La piraterie de plus en plus concentrée sur l'Afrique


Le niveau de la piraterie maritime observé à fin septembre est le plus faible depuis le début du siècle. La situation reste préoccupante en Afrique de l'Ouest et en particulier au Nigeria, où les enlèvements contre rançon sont de plus en plus fréquents, selon le Bureau maritime international.


© Eunavfor
© Eunavfor
Le nombre d'actes de piraterie a diminué au cours des neuf premiers mois de 2019, comparé à la même période de l'année dernière. Selon les statistiques du Bureau maritime international (BMI) de la Chambre de commerce internationale (ICC), il est passé de 156 à 119 (- 31 %), soit le plus faible total depuis le début des années 2000. Après une brève remontée l'an dernier, le nombre d'attaques déclarées se situe légèrement sous le niveau des neuf premiers mois de 2017 (121), qui avait été l'année la plus sûre du XXIe siècle.
Ces 119 incidents se sont matérialisés par 95 abordages de navires, 10 faits de tirs d'armes à feu, 10 tentatives d'attaques manquées et quatre détournements. Le BMI relève que le nombre de marins pris en otage pendant les trois premiers trimestres a diminué de plus de moitié par rapport à 2018 : de 112 à 49 cette année (- 56,3 %).

Lagos, port le plus exposé

Dans ce contexte a priori favorable, le BMI constate que certes le nombre total d'incident a diminué mais que le niveau des attaques à main armée est constant. "Il y a eu 24 agressions au couteau et 35 à l'arme à feu reportées en 2019, contre 25 et 37 pendant les neuf premiers mois de 2018, détaille l'institution. Ces statistiques confirment nos inquiétudes sur la menace permanente en termes de sûreté et de sécurité des marins".
Sur ce plan, l'Afrique occidentale reste une source de préoccupation majeure. Ce continent a été le théâtre de 44,5 % des actes de piraterie fin septembre 2019 (41 % en 2018, 35 % en 2017). Plus que jamais le golfe de Guinée est la zone la plus dangereuse au monde, puisque plus du tiers des exactions y ont été commises, soit 41 actes, voire 44 si l'on élargit la zone au Liberia et à la Sierra Leone.

"Le golfe de Guinée compte pour 86 % des prises d'otage de marins et 82 % des kidnappings"


Le Nigeria demeure le pays qui concentre le plus d'actes de piraterie, cumulant 29 incidents, dont 11 dans le seul port de Lagos. Les attaques répertoriées dans les eaux nigérianes sont en baisse d'un tiers comparé aux 41 de fin septembre 2018 mais restent au-dessus du niveau de 2017 (20).
"Le golfe de Guinée compte pour 86 % des prises d'otage de marins et presque 82 % des kidnappings en général", s'alarme le BMI. Son directeur, Pottengal Mukundan, souligne que, si le nombre d'actes diminue, "les enlèvements augmentent à la fois en nombre et en fréquence".
Le bureau rappelle le détournement en juillet d'un navire conventionnel à 120 milles du port nigérian de Brass et l'enlèvement de ses dix marins, libérés un mois plus tard. En août, ce sont un vraquier et un autre conventionnel qui ont été abordés dans la zone de mouillage de Douala, au Cameroun, et sept de leurs membres d'équipage retenus pendant six semaines.
Pour le BMI, "cela illustre le rayon d'action des pirates dans la région et le fait que toutes les catégories de navires sont vulnérables aux attaques".

Accalmie en Indonésie

Pour le reste du monde, le BMI se félicite d'une "baisse constante" du nombre d'incidents en Indonésie au cours des cinq dernières années. Si le pays est numéro deux mondial en la matière, avec 20 actes déclarés, le nombre d'attaques dans ses eaux territoriales a été divisé par plus de quatre depuis 2015 (86 à la même période de l'année). Une "amélioration impressionnante" qui serait le fruit d'un meilleur partage d'informations entre la police maritime indonésienne et le centre de rapport de la piraterie (Piracy Reporting Center) du BMI, selon ce dernier.
Après le continent africain et ses 53 actes, ce sont l'Asie du Sud-Est (35) et l'Amérique (23) qui ont concentré le plus d'incidents. Dans ce dernier cas, tous sont survenus en Amérique du Sud et centrale (Antilles, notamment), à l'exception d'une attaque au Mexique. Six pays ont vu se produire 63 % des actes de piraterie de ces neuf premiers mois. Outre le Nigeria et l'Indonésie, la Malaisie (10 attaques), le Venezuela (6), le Cameroun (5) et le Pérou (5) ont été les plus touchés au monde.
Enfin, la piraterie autour du golfe d'Aden est jusqu'ici restée en sommeil. Aucun incident attribué à des assaillants somaliens n'a été signalé en 2019, "cependant, ils possèdent toujours la capacité de porter des attaques au large du pays et au-delà dans l'océan Indien", souligne le BMI, qui réitère ses appels à la vigilance aux équipages naviguant dans ces zones.

Franck André

Mardi 22 Octobre 2019



Lu 855 fois



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Décembre 2015 - 08:08 Rouen reste le port de l’Afrique


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy