La reprise du fret fragilisée par l'envolée du coût de l’énergie


Les entreprises et opérateurs de fret ferroviaire demandent un soutien financier plus important à l’État. Lors de la manifestation annuelle d’Objectif OFP, ces acteurs ont estimé que compenser la hausse des coûts énergétiques est une priorité, selon eux, avec l’augmentation des investissements dans le réseau ferré national.


© Georges Bartoli Fedephoto
© Georges Bartoli Fedephoto
Entre 2020 et 2021, la part modale du rail est passée de 9,6 % à 10,7 % dans le transport de marchandises en France. Une augmentation qui a été confirmée par l’Autorité de régulation des transports et SNCF Réseau, gestionnaire du réseau ferré national, lors de la 12e Journée du fret ferroviaire d’Objectif OFP, le 23 novembre à Paris. La tendance, qui semble se confirmer cette année selon les participants à l’événement, est en ligne avec le doublement de la part modale du rail d’ici 2030.

Un cap fixé et et inscrit dans la loi Climat & Résilience d’août 2021 et dans la Stratégie nationale du fret ferroviaire, publiée en septembre 2021. Pour Jacques Chauvineau, président d’Objectif OFP, qui rassemble les opérateurs ferroviaires de proximité en France, "la progression du fret ferroviaire reste fragile en raison de nombreuses incertitudes".

Plafonner le prix du mégawatheure

Pour lever ces incertitudes, les entreprises de fret ferroviaire et les OFP ont réclamé à l’État "de bénéficier, à très court terme, d’un dispositif permettant d’absorber l’envolée de leurs coûts énergétiques". Selon Raphaël Doutrebente président d’Europorte, "le prix du mégawatheure pour la traction ferroviaire devrait être plafonné à 180 euros, alors que SNCF Réseau prévoit de le vendre à 450 euros en 2023. Sans cette mesure et le maintien des aides publiques au mode au-delà de 2024, l’objectif de doublement est mort".
L’investissement dans le réseau ferré national est la deuxième incertitude évoquée par les entreprises ferroviaires et les OFP. Actuellement, 2,8 milliards d’euros par an sont consacrés à sa rénovation et à sa modernisation. Pour atteindre le doublement de la part modale du fret ferroviaire, l’Alliance 4F, rassemblant les acteurs de la filière, estime que ce montant devrait être porté à 3,5 milliards par an.
Une autre attente concerne la hiérarchisation des projets et des travaux. Pour Franck Tuffereau, intervenant au nom de l’Alliance 4F, les priorités concernent "la mise au gabarit P400 de plusieurs tunnels du réseau, la rénovation des terminaux combinés rail-route existants et la création de nouveaux ainsi que la fourniture de sillons fiables et de qualité de bout en bout".

"un dispositif de soutien est à l’étude"


Face à ces demandes, le sous-directeur des transports ferroviaires à la Direction générale des infrastructures, des transports et des mobilités (DGITM), François Lavoué, a précisé qu"’un dispositif de soutien était à l’étude pour compenser la hausse des coûts de l’énergie dans la filière pour 2023". Quant aux investissements consacrés au réseau, le gouvernement attend un rapport du Conseil d’orientation des infrastructures (COI).
En clôture de la journée, Clément Beaune, ministre délégué en charge des Transports, a annoncé sa publication "avant la fin de l’année. Le fret ferroviaire y aura une place centrale pour soutenir sa dynamique".
Le prochain rapport du COI a pour but de déterminer et de hiérarchiser les investissements d’infrastructures de la France au cours des cinq et dix prochaines années.

Érick Demangeon

Lundi 5 Décembre 2022



Lu 1632 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal