclerc, qui a demandé que le Parlement français ouvre "une commission d'enquête sur les origines de l'inflation, sur ce qui se passe sur le front des prix depuis les transports jusqu'aux consommateurs".
Les autorités de plusieurs pays, dont les États-Unis, ont déjà lancé des enquêtes contre les grandes compagnies maritimes, dont elles dénoncent la concentration excessive. Le président américain Joe Biden lui-même a récemment menacé de "sévir contre les compagnies qui pratiquent une tarification abusive et excessive".

La menace de l'OMI 2023 pour 40.000 navires mondiaux

"Les ententes sont illégales, et tous les armateurs du monde sont extrêmement vigilants là-dessus", a rappelé Jean-Emmanuel Sauvée, président d'Armateurs de France.
Pour justifier la politique tarifaire actuelle, il met en avant les investissements colossaux des compagnies pour s'adapter aux nouvelles règles de l'OMI, qui leur impose dès 2023 d'accélérer la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre: "c'est 40.000 navires dans le monde qu'il va falloir changer".
Le doute sur les pratiques des armateurs vient aussi, selon Lamia Kerdjoudj, secrétaire générale de Feport, qui représente les terminaux privés, du règlement d'exemption qui leur permet "de s'entendre sur leurs capacités".
La Feport dénonce aussi "les mauvaises habitudes des navires d'arriver en retard. Pour elle, "le terminal portuaire n'est pas un parking, ni une zone de stockage à ciel ouvert, il faudrait que les autorités portuaires haussent le ton".
Elle reconnaît aussi, dans certains ports, des problèmes de connectivité qui retardent les livraisons. Un argument mis en avant par l'un des leaders du secteur qui, sous couvert d'anonymat, assure que tous ses navires sont en activité et regrette la congestion portuaire et l'engorgement des réseaux intermodaux, selon lui à l'origine des tensions sur les chaînes logistiques.
 

"Un budget logistique multiplié par vingt en deux ans"


Ayant obtenu un appui de la part du gouvernement, le groupe CMA CGM a annoncé une très forte ristourne de 500 euros par conteneur pour toutes les importations de ses clients de la grande distribution française. L'objectif : "soutenir le pouvoir d'achat des ménages français".
Le troisième armateur mondial a engrangé au premier trimestre 2022 un bénéfice net record de 7,2 milliards de dollars.
Ce "coup de pouce" consenti ne suffira pas à changer la donne pour des entreprises étouffées par le prix du fret. Au salon Euromaritime qui s'est tenu fin juin à Marseille, Stéphane Salvetat, le président du syndicat des transitaires de Marseille-Fos (STM), a témoigné qu'un de ses clients dépensait "1,5 million d'euros par an pour la logistique avant 2020, aujourd'hui c'est entre 20 et 25 millions... au point qu'il envisage d'ouvrir une usine en Europe".
Pour Lamia Kerdjoudj, "les entreprises commencent à rechercher des filiales plus près de l'Europe, et la guerre en Ukraine accroît cette tendance". "Peut-être qu'on va acheter moins loin, pour vendre moins loin...", suggère-t-elle.

Julie Pacorel

Lundi 11 Juillet 2022



Lu 1510 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal