La notion de "smartport" s'ancre à Marseille


À moins d'un mois du colloque de l'Institut méditerranéen des transports maritimes ayant retenu pour sujet phare le "monde maritime à l'heure du smart", la société informatique portuaire MGI pour Ci5 et le port de Marseille-Fos pour le système Neptune Port se sont vu décerner le "Gold IT Award" lors du 30e congrès de l'IAPH à Bali. Un événement qui met en lumière la politique de "smartport" des acteurs de la place portuaire phocéenne.


Santiago Mila, directeur général du port de Barcelone et président de l’IAPH, Justine Camoin, commerciale chez MGI et vice-présidente Europe du Women’s Forum de l’IAPH, Dominique Lebreton, directeur projet chez MGI, et Frédéric Dagnet, directeur de la mission prospective et évaluation au GPMM © IAPH
Santiago Mila, directeur général du port de Barcelone et président de l’IAPH, Justine Camoin, commerciale chez MGI et vice-présidente Europe du Women’s Forum de l’IAPH, Dominique Lebreton, directeur projet chez MGI, et Frédéric Dagnet, directeur de la mission prospective et évaluation au GPMM © IAPH
Alors que la numérisation commence à entrer dans les mœurs multimodales, les portuaires marseillais se sentent valorisés pour avoir vu leurs processus Ci5 et Neptune Port reconnus par leurs homologues de l'International Association of Ports and Harbors (IAPH) lors du 30e congrès qui s'est tenu du 7 au 12 mai en Indonésie. "Les Internet Technology (IT) Awards récompensent les acteurs les plus innovants dans le cadre de la digitalisation. Parmi les douze compétiteurs de rang mondial, nous nous sommes retrouvés aux côtés de Hambourg, Amsterdam, Los Angeles, Nagoya, Hakata, Algésiras…", rappelle Justine Camoin, commerciale chez MGI et vice-présidente Women's Forum pour la partie Europe de l'IAPH, qui a porté le projet. Avoir remporté le "Gold IT Award" permet à Ci5 de porter une griffe à l'international qui facilitera sa commercialisation à l'international", se réjouit-elle.

"On est dans la 5e génération des ports"

Pour Dominique Lebreton, chef du service projets de MGI, "c'est le duo GPMM-MGI qui a présenté le projet de la digitalisation dans son ensemble avec Ci5 pour la marchandise et Neptune Port pour les navires". Pour MGI, "ce sont deux ans de travail qui ont été couronnés. Nous sommes bel et bien dans une dynamique de smartport métropolitain".
Selon lui, "avec Ci5, on optimise le processus. On économise le clic puisqu'on divise par six le nombre de données envoyées dans le système par rapport au système existant. Il permet un gain d'automatisation de 84 %". Et de rappeler que le futur Cargo Community System (CCS) qui entrera en vigueur au premier trimestre 2018 est "une association big data et intelligence artificielle". Et d'insister : "On est dans la 5e génération des ports et dans l'IOT (Internet of Things, NDLR)". 

"Deux outils en conformité avec la directive européenne sur le guichet unique portuaire"


De son côté, Jaap van den Hoogen, le président du directoire de MGI, précise : "Ci5 est le premier CCS à intégrer un moteur d'intelligence artificielle. Nous faisons partie des principaux acteurs du smart port métropolitain". À propos des problèmes d'encombrement ponctuel survenus à l'entrée du terminal de la Méditerranée, il souligne que "les transporteurs routiers ont tout intérêt à adhérer au système car un CCS donne de la visibilité et de la prédictibilité sur les trafics". Il indique qu'une "migration vers Ci5, l'outil du smartport métropolitain, est prévue à Sète comme à Toulon".
Pour Frédéric Dagnet, directeur de la mission prospective et évaluation au GPMM, "Neptune Port, venu remplacer Escale en 2016, est un outil de synchronisation de la place portuaire qui touche le trafic portuaire et fluvial. Il fédère 700 acteurs du secteur nautique". À ses yeux, l'avantage de ce "Port Community System" (PCS) est d'être relié au CCS, "deux outils en conformité avec la directive européenne sur le guichet unique portuaire".
Le responsable du Grand Port maritime, qui animera une table ronde avec Jaap van den Hoogen à l'occasion du colloque de l'IMTM à Marseille, met en avant la notion de "smartport 2.0". Un concept fédérant quatre piliers : la logistique, l'énergie, le port-city et les flux par échanges de données numériques. 

Vincent Calabrèse

Vendredi 9 Juin 2017



Lu 976 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Décembre 2017 - 14:53 L’Union des ports de France fête ses 100 ans


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse