La vente des Chantiers de l'Atlantique à Fincantieri va tomber à l'eau


Le projet de vente des Chantiers de l'Atlantique au groupe italien Fincantieri, enlisé depuis de nombreux mois, est sauf surprise parti pour capoter, au grand soulagement des salariés et de certains élus.


© Chantiers de l'Atlantique
© Chantiers de l'Atlantique
Les salariés du chantier naval français retiennent leur souffle. L'accord de cession des Chantiers de l'Atlantique à Fincantieri, dont la première version a été signée le 2 février 2018, prévoit que l'opération soit finalisée d'ici au 31 décembre. Or, le groupe public italien n'a toujours pas soumis à la Commission européenne les informations qu'elle lui réclame dans le cadre de son enquête approfondie sur l'impact de la vente pour la concurrence dans le secteur de la construction navale.
Faute de réponse d'ici jeudi ou d'octroi d'un nouveau délai, l'accord de cession, déjà repoussé à quatre reprises, tombera.

Un actif stratégique

La Commission européenne indique que "la montre est bloquée" car "les informations manquantes ne sont pas fournies par les parties". "Nous estimons avoir fait tout ce que nous devions et pouvions faire. De notre côté, nous ne pouvons pas faire davantage", a affirmé pour sa part un porte-parole de Fincantieri, rappelant que "le contrat arrivait à échéance le 31 décembre de par la volonté des parties : Fincantieri et l'Agence des participations de l’État français". Le ministère français de l’Économie n'a pas fait de commentaire.
Depuis la faillite de STX l'ex-maison mère sud-coréenne des Chantiers, l'entreprise de Saint-Nazaire, spécialisée dans les paquebots et navires militaires de grande taille, est détenue par l’État français (84,3 % du capital), Naval Group (11,7 %), les salariés (2,4 %) et des sociétés locales (1,6 %). Depuis 2017, un projet de cession prévoit que Fincantieri détienne 50 % du capital, plus 1 % supplémentaire prêté par l’État français – qui se réserve le droit de le reprendre si le groupe italien ne respectait pas ses engagements.
Le dossier est stratégique, le secteur de la construction des grands navires de croisière étant encore une chasse gardée européenne face à la concurrence asiatique. Trois constructeurs se partagent le marché : les Chantiers de l'Atlantique, Fincantieri et l'allemand Meyer Werft. Or une alliance nouée entre l'entreprise italienne et le chinois CSCC pour construire des paquebots fait craindre de laisser entrer le loup dans la bergerie.

Sortir la tête haute

"Depuis le début, on est farouchement opposé" à la vente, rappelle à Nathalie Durand-Prinborgne, déléguée du syndicat FO aux Chantiers de l'Atlantique, en évoquant "le contrat de transfert de technologie entre Fincantieri et le chinois CSSC". Mais "tant qu'on ne sera pas le 1er janvier, on ne criera pas victoire".
Le maire socialiste de Saint-Nazaire David Samzun souhaite lui aussi "bien évidemment que cette vente n'aille pas jusqu'au bout", craignant une "perte de savoir-faire" des Chantiers qui pourraient devenir une "variable d'ajustement" pour Fincantieri.
Les Chantiers de l'Atlantique emploient 3.100 personnes et 5.000 sous-traitants français et étrangers.
Sur le plan diplomatique, le dossier est sensible. Après la signature de l'accord pourtant durement négocié, c'est la France et l'Allemagne qui avaient saisi la Commission européenne. Le geste avait fait grincer des dents à Rome, où le chef du gouvernement Giuseppe Conte avait critiqué un comportement "ambigu" et "peu compréhensible" de Paris.

"C'est bien une décision politique qui est demandée"


Dans un rapport d'information publié fin octobre, les sénateurs français de la commission des Affaires économiques estimaient que "le silence de Fincantieri (face aux demandes de la Commission, NDLR) semblait témoigner de l'hésitation du groupe italien à poursuivre" le projet de rachat, auquel ils sont défavorables.
"Nous ce qu'on voit, c'est que personne ne bouge pour l'instant, ni la Commission européenne ni Fincantieri. On a l'impression que l’État dit "oui il faut que ça se fasse" et que tout le monde veut sortir de là les mains propres et la tête haute", estime Nathalie Durand-Prinborgne. Pour Fincantieri, "une éventuelle décision pourrait être seulement politique".
Pour autant, "la question du plan B est taboue. Il est impensable d'évoquer la moindre solution de remplacement compte tenu de nos relations avec l'Italie", a jugé le directeur général des Chantiers Laurent Castaing devant les sénateurs.
D'après le maire de Saint-Nazaire pourtant, "il y a bien un plan B qui existe, le gouvernement sait qu’il y a d'autres scénarios, des artisans qui croient en l'outil français, qui mettent l'argent sur la table. In fine c'est bien une décision politique qui est demandée".

Mathieu Rabechault avec Laurent Geslin

Mardi 29 Décembre 2020



Lu 1121 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal