La route maritime arctique en voie de structuration réglementaire


Si la route maritime de l'Arctique permet de raccourcir considérablement les distances entre les ports d'Europe du Nord et ceux de l'océan Pacifique par rapport à la route traditionnelle du canal de Suez, elle n'en est pour le moment qu'à la phase expérimentale.


À l'heure où les armateurs mondiaux cherchent à réduire les frais d'exploitation pour pallier les baisses incessantes des taux de fret sur les grandes routes Extrême-Orient-Europe du Nord, l'Arctique suscite un intérêt grandissant. Selon Christian Cambos, directeur de la division marine et offshore de Bureau Veritas, qui intervenait lors de la dernière session annuelle d'Info navires de l'Institut méditerranéen des transports maritimes (IMTM), la distance entre Rotterdam entre San Francisco s'élève à 6.700 milles marins au lieu de 7.300 milles par la route traditionnelle via le canal de Suez. Quant au parcours entre Rotterdam et Yokohama, il s'élève à 7.350 milles au lieu de 11.250 milles. Les économies représenteraient 500.000 dollars US, selon les confidences recueillies par Christian Cambos auprès d'un armateur (ayant requis l'anonymat), malgré le montant des péages dont un navire doit s'acquitter sur la route du Nord.

"Des ballons d'essai"

Pourtant, les tonnages transportés sur ce parcours restent faibles. En 2008, quatre voyages ont été effectués, soit 110.000 tonnes transportés. Quatre ans après, en 2012, ils ne se sont élevés qu'à 1,2 million de tonnes avec 46 voyages, alors que la route traditionnelle via le canal de Suez a représenté quelque 700 millions de tonnes, explique le directeur de la division marine et offshore du Bureau Veritas. "Nous en restons donc à des ballons d'essai", conclue-t-il.
"Basse température, vents forts, nuit polaire, glace, pluie verglaçante, danger de givrage des superstructures"... Comme pour excuser du faible engouement pour cette route du Nord qui s'offre aux armateurs mondiaux, il énumère "les rançons à payer".


"Le Code polaire de l'OMI verra le jour en 2014"


Christian Cambos s'attend à ce que le "Code polaire" voie le jour en 2014. Selon lui, la route maritime du Nord ne subira pas, dans les mois qui viennent, qu'une seule structuration réglementaire avec ce projet de l'OMI.
Parmi les pays concernés, la Russie et le Canada apporteront également, chacun de leur côté, leur pierre à l'édifice. La Russie élabore son NRS. Pour sa part, le Canada a mis sur pied son "Arctic Shipping Pollution Prevention Regulation". Quant aux sociétés de classification, l'IACS a ajouté sa mention "Polar Class". L'entreprise russe a adopté les mentions ARC et le Bureau Veritas (dans le modèle de l'IACS) utilisera les mentions Polar Class.
En cette fin d'année, les observateurs sont convaincus que l'Arctique devrait connaître à terme un certain essor. Mais de là à devenir un passage concurrent de la route Est-Ouest qui emprunte le canal de Suez, le directeur de la division marine et offshore de Bureau Veritas se veut prudent. Ce changement d'itinéraire requiert, de la part des armateurs, une remise en question totale des investissements en matière navale (le gigantisme) et des stratégies utilisées pour optimiser les coûts d'exploitation (slow steaming et extraslow steaming). Et pour compenser les difficultés à faire remonter des taux de fret qui s'obstinent à rester à des prix planchers depuis que le marché reste surcapacitaire.

Vincent Calabrèse

Mardi 24 Décembre 2013



Lu 464 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy