Latécoère va tailler à son tour dans ses effectifs


La saignée se poursuit dans le secteur aéronautique : l'équipementier Latécoère a annoncé vendredi qu'il comptait à son tour supprimer 475 emplois, soit un tiers de ses effectifs en France, pour s'adapter à la crise causée par l'épidémie de Covid-19.


© Latécoère
© Latécoère
Dans la foulée du mastodonte et donneur d'ordres Airbus, qui entend supprimer 15.000 postes, dont 5.000 en France et a baissé de 40 % ses cadences de production, c'est tout une série de sous-traitants qui ont lancé des plans sociaux pour s'adapter aux conséquences de l'effondrement durable du secteur aérien.

Baisse de cadence

L’État, qui a lancé en juin un plan de soutien au secteur de 15 milliards d'euros, recensait ainsi début septembre 27 plans de sauvegarde de l'emploi (PSE) en cours en Occitanie, cœur du secteur aéronautique du pays, notamment à Figeac Aero (320 postes) ou Daher (1.300 postes).
Chez Latécoère, le projet présenté aux partenaires sociaux "conduirait à la suppression de 475 postes sur les 1.504 que compte le groupe en France au 31 juillet 2020", affirme le groupe.
"La baisse de cadence de 40 % de nos principaux clients a entraîné une baisse équivalente de l'activité. Cette situation devrait se poursuivre l'année prochaine, le retour aux niveaux pré-Covid-19 n'étant pas prévu avant 2025", justifie la société, mettant en avant la nécessité de "renforcer son agilité" pour pouvoir participer à la conception de l'"avion décarboné" à l'horizon 2035.

Réduire l'impact du plan

Latécoère, passé en décembre sous le contrôle du fonds d'investissement américain Searchlight, a enregistré une perte nette de 94 millions d'euros au premier semestre. "On est dans l'obligation d'agir", a plaidé Thierry Mootz, son directeur général délégué.
Côté syndical, "la réaction nous semble disproportionnée sur le plan humain, mais sur sa pertinence économique il est encore trop tôt pour juger", a réagi Thierry Ynglada, délégué CFE-CGC, qui entend se "battre pour réduire le périmètre du plan (...) et pour qu'il y ait le moins de licenciements secs possibles".
"On savait qu'il y avait un projet de réorganisation, on s'attendait à quelque chose de dégueulasse. Ce qui m'a abasourdi, c'est l'ampleur, c'est un assassinat industriel", a dénoncé Florent Coste, délégué CGT. Selon lui, "seul Airbus peut sauver Latécoère. Il faut qu'Airbus arrête d'étrangler sa chaîne d'approvisionnement" en demandant "sans arrêt de baisser les prix".
Fondé en 1917 par Pierre-Georges Latécoère, pionnier de l'Aéropostale avec ses hydravions, Latécoère est spécialisé dans les aérostructures (tronçons de fuselage, portes) et les systèmes d'interconnexion (câblages, meubles avioniques et équipements embarqués) qu'il fournit à Airbus, Boeing, Mitsubishi ou Embraer. Quelque 345 postes (sur 827) seraient supprimés dans l'activité Aérostructures, 130 (sur 677) dans l'activité Interconnexion, selon les syndicats.
Depuis le début de l'épidémie, le groupe, qui employait 5.200 personnes dans treize pays fin 2019, a déjà supprimé 35 % de ses effectifs à l'étranger, soit "un peu plus de 1.000 postes", selon Thierry Mootz. Il a également coupé de 60 % dans ses dépenses d'investissements et obtenu un prêt garanti par l’État de 60 millions d'euros, tout en maintenant ses dépenses de recherche et technologie (R&T).
Pour la France, des discussions en amont avec les pouvoirs publics ont déjà permis d'éviter 150 suppressions de postes supplémentaires et la suppression de trois sites, selon lui.

AFP

Lundi 28 Septembre 2020



Lu 588 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 22 Octobre 2020 - 15:52 Boeing songe à un nouveau modèle d'avion


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal